Show Posts

This section allows you to view all posts made by this member. Note that you can only see posts made in areas you currently have access to.


Topics - Wahrani

Pages: [1] 2
1
Aussi étrange que cela puisse paraître, le communautarisme est une dérive de l’appartenance communautaire, cette dérive peut être « ethnique, religieuse, culturelle, sociale, politique, mystique», pour engendrer volontairement des confusions et des antagonismes de communautés.

Les français ne voient pas leurs crimes, mais charriant leurs lots de propos haineux et de mots dégradants contre des peuples qui ont failli être décimés par les aïeuls de ces mêmes castes réactionnaires.

Affirmer que la nation algérienne ne pouvait pas exister avant la colonisation, c’est reprendre le discours xénophobe des années 1930. La première tradition remonte à Charles Maurras, un traditionaliste chauvin et misogyne qui, était très hostile à l'idée de l'origine franque germanique de la noblesse française et par la suite il identifiait les «juifs, les protestants et les métèques» comme ennemis de la nation. Aujourd’hui, la place de l’ennemi revient aux musulmans, Arabes et Noirs.

La France colonial restera fidèle à ses idées, et à ses haines pour nous apprendre que les Français ont droit à un État, parce qu’ils forment une nation qui existe depuis toujours; pas les Algériens qui, par conséquent, doivent être maintenus dans le statut d’indigènes, euphémisme désignant un système d’apartheid caractérisé. Au mieux peut-on leur offrir une assimilation très sélective.

Or, l’assimilation, hier comme aujourd’hui, signifie l’exclusion et le déni !!!!

Ceci dans la mesure où elle exige la négation de soi, à l’image de ces figures de l’immigration qu’on complimente dans les médias, romanciers, journalistes, chroniqueurs ayant pour point commun de tenir un discours de haine contre les Algériens, empaillant tous les clichés racistes. À l’image de ce romancier qui ne s’est pas senti humilié par les propos du président français, mais par la réaction des Algériens à ces propos, ceci tient la part du lion dans le tableau des techniques et manières de procéder qui s’inscrivent dans le jeu politique.

J’ai été choqué ! C’est de l’ingérence pure et simple! D’une manière tout à fait décontractée, qui à défaut d’être légitime, a eu le mérite de réveiller la véritable nature cynique, nauséabonde, d’intellectuels qui s’efforcent de singer à qui mieux au mieux, en prêtant à tous les algériens une prétendue haine anti-française qui arrange bien leur discours inculte, nourri de abrégés aberrants aux accents zemouriens écœurants et permettre en sus, une fois encore, de donner la leçon…

En parlant des relations conflictuelles entre l’Algérie et la France, je préfère revenir à la genèse de l’esprit étatique français. Le mensonge que la France impériale et colonialiste a toujours véhiculé auprès de son peuple et aussi aux yeux de peuples du monde, est le soit disant message universelle des droits de l’homme mais la réalité est toute autre. C’est mensonge sur mensonge. Et pour cela et sans se fatiguer, l’histoire elle même nous procure des milliers d’exemples qui le prouvent.

Exploiter l’immigration comme un présage apocalyptique, participer à une vision manichéenne Française Et, mère de toutes les batailles communautaristes, prôner la primauté  du groupe colonial et le bienfait colonial.

Les français se sont conduits à traverser les siècles et se conduisent encore aujourd'hui comme des barbares, cruels, sans pitié qui ont volé les territoires de leurs colonisés, les ont réduits en esclavage, ont pillé leurs richesses naturelles et ont imposées par la force de leur religion, leurs langues, leurs cultures, incapables d'appréhender des réalités ou des concepts qui sortent de leur domaine de compétence. C'est assez marrant, 

Si on veut normaliser nos rapports avec la France, il faudra en passer par la reconnaissance d'une histoire partagée. L'Algérie est plus attachée à cette mémoire qui est pour elle l'âme et l'identité du peuple algérien. Pour la France, la guerre d'Algérie n'a pas été autant une tragédie. Elle l'a été pour des individus, mais pas pour la France dans son ensemble, ni pour sa population.

D'ailleurs de mon point de vue, la principale source des difficultés entre l'Algérie et la France, c'est cette différence d'attentes. Militairement, c'était une guerre de libération d'une puissance coloniale gagnée par l’Algérie. Politiquement, Une guerre, qui reposait sur les mensonges et les mystifications d'une politique coloniale à bout de souffle. Les accords d'Evian couvraient ce qui devait être couvert, gardant en plus la possibilité à la France de faire ses premiers essais nucléaires.

En Algérie, c'est différent. C'est une mémoire collective qui reste vivante avec plus de capacité à regarder ce passé avec lucidité. L’Algérie demande uniquement la reconnaissance de ce passé dans son entièreté, y compris dans ses zones d'ombres et se moque éperdument des histoires pseudo mémorielles. Il sera plus facile de normaliser les rapports avec la France sur d'autres sujets. 

C’est beaucoup de naïveté et d’amateurisme qui conduit cette politique qui vise avant tout à faire croire aux français qu’il agit d’une politique, témoigne de la faiblesse morale de l’orateur. L’air actuel est à l’insulte, le mépris, la haine de tout ce qui vient du sud spécialement d’Algérie.

Le gouvernement français a de tout temps joué un double jeu en Afrique et particulièrement en Algérie. J’aime bien les articles des journalistes occidentaux, rien que pour se plaindre de la haine antifrançaise, nous rapportent des questions du type :

«S’ils haïssent tant la France, pourquoi viennent-ils?».                                                     

«Le Sahara ne faisait pas partie de l’Algérie avant la colonisation. »                               

«Dire que la France a créé l’Algérie est une autre erreur historique.

De l'avis de Benjamin Stora historien français, la présence ottomane en Algérie ne signifie pas nécessairement qu'il n'y avait pas d'État algérien : "Sous l’empire Ottoman il n’était pas nécessaire de passer par la Turquie pour avoir des attributs de souveraineté, mais on était membre de l’empire Ottoman quand même".

Et d’expliquer que "c’était le cas de tous les pays de l’empire Ottoman", rendant dans la foulée hommage au rôle joué par l'Algérie et l'Empire ottoman dans l'accueil des minorités, y compris la minorité juive qui a fui l'inquisition espagnole de la reine Isabelle la Catholique après la promulgation du tristement célèbre "décret de l’Alhambra" de 1492 portant expulsion des Juifs.

Citée par le quotidien "La Croix", Isabelle Grangaud, directrice de recherches au CNRS rattachée au Centre Norbert Elias à Marseille et spécialiste de l’histoire du Maghreb ottoman, réagissait de son côté en déclarant : "Les Ottomans présents sur le territoire sont peu nombreux, et ils servent à faire tourner la machine étatique et militaire. Au contraire de la France qui mise sur une colonie de peuplement"

"Cette comparaison (entre la présence ottomane et celle française en Algérie) pose problème, parce qu’elle confond des modalités d’administration et d’autorité politique très différentes", affirme-t-elle.

Et d’expliquer : "Le poids de l’empire ottoman comme puissance tutélaire était bien moindre que celui de la France en Algérie (…) ".

Les propos d’Emmanuel Macron sur l’inexistence de la nation algérienne avant la colonisation empruntent directement à la rhétorique de la colonisation : avant les Français, il n’y avait rien. « Le fait que le sentiment national algérien ne se soit généralisé qu’au moment de la guerre est une réalité. Mais comme le sentiment d’appartenance à la nation française qui ne s’est vraiment installé qu’après la Révolution », tance l’historien.

Dans les rangs des historiens aussi c’est la sidération. Un président devrait-il dire ça ? « Ce n’est pas aux États d’écrire l’histoire et de dire ce qu’il en est de la nation algérienne à une certaine époque », s’indigne l’historien Gilles Manceron.

Car si l’Algérie n’existait pas avec les frontières que nous lui connaissons aujourd’hui, le pays existait avant l’arrivée des Français en 1830, et avant même celle des Ottomans (ancêtres des Turcs) en 1512, « des embryons d’État sur ce territoire du Maghreb central », retrace Gilles Manceron. Puis, il y eut l’occupation ottomane du XVIe siècle au XIXe siècle, stoppée par la conquête de l’Algérie par les Français.

C’est dire à quel point le Peuple Algérien n’a jamais perdu ses repères en dépit des vicissitudes de l’histoire ce sont là les fondements de sa fierté légendaires Quant à la morale bien-pensante sur la culture et la civilisation, aucune leçon à recevoir d’un pays qui refuse d’assumer ses responsabilités envers sa propre histoire.

J'ai dit un peu de regret, mais sans trop en faire, en fait tout simplement un regard lucide sur notre histoire partagée. C'est la meilleure démarche pour entamer une nouvelle page des rapports entre la France et l'Algérie. Il ne s'agit pas de faire pénitence, ni de faire fausse repentance, mais de solder certains comptes mémoriels, lucidement. C'est encore probablement trop tôt. La France est  aujourd'hui un  pays malade et une analyse dépassionnée est impossible. Ce sont des polémistes, des charlatans, des alchimistes, qui croient dur comme fer à la nation française, qui en fait ne se rapporte à aucune substance ; elle est aussi artificielle, imaginée, et portée sur l’exclusion que n’importe quelle autre. Elle n’existe qu’en tant que biais cognitif dans l’esprit de ceux qui en font l’aiguillon d’un projet politique aujourd’hui totalement anachronique.

Un peu d’histoire, la France fut un produit de plus réactionnaire. La réalité est que la France est un État territorial dont la population est le fruit de brassages historiques qui empêchent de croire à quelque pureté des origines ou à quelque définition substantielle de la nation française.

Royaume des Francs Saliens

Les familles royales des Mérovingiens. 

Les Carolingiens une dynastie de rois francs qui règnent sur l'Europe occidentale.

Les Capétiens  une dynastie princière d’origine franque

La dynastie des Valois branche cadette de la dynastie capétienne

La dynastie de Bourbon est une branche de la dynastie capétienne.

Le royaume wisigoth d'Occitanie, fut le premier des grands peuples barbares qui s'établirent sur le territoire de l'Empire romain.

L’aïeul commun serait Clovis, converti au christianisme en même temps qu’il fondait sa première dynastie qui unifie les royaumes francs en exécutant les autres rois francs saliens.

Tous ces royaumes revendiquent pleinement ascendance franque germanique.

Reconnu comme héros national par les Identitaires, Charles Martel repousse l’invasion musulmane près de Poitiers. Ce brave vaillant aurait sauvé la civilisation franque et chrétienne de la menace islamique. Dans les faits, il n’y a jamais eu d’invasion arabe à Poitiers, juste quelques razzias ponctuelles pratiquées par les troupes des califes arabo-musulmans qui règnent au sud des Pyrénées.

Charles Martel est intervenu dans le but d’agrandir son territoire. A cette époque, la France n’existe pas et n’existera pas avant des siècles. L’idée d’une nation française défendant son territoire à Poitiers n’a donc aucun sens.

1789 la chute de la monarchie, L’abbé Sieyès un homme d'Église, élu député proposait de :

«Renvoyer dans les forêts de la Franconie toutes ces familles (nobles) qui conservaient la folle prétention d'être issues de la race des conquérants et de succéder à leurs droits  En vérité, si l’on tient à vouloir distinguer naissance et naissance, ne pourrait-on pas révéler à nos pauvres concitoyens que celle qu’on tire des Gaulois et des Romains vaut au moins autant que celle qui viendrait des Sicambres, des Welches et autres sauvages sortis des bois et des étangs de l’ancienne Germanie. "

La monarchie destituée, L’idée s’impose que l’identité nationale correspond à une race originelle, il fallait trouver aux citoyens révolutionnaires une nouvelle origine commune.

C’est ainsi que naissent les ancêtres gaulois. Ils ont le bon goût d’être païens et d’incarner la vaillance d’un peuple résistant à l’envahisseur, comme Vercingétorix face à César. 

Ces ancêtres instillent pour la première fois l’idée que les Français sont un peuple unique, fondus dans le même moule. Mais cette France tartuffe occulte son passé multiculturel, alors que son histoire aux ancêtres les Gaulois, à Charles Martel, à la révolution et à sa puissance coloniale.

Questionné sur l’histoire de France le général de Gaulle aurait répondu : «Pour moi, l’histoire de France commence avec Clovis, choisi comme roi de France par la tribu des Francs, qui donnèrent leur nom à la France. Il y a donc à l’évidence débat sur les origines, ce qui nous appelle à parler de Français de souche.»

Faut-il comprendre que les Francs était un peuple germanique qui ne recula devant aucun crime pour s'assurer la domination de tous les Francs.

Certes l'histoire est vraiment une comédie, il n'y a que des idéologues, des politiques, des identitaires xénophiles qui dominent et sert à justifier leur politique.

Même la langue française ne fut pas toujours celle des ancêtres de tous ceux qui se définissent aujourd’hui comme Français. Avant la Révolution, la majorité des citoyens français ne la comprenait pas ou ne savait pas la parler, le français n'étant pratiquement pas parlé dans les campagnes et très peu usité dans les territoires frontaliers, un quart des Français ignorait totalement cette langue et un dixième (réservée aux élites), seulement la parlait couramment.

La langue française s’est imposée au prix d’une violence exercée, elle l’est encore aujourd’hui, contre une multitude de langues locales des éléments ethniques et religieuses qui, bien avant les immigrations récentes, étaient à leur tour multiples.

Ce n’est pas du tout un hasard si mes réponses ont pour l’essentiel porté sur des éléments politiques et historiques. Car si, en l’occurrence, la France a introduit quelque chose en Algérie, c’est bien le mythe de la nation française naturelle préconisant la portée nettement coloniale d’effacement de l’histoire du colonisé. Et c’est précisément contre cette négation que s’est forgée la conscience proprement algérienne de l’élite lors du déclenchement de la lutte pour la libération du pays.

Tordre les faits historiques ne sert à rien sauf à excuser et cacher la véritable gabegie que subit l’Algérie actuelle depuis plusieurs décennies. Cracher sans cesse sur autrui pour se construire une identité est totalement contreproductif d’autant plus que pour la France de 2021 et pour la grande majorité des Français la période coloniale reste un plus politique qu’historique pour en faire un fond de commerce.

Et bien sur, aucun mot des frasques de la France !!!!!

Aucun mot sur la présence Française au Mali sous couvert d’opération Anti terroriste alors qu’elle en libère plus de 200 éléments terroristes aux limites de la Frontalière Algérienne, tout en payant une rançon de plus de 10 Millions d’Euros une forme de financement du terrorisme. Mais le principal enjeu de la présence au Sahel permettant de tester les armes françaises en conditions réelles et de vanter leur efficacité et surtout de sécuriser sur le long terme son accès aux multiples ressources naturelles que détient la région du Sahel. 

Aucun mot des charges incessantes de la presse et des autres médias français à la solde de patrons de presse rien de tout cela, tout est la faute à ces méchants algériens qui empêchent la France d’avoir les coudées libres en Afrique du Nord. Une interprétation de la politique algérienne qu’on a plus l’habitude de lire dans les écrits de la presse est une vielle marotte de la presse française en pleine contradiction avec tous les indices de développement (l’IDE de l’Algérie est le meilleur d’Afrique), il serait grand temps pour le français de changer de lunettes. Il ne sert à rien de rabaisser ses réalisations en espérant un retour au confort supposé de la présence française. L’Algérie ne retournera jamais dans le giron français et la France est appelé à oublier son passé colonial.  C’est à prendre ou à laisser.

Le plus dur reste à faire, il nous faut poursuivre nos relations avec des partenaires dans une égale dignité sans condescendance ou quelque relent de race supérieure. On ne peut pas objectivement avec la France faire comme s’il ne s’est rien passé. Le passé ne peut pas passer quand un nombre de considérants fondamentaux ne sont pas réévalués.

La presse française nous a habitué à chaque échéance électorale en France par l’image du  fonds de commerce de tout les nostalgériques d’une mémoire enfermée, par des attaques lancinantes contre des Français musulmans aux risques de remettre aux calendes grecques l'utopie toujours recommencée du grand remplacement. Il est curieux que les pyromanes qui attisent les haines aient les coudées franches et une présence lourde dans les médias. Toute cette haine est entourée d'un intellectualisme assez pompeux.

Probablement le complexe du discoureur !!!!!

2
« Qui peut être réellement de souche ? Même les arbres viennent d’une graine amenée là par un oiseau ». Jean-Luc Raharimanana, écrivain malgache.

Français de souche s'oppose à Français de papier, ça veut dire quoi au juste ?

Il est clair que, d’un point de vue ethnique, un Français de souche, ça n’existe pas, ceci effraie tous les Français d'origine multiple. La France, un pays où le métissage est généralisé même Jeanne d'Arc était une laborieuse immigrée?

La France est-elle une terre d'accueil ou un territoire conquis par l'immigration ?

A en croire les Français de l’immigration, c'est une terre d'accueil en fonction des crises et des guerres. Mais à en croire les autres, c'est une terre conquise.

Ce sont des polémistes, des charlatans, des alchimistes, qui croient dur comme fer qu'ils vont réussir comme les théoriciens fumeux créateurs des Lebensborn ("source de vie"), ne faire reproduire sur des critères préétablis par eux-mêmes, que des enfants parfaits, grands, blonds aux yeux bleus, une sorte de race supérieure, un peu comme les supposés Français de souche se veulent être.

Ainsi donc je dois dire bravo aux Français de souche, ayant Vercingétorix comme ancêtre, mais presque tous issus de l'immigration. Dans les asiles certains se prennent pour Napoléon, mais ils sont plus nombreux en liberté à se croire de souche de qui et de quoi et depuis quand ?

Les immigres de la 2 et 3° générations sont stigmatisés comme Français d'origine ou de culture autres ?

Mais tierces à quoi, à quelle culture, à quelle histoire commune !

Pour rappel historique La notion de nation millénaire n'est qu'un fantasme, mais tout juste    un pays sans temporalité qui veut se faire d'Histoire. Les Gaulois ont vu leur culture, leurs dieux, leur tradition orale disparaître et se dissoudre dans la civilisation gréco-romaine.

La France porte le nom d'un peuple étranger (Francs) et parle une langue latine (des Romains). Ce n'est pourtant qu'au début du XIVe siècle qu'on parle de la  nation de France; et ce n'est qu'après le conflit opposant Philippe IV le Bel roi de France de 1285 à 1314, au pape Boniface VIII.

Les Identitaires français ne tarissent pas d'éloges sur Charles Martel. C'est presque pour eux un héros national. Ses victoires sauvèrent la France de la domination Musulmane. Je ferai remarquer que pas plus que le Calife Abd-er-rahman, Charles Martel n'était pas un Français. C'était un envahisseur plus barbare que les Musulmans. Les faits répondent d'eux-mêmes et se résume par ces mots : trahison, pillage, crimes, misère effroyable, barbarie profonde.

Dans une France chrétienne sans unité culturelle avant Jules Ferry: une majorité de ses habitants ne parlent pas français, mais avaient des langues maternelles, des patois, dialectes et des parlers régionaux. 

Les Parisiens étaient choqués par les pratiques religieuses des immigrés finistériens.

Je  peux également cité  comme exemple que lors de la Guerre mondiale 14-18, plus de 50% des soldats envoyé au front comme chair à canon, ne parlaient même pas le français mais les patois de leur différente région. C'est Offenbach, un allemand, qui invente les grands airs du french cancan.

Tous les peuples du monde sont issus d'un brassage, et le peuple français ne fait pas exception. L'usage de l'immigration pour pallier certains problèmes est une idée évoquée pour   trouver de la main-d'œuvre pas chère, trouver des soldats, trouver des personnes pour combler le déficit démographique. En fait c'est l'intérêt national qui incite pour l’adoption des législations qui ont pour but de transformer les étrangers en nationaux.

La première loi française sur la nationalité est votée en 1889. A partir de cette date, les enfants nés en France de parents étrangers eux-mêmes nés en France deviennent automatiquement français à la naissance, alors qu'auparavant, les familles avaient toujours la possibilité de conserver leur nationalité d'origine. Les enfants nés en France de parents nés à l'étranger deviennent français à leur majorité de façon quasi automatique. Cette loi encourage aussi les naturalisations.

En réintroduisant la figure de l'ouvrier immigré, inclut dans les luttes des travailleurs immigrés, sur fond de résurgence du racisme et de violences, un nouveau maximum est atteint pendant « l'été rouge » de Marseille, en 1973, qui fera sept victimes, toutes originaires du Maghreb. Dans les années 1980, avec la crise économique, le discours sur l'identité nationale qui avait quasiment disparu pendant les Trente Glorieuses resurgit sous l'impulsion du Front national qui impose dans le vocabulaire courant l'expression « identité nationale » en montrant du doigt les immigrants présentés comme une menace pour la France. C'est sans doute ce qui a facilité l’amplification des discours identitaires dans l'espace public français.

Ce consentement est un vrai tournant de la politique française: la figure du travailleur immigré s'efface au profit de celle du musulman. La question de l'intégration de la troisième génération d'origine maghrébine fait irruption dans le débat alors que tous ses membres sont français de parents eux-mêmes nés en France.

Au cours des années 1980, la lutte a été féroce pour définir cette identité immigrée et c'est à ce moment que le mot « beur » est apparu. Mais, dans le contexte de crise économique et du développement du terrorisme international, c'est l'image négative qui l'emporte. Cela a eu un effet dramatique sur tous ces jeunes, les garçons surtout. Les années 1990 sont l'une des périodes les plus sombres dans l'histoire de l'évolution des représentations des immigrés.

Les autorités envisagent la collectivisation de personnes étrangères. Le thème de l'intégration tient alors l’assimilation qui apparaît dans ce contexte et prend le sens d'appartenance à un État sous des conditions d'accès à la communauté nationale.

Toutefois il se trouve que ces gens issus d'un brassage ont au cours des années en traversant l'histoire ensemble, acquis des repères culturels communs donc ce qui désignerait l’identité de la France et celle des Français, c’est plus encore la culture que le sang.

Cela veux dire que ces immigrés ont fait la France, et qu'ils font de facto partie de l'histoire de France...au même titre que les Bretons.

Par exemple certains Français sont relativement d'origine franque.

Est-ce pour autant qu'ils se sentent plus proche d'un Allemand ou d'un Hollandais que d'un autre Français ?

Le sang Arabe et Berbère est d'ailleurs assez largement infusé dans les veines des populations de la vallée de la Garonne, La Gascogne, le Béarn, le Roussillon, de Narbonne, de Carcassonne sont-ils de souche Arabe ou Berbère ?

L'expression « immigré » disparaît, ne reste plus que celle d'« Français d’origine étranger». Comme si le terme ne désignait plus un parcours mais une apparence. Les gens sont enfermés dans une catégorie et l'aspect devient empêchant, avec un effet sur le travail et le logement et l’apparition des phénomènes de ghettoïsation, de ségrégation ethnique ou les replis identitaires, une perception de dévalorisation sociale ou encore la peur de devenir un  étranger de l’intérieur  du son milieu social.

Au bout du compte, beaucoup de choses se combinent pour faire incliner des situations discriminatoires dont les “minorités visibles” sont victimes et leur faire endosser le profil du délinquant avec des problématiques de l’exclusion, de la discrimination et de la ségrégation. Dans un tel contexte, les immigrés, ou perçus comme tels, deviennent le bouc émissaire idéal.

Les préjugés sur les migrations sont nombreux, encore plus en temps de crise, et engendrent une mutation du racisme envers les immigrés et leurs descendants.

Les jeunes Français d’origine étrangère ou migrants sont alors les coupables parfaits. Mais ce sont des idées fausses qui ne reflètent en aucun cas la réalité des migrations. Il en est de même de la discrimination, qui renvoie à l’individu une image négative de lui-même. Le discriminé vit un véritable sentiment de honte et des souffrances terribles qui le renvoient à un état de vulnérable :

Le fait que vous ne soyez pas inséré par le travail, ça met des barrières là où il n’y en a pas. Ça sépare… tout est à recommencer. On a pourtant été sur les mêmes bancs d’école” disent-ils très souvent.

Le discours est fréquent chez les personnes qui croyaient dans l’école de la République mais qui subissent la discrimination. Ne pas être inséré, c’est vous renvoyer à votre propre responsabilité, comme si tout cela était votre faute.

Dans un empire de racisme, l'égoïsme et l'individualisme sont le produit d'une construction qui s'oppose à sa nature profonde. Aujourd'hui, M'Bappé, Karim Benzema et les autres de l’équipe de foot de France font partie des stars les plus populaires et des plus connus France, sont ils considérés des français de souche ou Française d’origine étrangère. La couleur de peau a une importance différente en France avec ces joueurs c’est la paille et la poutre.

Au cours des dernières décennies, de nombreux politiciens d'extrême droite ont remis en cause la francité de l'équipe nationale en raison de la couleur de peau des joueurs en déclarant qu'il était "un peu artificiel de faire venir des joueurs de l'étranger et de l'appeler l'équipe de France".

Pourtant la plupart de ces joueurs sont nés et élevés en France comme étant vraiment français.

Un journaliste sportif avait dit :

Les partisans de l’extrême droite ne doivent pas oublier que ce sont les immigrés qu’ils traitent de tous les noms d’oiseau qui sont en train de faire de la France ce qu’elle est actuellement et sera encore plus demain dans d’autres compétitions.”

En final ce sont des Français juste pendant les 90 Minutes de jeu du Match, et deviennent français avec une identité culturelle plurielle.

Ironie subliminale, disent certains. !!!!!

Certainement Eric Zemmour un sinistre polémiste regrette qu’il n’y ait pas de Bretons en équipe de France.

3
Après avoir spolier des terres, détruire des villages Israël soutenu et financé par les USA ne cesse d’incriminer les palestiniens ainsi qu’à tous ce qui apportent un soutien morale à la résistance des Palestiniens et le bellicisme est du côté israélien, les palestiniens résistent comme ils peuvent, leur violence revêt au moins une légitimité, celle de la résistance, de la survie, du désespoir.
La violence israélienne est une violence d’usurpation, d’épuration. Par contre, des Intifada à répétition, jusqu’à ce que le droit à l’autodétermination des palestiniens sur leur terre ancestrale soit non seulement reconnu mais effectif, il faudra y compter, ne pas s’en étonner et encore moins s’en offusquer, si on a la juiverie du sionisme de se prétendre démocrate et humaniste. Le discours des sionistes devient de plus en plus racialement, fascisant même et la haine qui s’en dégage, n’a plus rien a envier au nazisme, pourtant sans la Shoah, dit-on, Israël n’aurait jamais vu le jour ; et c’est sur elle que repose désormais la légitimité d’Israël, mais pour les Palestiniens n’ayant jamais cessé, leur lutte anti-coloniale continue en se réinventant en permanence avec chaque génération, toujours de plus belle, et ne cessera qu’avec la fin du  néonazisme juif.
Le néosionisme (ou néo-sionisme) est un mouvement ultranationaliste et religieux apparu en Israël après la guerre des Six Jours. Principalement représenté au sein des colons israéliens, le mouvement revendique l’annexion de la Cisjordanie (appelée Judée-Samarie par les partisans d’une telle idée) à Israël et l’expulsion des Arabes palestiniens.
Je rappelle ici que Yitzhak Rabin a été assassiné par un colon juif, est hautement caractéristique de l’influence politique exercée par les néo-sionistes au sein des gouvernements successifs d’extrême droite au côté desquels le Hamas n’est qu’un gamin.
Ensuite si on regarde l’évolution de ce que les médias appellent un « Etat démocratique » on fait le tragique constat qu’il est dominé par ses extrémistes, dont actuellement le sinistrement célèbre Netannyahou (Premier Ministre depuis 1996) et ses acolytes, mais aussi les fanatiques religieux ou sionistes fascisants. Dérive raciste et fasciste, enfermement dans une paranoïa très dangereuse pour toute la région condamnée partout dans le monde sauf ses propres géniteurs (USA.GB.EU)
Au passif d’Israël, les multiples spoliations des Palestiniens, le vol de leurs terres et maisons, les brimades et surtout des massacres de populations civiles. Crimes contre l’humanité.
Alors, Israël «soutenu et financé par les Etats-Unis» est-il légitime ?
Si on répond en prenant en compte son évolution actuelle, la réponse devient négative, Israël est un facteur de déstabilisation, un cancer pour l’humanité.  Une seule logique, pour Israël : celle de la violence, celle de la confrontation, toujours plus brutale. Arrogante. Celle de la suprématie militaire, qui ne garantit nullement la sécurité, ni même la survie, ce n'est pas une question de morale, c'est une question de lucidité, d'intelligence, de bon sens, de raison politique. Faute de quoi c'est jouer perdant. Jamais une armée n'a écrasé son adversaire, civils compris, sans que son gouvernement n'ait affirmé défendre les intérêts supérieurs et la sécurité de son propre peuple.
Nous entendons toujours qu’Israël a le droit de se défendre contre quoi : Des pétards de fabrication locale que le sionisme gonflant en Missiles téléguidés à longue portée en dizaine de milliers de roquettes prétendument lancées à partir de Gaza et n’atteignent aucune cible et encore plus improbable les chances qu'elle fasse des victimes Israéliennes. Les roquettes tirées en très grande quantité coûtent une véritable fortune, et demandent une véritable industrie pour la fabrication. Eh oui, il y a un blocus !
Lancé une roquette de 250 kilos vers l'aéroport de Ramon, situé à plus de 200 kilomètres de la bande de Gaza". Si ce n’est pas du tirage à la ligne ! Les roquettes de Gaza juste un abcès de fixation.
A l’analyse des derniers évènements, une odeur de fin de règne commence à flotter dans l’air, ceci rappelant fiévreusement l’événement «OAS » des derniers temps de l’Algérie Française.
Le religieux juif a rendu la Bible truffée de légendes, de contes, de récits de mythes et créé une histoire sur mesure pour exister au milieu des autres civilisations l'entourant qui le dépassaient et ignoraient carrément son existence tellement qu’il était insignifiant.

Les Romains avaient détruit le temple des juifs.

L’Occident (l’Europe) a, depuis surtout l’avènement du Christianisme, voulu se débarrasser des juifs de son territoire, que ce soit :

En Russie (pogroms).
En Grande Bretagne (l’expulsion des Juifs du royaume du XIIIe au XVIIe siècle).

En Espagne (l’expulsion des juifs d’Espagne en 1492).
En France (rafles et déportations des juifs en 1942)
En Allemagne (la Shoah), etc..

La raison est simple, l’Occident ne veut pas de retour de juifs chez lui, alors il encourage coûte que coûte la Alya et l’état d’Israël.

Aujourd’hui dans la société Israélienne de culture essentiellement religieuse, plus de 85% de sa population conservent un passeport étranger qui leur permettra de quitter à tout moment le pays. Israël ne constitue donc pas un État à proprement parler et surtout avec une économie artificielle financée par le Trésor Américain donc juste un état militaire faisant fonction d’une base militaire des USA, un satellite de l’Oncle Sam à qui il doit tout pour sa survie.

L’Etat d’Israél ne dispose d’aucune constitution, Israël a recouru à ce qu’il appelle les «Lois fondamentales», guidées par l’engagement de l’État à la suprématie raciale pour un apartheid juif israélien Ashkénaze.

Les faits de la colonisation des néo-sionistes en Palestine :

La mince bande de Gaza est le corridor au bout duquel les Palestiniens ont reçu des salves de mitraillettes tenues par des soldats avec une couche culotte postés sur une hauteur d’où ils ne pouvaient pas manquer leurs victimes. Les snipers en tuant 50 jeunes gens et en en blessant plus de 1000 n’ont accompli aucun exploit. 30 000 Gazaouis manifestaient sans arme la Journée de la Terre comme le font les Palestiniens depuis des décennies, demandant que se concrétise enfin le droit de retourner chez eux pour les réfugiés, ils sont près de 7,5 millions en 2019.

Les Médias ont titré «affrontements», «heurts» qui place le colonisateur sioniste en victimes, et les colonisés palestiniens en bourreaux, mais qui aussi déplacent la question politique de ce conflit sur un terrain religieux, traduisant l’idée d’un Hamas fanatique parce que religieux, face un israel soit disant non religieux et donc démocrate et supérieur. Le but est de réduire le crime d’Israël à une riposte disproportionnée dans sa nouvelle offensive contre Gaza. Cette même presse occidentale a tout bonnement à quelques exceptions près a pris ouvertement partie pour le bourreau contre la victime, Beaucoup d’hypocrisie pour ces grands défenseurs des Droits d’homme.

Le chef du gouvernement du régime sioniste s’est félicité de l’exécution parfaite du programme prévu avec atteinte du nombre de morts prescrits. Une armée d’Israël «soutenue et financée par les Etats-Unis » se doit d’obéir aux ordres et de remplir les objectifs fixés pour faire comprendre aux Palestiniens, qu’ils doivent à admettre dans leur conscience qu’ils sont un peuple vaincu. Mais nous voyons que les résistants palestiniens se battent avec les moyens de bord, c'est-à-dire très limités et lancent des roquettes «d’honneur» plus pour montrer leur dignité de ne pas plier à la colonisation que de faire réellement des dégâts. Quant à soldats barbares de la Tsahal ont démontré dans les massacres des populations palestiniennes le nihilisme sanguinaire qu’ils mettent en pratique.

L’armée israélienne a maintenu la pression sur la bande de Gaza, renouvelant raids aériens et tirs d'artillerie sur l'enclave palestinienne densément peuplée, ce qui consiste en une épuration ethnique pure et simple de la Palestine de ces citoyens autochtones, il s’est encore une fois avéré au monde entier dans sa pure barbarie, à travers le massacre systématiques de femmes d’enfant et de vieillards à Gaza.

Declaration de Yosef Weitz, avec son Comité de Transfert donne l’opportunité de lancer des plans de longue date de "transfert" (nettoyage ethnique) du peuple palestinien hors de ses terres :

" Je suis de plus en plus dévoré par le désespoir. L'idée sioniste est la réponse à la question juive en Terre d'Israël; seulement en terre d'Israël, mais pas que les Arabes [palestiniens] doivent rester une majorité. L'évacuation complète du pays de ses autres habitants et le remettre au peuple juif est la réponse. " (Expulsion des Palestiniens) ".

Weitz écrivit dans son journal au sujet du nettoyage ethnique de quelques villages palestiniens de la région de Haïfa:

"J'ai été heureux d'entendre de lui [un officier de la Haganah] que cette ligne était adoptée par le commandant ... pour effrayer les Arabes [palestiniens] tant que la peur provoquée par la fuite était sur eux." (Israël: une histoire)

Qui dit mieux que cet axe du mal !

Surtout pas le Hamas avec sa charte, très souvent pris en prétexte par Israël, lui qui voulait juste renvoyer les colons sionistes à leur diaspora divine.

Ironiquement, que les Israéliens, les sionistes croient encore (ou peut-être veulent-ils croire) que le peuple palestinien a volontairement abandonné ses maisons, ses fermes et ses terres.

Israël soutenu et financé par l’Occident a besoin beaucoup plus de guerres que de paix pour survivre, Mais comme tout projet colonial, il s’effondrera tôt ou tard, et cela n’a rien à voir avec sa légitimité biblique.

Mais un jour cet Israël bien que soutenu et financé par les Occidentaux, sera vaincu militairement, sera humilié moralement et chassé physiquement !!!!!!!
 
https://kadertahri.canalblog.com/


4
Sur mon blog, je me suis aperçu tout récemment la disparition d’une cinquantaine de commentaires de mes amis Marocains, je me suis demandé pourquoi ces suppressions subites, Aussi il m’a suffit de lire quelques journaux marocains, des sites marocains, pour comprendre qu’une guerre médiatique avait été lancée contre mon pays, par des articles hostiles, à croire que les journaleux et bloggeurss marocains n ont rien d autre de mieux à faire que d’étaler des problèmes sociaux existant en Algérie, et d occulter, ceux beaucoup plus graves, qui existent au Maroc. 
 
Pourtant comme un bon nombre d’Algériens, je suis profondément attaché à l’idée que les deux pays, les deux peuples ne font qu’un et que, nous sommes liés ad vitam æternam. Je suis, liés à notre voisin Marocain par la proximité de ma ville natale à la frontière de celui-ci, surtout par le fait historique, ce pays voisin  a, pendant des dizaines d’années, accueillis et donné refuge à des centaines de milliers d’Algériens fuyant les persécutions coloniales.

A l’instar de mes compatriotes, je suis un chaleureux fan de la culture Marocaine un patrimoine d’une grande richesse, sans nous enfermer dans de quelconques réduits culturels, les chanteuses/chanteurs Marocains ont fait vibrer notre jeunesse, ils ont marqué notre génération, et nous ont rendu la fierté d’être ce que nous étions c'est-à-dire un peuple Maghrébin. Ils ont chanté l’amour et la fraternité, nous avons aimé les écouter comme nous aimons encore le faire. 

Pour les pseudos arguments de ces attaques médiatiques, tout semble être permis entre: refoulements de délégations, campagnes médiatiques virulentes contre le voisin, guerre des déclarations officielles, instrumentalisation de la question de la fermeture des frontalières, le tout couronné par une bataille diplomatique croisée dépassant parfois toute convenance autour de la question du Sahara occidental.

En effet les médias du Makhzen ont toujours su orchestrer ce type de campagnes qui tendent à discréditer les voisins algériens pour l’accuser de vouloir déstabiliser de facto le Maroc et se déclare comme un pays victime de l’ostracisme des autorités Algériennes.. Toutefois pour le sujet Marocain, cette guerre est inutile, elle a usé le peuple marocain, en butte à des problèmes socio-économiques quotidiens, causant de plus en plus sa paupérisation, et hypothéquant le bradage des richesses naturelles. Quoique  les médias du Makhzen sachent trop bien que l’Algérie ne pourrait jamais atteindre le seuil du bas-fond comme c’est le cas pour le Maroc, un pays en faillite totale.

Certains auteurs d’articles avec un style proche de l’ironie et du sarcasme parlent de guerre économique, guerre diplomatique menée par l’Algérie, qui se traduit par une course aux armements et la fermeture des frontières et un soutien à la cause légitime de la lutte du peuple Sahraoui pour se défaire d une occupation.

Sur le plan diplomatique, toute la presse internationale fait état de la dépense de milliers de Dollars par le régime Marocain pour entretenir les lobbies Français et Américains en vue d’un soutien majeur aux thèses Marocaines, sur l’occupation du Territoire Sahraoui. Donc c’est bien une diplomatie de polichinelle, Il n y a rien de pareil pour l’Algérie. L’Algérie a toujours été un pays soutenant les mouvements de libération, il fut un temps, Alger était appelée, la Mecque des mouvements de résistance.



J’estime qu’il est important à l’Algérie de disposer d une Armée moderne et bien équipée, c’est légitime pour défendre un vaste territoire ce qui demande des moyens beaucoup plus importants, sans compter que l’Armée Algérienne reste surtout une Armée Populaire nationale, dépositaire de l’héritage historique de l’Armée de Libération Nationale. 

Sur la fermeture des frontières, elle a été le résultat de tensions entre les deux pays, entretenu par le Makhzen Marocain. Elle est aussi le résultat de vastes trafics de drogue, de pétrole, et de produits alimentaires, entretenues par des Marocains au détriment du peuple Algérien. Par contre, on peut comprendre la préoccupation de la population de l’Est Marocain qui sont ainsi privé de certains produits provenant d Algérie.

La frontière est fermée depuis 1994, et à chaque fois qu’il y a des révélations sur un dysfonctionnement du Royaume ou un scandale dans des histoires du Palais et des affaires policières du régime, la presse du Makhzen mise sur l'hypothèse de la main des Algériens,  qui restent bien heureux que leur presse les défendent et réagisse face aux agressions incessantes des défenseurs du royaume marocain et Merci à eux de nous informer que « le roi des pauvres » ne figure pas sur la fameuse liste du Panama Papers, et ce pour des strictes raisons de discrétion, mais seulement son secrétaire particulier y figure !

Pour la pseudo presse makhzenienne on sait que la soumission de laquais au Palais est acquise depuis longtemps, cela est bien plus dangereux et suicidaire de vouloir s’aventurer dans les questions sociales de la population du Rif,  il me semble, à la lecture, que la personnalité du Roi du Maroc en saisit suffisamment pour son grade.

Les auteurs de cette guerre médiatique oublient de nous rappeler la normalisation des relations entre le Maroc et Israël, ce dont il s’agit, un «deal», un pacte donnant/donnant entre le Maroc et USA (dont Israël est le 51ème état).
Et le deal, c’est : Occupation (de la Palestine) contre Occupation (du Sahara Occidental).

C'est-à-dire en terme diplomatique, un soutien dans les instances internationales pour l’annexion du territoire Sahraoui, et en échange un soutien  au minimum par une abstention et un silence, à la politique d’expansion d’Israël au Moyen-Orient et la spoliation du peuple Palestinien. Le soutien de l’Empire a un prix, quel que soit le guignol à la tête de l’Empire.

Peut-être un rideau de fumée dissimulant à l’opinion marocaine, en matière de politique étrangère avec la main tendue à l’Algérie, suivi par des campagnes médiatiques virulentes, guerre des communiqués et des déclarations officielles, instrumentalisation de la question de la fermeture de la Frontière, le tout couronné par une bataille diplomatique croisée dépassant parfois toute convenance. Pour le Palais, seule l’autonomie du Sahara marocain est acceptable, car il y va de la survie de la marocanité et de l’intégrité territoriale du Royaume.

Certain courant de la presse royale de l’étroitesse d’esprit, de l’égoïsme et des magouilles n’a de cesse d’évoquer la vision d’un probable conflit armé avec le voisin algérien, très certainement sur conseils et recommandations du nouveau allié de taille Israël qui finira par réaliser son eschatologique à activer les braises de la guéguerre obsessionnelle contre l’Algérie.
Ainsi apparaît l’appétit ambitieux de l’institution monarchique du Maroc!!!!

J’ai été vivement scandalisé par l’opinion d’un super chaouch Marocain, qui avait dans son article écris en la circonstance, que l’Algérie reste un pays sans histoire, sans passé, cette fâcheuse équivoque a sans doute provoqué la redistribution du sens de l’histoire et l’hypothèse du déni se confirme.
Cet article sent la propagande à 100%., on croit lire la même propagande israélienne, qui occulte l’occupation et l’existence du peuple palestinien. Les propagandistes, le Maroc et Israël utilisent toujours les mêmes ficelles qu'à l'époque de Heinrich Himmler et Joseph Goebbels ministre de la propagande du Reich n’hésitait pas à dire qu’un mensonge répété dix fois restait un mensonge, mais que répété dix mille fois il devenait une vérité !

Ces appropriations des terres organisées sont habillés de sources bibliques et des liens d’allégeance liaient les habitants du Sahara aux sultans du Maroc, qui en fait ne prouvent en aucun cas un droit la souveraineté sur ces tribus. Soit dit en passant, aucun pays ne reconnaît la souveraineté du Royaume du Maroc sur le Sahara Occidental, au regard du droit international ce territoire  n’a jamais été marocain mais un territoire en voie de décolonisation.
Aussi, un peu d’histoire pour rappel :
En 1955, l’Espagne devenait ainsi membre de l’ONU, elle s’est engagée par conséquent à respecter les règles et les procédures de cette organisation, le gouvernement espagnol lançait un plan d’actualisation accélérée dans la provincialisation du Sahara, décidée en 1958 dans la foulée de ces changements, la création d’un réseau de communications, la croissance des villes et la sédentarisation des nomades, cependant la plupart des Sahraouis continuèrent leur vie nomade, régie par leurs pratiques coutumières.

Durant toute la période de la colonisation, les gouvernements espagnols successifs nièrent ainsi la nature politique de la résistance de la population sahraouie, et ce jusqu’à ce que cette dernière exprime des revendications dans un langage armé aux forces politiques. Ce n’est en effet qu’à partir de ce moment-là que la dimension véritablement de la résistance sahraouie fut véritablement reconnue par les autorités espagnoles. Toutefois il n’y a pas vraiment de rupture dans les modes d’action politique depuis les années 1970, date à partir de laquelle les Sahraouis, alors sous domination espagnole, commencèrent à s’organiser pour revendiquer leur droit à l’autodétermination.

Cependant lors du départ des espagnols, au terme d’un pacte commun tenu en secret un transfert passation de pouvoirs entre deux puissances colonisatrices, le régime du Palais prend possession de cette terre au moyen d’une Marche Verte de 350.000 personnes venues des quatre coins du Maroc, une opération gigantesque sur le plan logistique, et ceci avait été un coup de maître pour revendiquer des territoires du sud, un coup monté, qui n’avait rien d’un élan populaire contrairement aux apparences, l’annexion du Sahara Occidental a fait l’objet d’un troc secret entre l’Espagne et le Maroc en échange le régime du Makhzen est tenu de s’abstenir de toute revendication sur les villes espagnoles de Ceuta et Melilla bénéficiant du statut de cités autonomes.
Telle est le pacte secret entre les 2 monarchies coloniales !
Parallèlement : la mise du Sahara sous administration marocaine a été fortement contestée, ce qui avait engendré un exode de plusieurs milliers de Sahraouis vers Tindouf en territoire algérien pour fuir l’occupation marocaine par ce coup de force, et sanglante pendant plusieurs mois.
Résultats des courses, la monarchie Marocaine est tout à fait insignifiante dans l’échiquier géopolitique mondial, elle vit des subsides de l’Europe et des états du Golfe, le régime Marocain est fortement endettée et les aides Allemands on été suspendues, sans compter que l’image de milliers d’adolescents (8000 dont 1500 mineurs) fuyaient le Maroc pour se réfugier dans les villes espagnoles de Ceuta et Melilla reste gravée dans tous les esprits et ne constitue que l’arbre qui cache la forêt. 

Le Maroc compte une quarantaine de  Partis Politiques, la plupart créée par le Makhzen., mais aucun ne peut prétendre bénéficier d'une quelconque popularité, avec un illettrisme record, un gouvernement a deux têtes dont l’un est fantoche, le Maroc n’est ni une puissance économique ni une puissance militaire, mais, seulement une  économie basée sur le tourisme aléatoire.

Certains accords de coopération ayant pour objet la modernisation libérale du Maroc, sont signés principalement avec la France entité toujours protectrice du régime Marocain, cette indépendance factice, une autonomie interne avec un large assouplissement du régime du Protectorat qui prévoyait l’accession du Maroc au «statut d’État indépendant, uni à la France par les liens permanents d’une interdépendance librement consentie et définie.»

Alors pourquoi les dirigeant du régime Marocain, persistent dans leur entêtement et continuent encore et toujours à nourrir cette interdépendance qui devient  forcément vassal, pour ne pas dire vénal !!!!!
Nul ne le sait !!!!!

Le Maroc, c’est un peuple merveilleux qui regorge d’intellectuels nationalistes, de hauts cadres et de personnalités politiques expérimentées, aptes à diriger le pays vers un avenir meilleur. Quant au passé millénaire du Maroc, slogan lancé par la presse du Palais, je ne peux que dire « Arrêtez donc d’être aussi complexé et de croire que vous êtes le nombril du monde ».
Je conseille  vivement de prendre des cours d’Histoire du Maroc avant de venir donner des leçons aux autres, notamment à vos voisins. Je parle de la vraie Histoire pas des contes des mille et une nuits qui tient lieu d’histoire officielle dans les manuels scolaires du royaume enchanté

Pour le petite histoire je retient celle du Moghreb Athlétic de Tétouane, (sous protectorat espagnol. ce club a évolué  dans le championnat national espagnol aux côtés du Real Madrid, du FC Barcelone ou encore de l’Atletico Madrid,) durant la Botola Pro en 2012 gagne pour la première fois de son histoire le championnat marocain, Ce titre a été gagné à l'issue de la dernière journée, le match l’opposait au FUS (Union Sport de Rabat), au stade de la Capitale. Le FUS ne jouait pas contre l’équipe d’une ville, mais contre celle d’une région : les médias parlaient alors d’un match du FUS contre le nord du Maroc, et des supporters (plus de 45 000 personnes) de toutes les villes du Nord/Rif s’étaient déplacés pour suivre le match.

Dans le stade, les symboles de Jbala et des Rifains étaient affichés : chachiya (chapeaux jabli), mandil (drap multicolore) drapeaux et insignes amazighes.
A l’issue du match, les supporters chantaient tous :    jabliya rifiya o machi’robiya.

C'est-à-dire que la Botola Pro est gagnée par des Jbala et non par des ’robiya, en référence à l’appellation que l’on donne aux campagnards du Centre.

C’est le Nord qui s’impose au Centre à travers un match de football ; gagner contre l’équipe de la capitale, ce n’est pas uniquement la victoire d’une équipe mais bien celle d’une région.
L’identification par la catégorisation Jabli et ’robiya, rend visible la déchirure importante de la population d’un même espace. Tout visiteur à cette région (Nord) sera frappé par l’état de pauvreté dans lequel vivent aujourd’hui les habitants du Rif. 
L’histoire de ce match de football résume la fragilité de la séparation entre le Centre et le Nord, ce Nord qui reste toujours le symbole de la contestation contre l’injustice sociale et économique Il montre la dynamique complexe qui les relie tous deux, mais révèle surtout la complexité et la fragilité de la construction du Royaume Marocain.

Force est de constater, en guise de conclusion, que la presse du makhzen sonne les tambours  de guerre, c’est encore une histoire de personnes pensantes pour qui le peuple ne compte pas et pour lui dire que c’est juste une sorte de pied de nez de la presse du Makhzen marocaine au soutien algérien aux sahraouis, dictent par les  élites marocaines et par extension les classes moyennes qui vivent dans le sillage du Palais se complaisent dans une zone de confort matérielle. Le schizophrène marocain qui se suffit de sa bulle royale, sert aujourd’hui d’alibi et qui se meurt dans les arcanes du Palais.

En tant qu’Algérien, ayant reçu sa part d'indignation, d'amertume et de douleur, comme les algériens, sans être dans une cour de Versailles, je commence par un simple reproche, ce sera également par pure ignorance, sans s'en douter le moins du monde, qu’une guerre, restera au yeux du peuple algérien, une véritable insulte et un acte biscornu tout comme aux yeux du peuple Marocain.
Je ne me réjouirais pas de voir éclater une guerre entre le Maroc et l’Algérie. Des guerres, il y en a eu assez. Une guerre, c’est beaucoup de familles détruites pour rien, des destructions massives de populations pour arrivée en fin à demander une réconciliation et une négociation, Alors autant le faire maintenant.

L’Algérie n’a jusqu’ici aucune prétention sur ce territoire, les revendications exprimées par les autorités du pays sont claires, elles disent haut et fort: l’autodétermination des peuples sous domination coloniale, par la voie souveraine des référendums libres et réguliers.
Mais le Maroc ne l’entendait pas de cette oreille, en limitant le choix des populations sahraouies entre une marocanité du Sahara occidental ou une autonomie, toujours sous souveraineté marocaine, excluant une troisième question sur le choix ou l’option de l’indépendance.
Désolé, pour mes amis Marocains, c’est le point de vue d’Algérien de l’Algérie profonde !!!

https//kadertahri.canalblog.com/


5
Kabul fell into the hands of the Taliban; this is only true for the Western press!
Kabul is liberated by the Taliban, for others.
The Afghan Taliban have indeed liberated their country from the Anglo-American-Zionist invaders, this strangely reminds the fall of Aleppo in Syria, lamented in its time by all the Western media!
The invaders return home with their tails between their legs. The Taliban are Afghans, by the way and each people has its specificities. Afghanistan was occupied by the Anglo-American-Zionist invaders, the administration in place was corrupt and in their pay. The Afghans didn't want it anymore, and wanted to regain their independence.
 
Thus the people of Vietnam and the people of Afghanistan will have confirmed that a people can turn an over-equipped, over-funded occupation army of gigantic technological superiority. In any case, it is a positive sign for Syria, Iraq, Yemen and Palestine. By the way, for the Anglo-American-Zionist invaders, the Vietnamese syndrome reappears followed by another Afghan syndrome.

The all-out Western press has told us that during the Russian occupation of Afghanistan, the Afghan resistance fighters were heroes fighting against the world's first army.
Today after dismissing the Yankee invaders, the Afghans are presented as obscurantist, who oppose the most powerful country in the world and Western civilization.
How many times have we been presented with this Afghanistan as completely retrograde, even medieval, It is to make believe that the Taliban arouse terror and yet it is the same Afghans who had after 20 years of war, understood that the imperialists do not want them any good, and with the occupiers the reality is quite different, they are sowing desolation and death everywhere with their incessant wars. The imperialist does not fight terrorism, but creates, finances and arms groups that practice terrorism.

I welcome the departure of the Anglo-American-Zionist invaders. There, in Afghanistan, the coalition has forty-nine nations that are part of ISAF and it is among at least the top 5 military powers in the world. And now they are leaving with their tail between their legs, leaving a corrupt country and without even having thought of helping economic development.

I always rejoice when a people kicks the backs of invaders. That makes me happy indeed. This withdrawal is a victory for the Afghan people, and I take as a good example it is not because the situation was disastrous for the Algerian people in 1962 following independence, that one had to complain about the departure of the French. .

How you look at the Taliban depends very much on how Western propaganda portrays them. When in power, from 1996 to 2001, the Taliban applied radical Islam as did Saudi Arabia, Qatar and other Gulf countries. At the time, opium production had fallen by 90%.
The Afghan narco state was a product of American imperialism to hide the plunder of important resources: Copper, rare earths, lithium ...
It should be noted that 30 to 45 thousand Western civilians were deployed on the Afghan territory to exploit the natural resources of the country without counting the 8 thousand Colombian mercenaries of the FARC, recovered by the CIA are in charge of monitoring the culture of the drug as well as its delivery. .
   
The unacknowledged goal of this drug allowed the CIA to finance covert operations to destabilize countries resisting the US empire. Plunder and massacre are indeed the two breasts of the USA, hypocrite master of an abject double game, in addition to being an arrogant although poor giver of lessons, be careful not to say, it is indeed the USA which destroyed the Afghanistan as well as Libya, Iraq, Syria.

But I hate this moralizing and protective attitude of the great Western Democrat whose ulterior motives we discover a few decades later. Indeed the Americans have set up with billions of dollars an administration to their boots of which there are only thousands of Afghans trying to flee the country.

As for the fight against terrorism dear to the West, and in this international coalition are at least the 5 leading military powers in the world, simple objectivity says that it is only a term of propaganda. Nowhere are terrorists invading other countries to install a government of their own. It was the Anglo-American-Zionists who did it.
 
We also see the French Army in the Sahel, charged among other things with protecting and financing through Christian NGOs under the Vatican, Terrorist groups.
In the Malian Sahel, the French army will march with Civitas, because the hostages quickly become Muslims.
Who is the terrorist?
All the Western press is worried about the plight of Afghan women, but in fact it's just a pretext, and this is where Western machos have an opportunity to spit on Muslims and pretend they care. womens rights. Yet the lot of ultra-Orthodox Jewish women is no better, but Westerners do not care.

In fact, they don't care about the fate of Afghan women. They were never concerned about Afghan women during the time of the invaders, yet with a presence of 20 years, this international coalition had not built any schools or hospitals for the Afghan people. This underdeveloped country of Afghanistan was therefore of no interest to the West. Except for these natural resources and its Opium By neglecting the degraded internal situation of the Afghan population, Western countries have allowed conditions favorable to anarchy, to the law of the most violent to insecurity, to develop there. - to say a failure or an abandonment of the international community in Afghanistan, especially when we see that the basic work vis-à-vis the Afghan civil society accomplished by the West is minimal enough not to say totally absent.

The international coalition could not achieve any of its goals because it began by sweeping away everything the country had organized; what the Americans themselves subsequently recognized. he population is increasingly hostile to the presence of Western occupiers, that corruption and drug profits have never reached such levels.
But now after the coalition debacle, then they are going to write tearful pleas about Afghan women. Not for women, of course, but just to demonize the Taliban, who they will not forgive for defeating the handsome, well-shaven Westerners, well equipped for a war ballad.
This defeat of the Anglo-American-Zionist invaders will hurt Western racists, but it will be a good example for all the others, scenes of panic that we saw at Kabul airport reminded us of those in Saigon during the US defeat in Vietnam.
However, what are these Afghans who cling to aircraft, certainly not Western NGO employees, but surely CIA-backed Afghan paramilitary forces agents. They are members of the Khost Protection Force (KPF) and the National Directorate of Security (NDS), counterinsurgency auxiliaries, mercenaries, have committed summary executions and other serious abuses with impunity, these rapid intervention forces illegally killed civilians during night operations, subjected prisoners to enforced disappearances, abducted and raped women, attacked health establishments on the pretext that they had provided medical treatment to rebel fighters .

The Taliban have frequently committed violations of the laws of war and human rights. More than certain, the CIA-backed Afghan forces have allegedly committed so many crimes that the Taliban are altar boys against them.

Our lesson givers are just racists now obsessive mantra, they hate Muslims. There was also a whole propaganda worthy of colonization to pass off the Afghans as backward barbarians. They will never forgive them for defeating the Allied oppressor when they themselves never dared to revolt against his imperial designs.
In fact, they blame the Taliban for having the courage to cast out a tyrant and for bringing out their own cowardice.

The failures in Vietnam, Iraq and Afghanistan, and their dire consequences, were evident from the start each time. Driven out of Afghanistan, Americans can no longer see themselves as the world's policemen. We can therefore say that the Taliban contributed a lot to the defeat of this gendarme… !!!!!
One of the lessons of the American defeat is that imperialism and the occupation must be fought vigorously by the peoples in order to be liberated.
It will thus be important that territorial respect be elementary in the application of International Law and above all that the will of a people is also honored otherwise it is no longer democracy, but anarchy.

In the end, as Machiavelli says: "We start a war when we want, we end it when we can. "

http://kadertahri.canalblog.com/


6
Islam will forever remain the staunch enemy of the church who believes that the struggle of the cross against the crescent is still relevant, for her the danger is always present, as we can see from the words of British scholar specializing in Islam: For centuries, Islam has been the great enemy of Christendom, because Christendom was not in direct contact with any other organized state comparable in power to Muslims.

The challenge to Islamic dogma has lasted for fourteen hundred years and will never cease. What do you expect the Muslim religion has the real gift of irritating the Christian church especially with the reassuring confidence in the written testimonies that Muslims have received in the revelation of the Qur'an. Because we must not be mistaken, beyond the recurring quarrels between Christians and Muslims on such or such a theme, the real fight is aimed at our affirmation in the divine aspect of Islamic revelation and it is in this sense that a Christian cleric had honestly testified that "Islam offers a virility and a security which no longer exist in Christianity"

Giving an origin to Islam in order to demonstrate that it is only a revival of old Jewish and Christian customs, I find that quite simply fascinating, especially since it is Christian religious defenders of a systematic Christian humanism who claim it loud and clear.

The church with its Catholic Institutes and Research Centers tries to launch a whole armada of pseudo-specialist priests or crooked priests with the aim of dissimulation, other than that of teaching the truth more objectively but with the aim being to demonstrate that the 'Islam is only a revival of old Jewish and Christian customs, I find that quite simply fascinating, especially since it is Christian religious who claim it because mistrust would be in order.

These different religious of all tendencies refuse to see the evidence that makes Christianity a belief of transition between strict Judaism and pagan culture, without forgetting that Christianity resulting from Judaism has generated Christianized sects whose each partition tries to justify human actions and choices totally opposed to the original teachings of the ancient Hebrew writings. However, it should also be noted the disturbing absence of written testimonies of events supposed to have taken place and the origins of the various texts of the Gospels also remain very controversial this of course throws a legitimate doubt whereas the official version of these Gospels does not been validated more than three hundred years after their supposed writing. What is ridiculous, however, is being able to draw conclusions from a few extracts.

I ask myself more and more the following questions:

-How do these people of the Church (Abbot and Missionary Priests) take a deep interest in Islam when, on their own dogma, they ignore almost everything?

-What gives these Christian clerics authority to speak about Islam?

Most certainly the great fear of having understood that Islam is the pinnacle of the revelation which abolishes all that is previous, and in the situations of fear, even of anguish, which followed, the role of media has not always been very positive.

-When will some Christian religious hypercritics stop spouting such trivialities, fariboles which amount to an attack on the most elementary freedom, of belief?

This kind of work that surfs the distortions and lies about Islam through the ages has not been limited to a small number of scholars and clergy. But they are part of the popular culture of the whole church.

If the church thinks through this kind of work to make an effort to modernize the common reading of the religious, I will say once again that this kind of small elitist causes have created doubts about the origin of Islam, instead to study this religion with the tools of historical and theological analysis without seeing this belief with pink glasses of Western legend which shows that one aspect of false Christian representations of Islam

For a very long time, Muslims were content to accept what Christians said about themselves, although they saw that there were many contradictions and inconsistencies in the writings and in the official historiography of Jesus Christ. came to realize the Judaism which had been lost. The only essential difference: is Jesus God. He became so for Christians 300 years after his death at the request of Emperor Constantine. Christianity was born out of dissent within the Jewish community. It is not an invention of the Romans who, moreover, fought it for a long time. Islam on the contrary has nothing to do with Judaism, nor with the Christian sect: it is a pure divine product!

Today, most Muslims would likely agree that the majority of the distortions about Islam come from crooked clerics and the media, whether in newspapers, magazines or on television, and there is a problem of representative ness and nature of sources.
What haven't we heard on the subject?

That Allah is an ancient pagan god?
That Islam is not the product of divine revelation?
That Mohamed (SAWS) is not a prophet?
That Mohammed (SAWS) never had the Qur'an in his hands?
That the Qur'an is the work of Waraqa Ibn Nawfal, who is sometimes called Jewish Rabbi, sometimes Christian priest or even an Ebionite (especially in the sources of the fascosphere)?
That Allah is an ancient pagan god?
That the systematic questioning of Islam as a source of violence is easily admitted
That Islam, a legacy of a Judeo-Nazarene heretical sect that never existed, except perhaps in the minds of some zealous preachers, and is not a historical reality.

Indeed, there is no evidence of the existence of Nazarene heretics, neither in Syria nor in Arabia. The notion of the Judeo-Nazarene masks the will to the exclusion of the divine revelation of Islam.

Why did these sacred Judeo-Nazarenes need another religion and why despite the supposed presence of Christianity and Judaism in Arabia, this region did not become Christian or Jewish, it would have been easier for them?

These speeches do not pass anymore!!!!!!



In terms of the number of people affected by such information, the mass media certainly have a more widespread impact on the Western view of Islam.

The fairest response of Muslims to Christians is contained in the Qur'an which is intended to be a collection of answers to questions and reminders, precisely concerning the First Books ("The old leaves: the leaves of Abraham and Moses" ) and the Gospels. Is it not said (to the prophet of Islam) in the Quran 88: 21-22:

“Well, call back! You are just a reminder; you have no authority over them!

(Remind them of the blessings of God and the signs of His uniqueness, for you are only responsible for reminding them of all this. You have no authority over them.) ”.

Finally, to maintain that the prophet Islam is the editor of the Qur'an is unparalleled ineptitude, at this level and if Christianity is a continuation (refused by the Jews) of the Jewish religion, Islam n 'has no connection and especially it is not because there are names (Abraham, Jesus, Mary…) common between the Bible and the Qur'an that they are identical people. Just because there are some common concepts between these two beliefs does not mean that they are identical concepts. The Judeo-Christian belief and the Islamic belief are quite simply incompatible, and therefore can in no way go hand in hand.

This is the paradox of Christianity, wanting to demonstrate what does not exist to those (Muslims) who are convinced of the divine existence of their belief; you almost wonder which ones are the most believers !!!!!!
Christianity with ambitious thinkers in theological debates and ethno-religious divides manages to discover the supposed Judeo-Nazarene origin of Islam, however this same Christianity completely ignores a period of 18 Years in the biography of Jesus Christ and any explanation of this period is therefore made only of hypotheses because the writings of Christianity say nothing of these hidden years, or dark years, I must admit that the opinions of the Church on itself are not explanations just far-fetched quibbles to get out of a contradiction, not without reason, what is at stake is the primacy of dogma. Relics, parades, pilgrimages, bleeding statues, Lourdes, Fatima and miraculous healings?

This is sensational!!!!!!!


Wahrani

http://kadertahri.canalblog.com/archives/2021/04/05/38904920.html



7
In my exchanges with a Christian religious apologist, a discussion on violence in religion, he did not fail to quote part of the verses of Sura 5.32 in order to accuse us of passing Islam as a peaceful religion. and which in his eyes this is far from being the Truth, he said while adding that verse 32 of sura 5 is often brandished by defenders of Islam, in an incomplete way, to make believe that the murder is forbidden in Islam and that whoever kills a man, it is as if he had killed all mankind. Murder is obviously not forbidden in Islam as these people want us to believe - he concluded!

So as we can see with my Christian antagonist, it is about debates of ideas, to convince the other, to make admit a policy or a reality, Islam recommends to choose the best style, the good thought, smile and the right attitude as it says in verse 125 “and discuss with them in the best way.” Islam recommends wisdom and the right exhortation:
"And tell my servants to speak the best of the best words", (Qur'an 53:17).
And the Qur’an also continues: "Repel evil with what is best".

Reading such lines, we are very far from the Qur'an which literally horrifies on the other hand we can also see that reason is not the obstacle to faith in Islam, but is a necessary condition (for example , Qur'an, 2.44; 3.190; 16.12-13, 67; 20.54; 45.5).
Before any gratuitous condemnation, it would be important that we must first separate individual cases and personal interpretations from actual religion, so it is necessary not to condemn so much a book or text solely to literal, figurative or simply a result. It is not enough to take a few passages from the Qur'an to make it say something that it is not really saying. Again, opponents who take a verse out of context, and out of its legal understanding, are in there. 'error, but just as the detractors, who in all ignorance and puffed up with pride, take the verses out of context, and ignore all the rules of Islam, thinking that the Fiqh (jurisprudence), stop reading a single isolated verse.

The Qur'an is read and understood as a whole, in the sense that one must take into account everything that God says in his revealed Book. Thus, when the killing of criminals is expressed, there is also expressed forgiveness, mercy, and the alternative which preserves the life of even the criminal is better in the sight of Allah. For Islam the human person has absolute value, because the individual reflects humanity as a whole: “The value of the individual is neither numerical, nor rational, nor social; it is a gift from God himself, a gift for human beings as such - regardless of cultural peculiarities, historical significance or striking self-confidence.

In the case of Islam, the Qur'an is the ultimate and only authority which recommends that the worst sins are to associate or associate others with God and to assume the role of God in it. interpretation and application of the divine Message is the greatest form of blasphemy. Again, this is not the Book, but the interpretation of men. We must not forget that Islam is a peaceful religion which aims to give man moral standards of exceptional quality.

The first verse of the Qur'an, "The Opening" explains this very well by dividing people into two categories:
1. Those whom God has blessed!
2. Those who have gone astray!

However, the actions of the followers of radical religious (terrorists, etc.) cannot be attributed to violence in the religion who in fact remain idolaters in strictly Koranic terms because they associate others (namely their leaders) with God. instead of going to the source themselves, i.e. the authority of the Qur'an instead of treating the precepts of the Qur'an as a guideline instead of a definitive Book.

The story of the sons of Adam (Hâbîl and Qâbîl) appears in Sura 5 (Verses 30-35), here is what the Qur'an reports:

27 And tell them the story of Adam's two sons truthfully. Both offered sacrifices; that of one was accepted and that of the other was not. This one said, "I will surely kill you." - "Allah accepts," said the other, "only from the pious. "

30 His soul prompted him to kill his brother. So he killed him and thus became one of the losers.

32 This is why We have prescribed for the Children of Israel that whoever kills a person not guilty of murder or corruption on the earth, it is as if he had killed all men. And whoever gives him life, it is as if he gives life to all men. Indeed Our messengers came to them with the proofs. And then lo and behold, in spite of that, many of them began to commit excesses on the earth. "

The Qur'an, once again proves that those who kill (or kill themselves) in the name of a sacred demand betray the very message of Islam which firmly prohibits murder. and it is verse 33 that does indeed speak of what the enemies of Islam suffer who also strive to corrupt the earth:

33 "The reward of those who make war against Allah and His Messenger, and who endeavor to sow corruption on the earth, is that they are killed, or crucified, or their hand and leg are cut off. opposites, or that they be expelled from the country. It will be ignominy for them here below; and in the hereafter there will be a tremendous retribution for them, "

However, verse 34 states as mercy and compassion:
34. Except those who repented before falling into your power: know that then Allah is Forgiving and Merciful. "

The Qur'an indeed treats very cruelly this sinful group which it regards as the enemy of Allah.
But to call it a cruel book because of it, you have to ignore a very crucial element in the rest of the book that compensates for this cruelty at every turn: God in the Quran, besides being all-powerful, all-knowing etc. is also all compassionate and all merciful. In fact, these two are the most repeated properties of God. Each chapter begins with the sentence: “In the name of God, the most merciful, the most merciful ..

So yes, you can focus on a specific verse against the enemies of God and call the Qur'an cruel if you wish. But it wouldn't be good judgment when you also know that those who are subjected to this cruelty are also offered endless opportunities to repent at a superhuman level of mercy and compassion.

Apart from the Quran, the prophet of Islam illustrated the mercy of God by saying that "All your sins are forgiven if you remove a thorn from your neighbor's path."
So murder in Islam is forbidden, but in times of war enemies can be killed (in combat), the worst criminals among them can be executed (by the competent authorities, and by the average Muslim, just like all states of the earth practice it or practiced it).

But a person who surrenders, and abandons his crimes, cannot be condemned to death, since taking the life that Allah has made sacred is forbidden (except rightly as stated before) as Allah says in verse 151 of the sura 6: "151.
Say: “Come on! I will repeat to you what your Lord has made you a sacred duty: do not associate anything with Him; treat your fathers and mothers with kindness; do not kill your children because of need: We will provide you and theirs for a living; stay away from turpitude, whether apparent or hidden; do not kill anyone, for God has made a person sacred, except in the exercise of a legitimate right. "This is what God has prescribed for you. Perhaps you will reason! "

In sura 5, verse 32 actually refers to a prescription made to the Hebrews. But what do we learn when we put this verse in its full context, which is no more and no less than Sura 5 in its entirety?
Well, there we learn about the existence of verses adhering to the one exposed above, and we learn about the attitude to adopt in the face of the prescription given to the Hebrews.

Indeed, verse 59 tells us this:
59. Say: “O People of the Book! Do you blame us for anything other than believing in Allah, what has been sent down to us and what has been sent down before? But most of you are perverts.

The question arises: What has Allah sent down before?

It would be good to know how a verse could not find its meaning without placing it in its context which is the entire sura, and well we discover as by magic that verse 44 sheds light on the nature of what has been descended before:

44. We have sent down the Torah in which there is guide and light. It is on this basis that the prophets who have submitted to Allah, as well as the rabbis and doctors judge the affairs of the Jews. For they have been entrusted with the care of the Book of Allah, and they are witnesses of it. So don't fear the people, but fear Me. And don't sell My teachings for a cheap price. And those who do not judge according to what Allah has sent down, these are the disbelievers. "
So here the Torah, and other verses complete the nature of what has been descended before, like verse 46 and verse 47:

"46. And We sent after them Jesus, son of Mary, to confirm what was in the Torah before him. And We gave him the Gospel, where there is guide and light, to confirm what was in the Torah before him, and a guide and an exhortation for the pious. "

47. Let the people of the Gospel judge by what Allah has sent down there. Those who do not judge according to what Allah has revealed, these are the perverts. "

Finally, verse 48 seals the outcome of this debate, because it confirms the Qur'an confirms what was sent down before it:

48. And upon you (Muhammad) We sent down the Book with the truth, to confirm the Book which was there before him and to prevail over it. Judge therefore among them according to what Allah has revealed. Do not follow their passions, far from the truth that has come to you. To each of you We have assigned a law and a plan to follow. If Allah had willed, He would certainly have made you all one community. But He wants to test you in what He gives you. so compete in good deeds. All of you return to Allah; then He will let you know what you were deviating from. "

So we see here, that if the Jews had a prescription not to harm the life of an innocent person, this prescription systematically applies to Muslims, as proof, in the same sura, the law of retaliation is stipulated there:

45. And We have prescribed for them life for life, eye for eye, nose for nose, ear for ear, tooth for tooth. Injuries fall under the law of retaliation. Afterwards, whoever renounces it out of charity, it will earn him an atonement. And those who do not judge according to what Allah has revealed, these are the unrighteous. "

There is talk of a prescription still addressed to the children of Israel, the Qur'an reveals about the law of Talion for Muslims?

“O you who believe! You have been prescribed retaliation on the subject of the slain: free man for free man, slave for slave, woman for woman. »(Sura Al Baqara, verse 178)

So the laws that apply to the Hebrews do apparently apply to Muslims apparently and I believe the true Muslim view above is very much in accord with the biblical view.
Conclusion: The Qur'an is by no means violent just stupid people are !!!!!!

Wahrani

https://kadertahri.canalblog.com/



8
I appreciate the Gospels very much and I have a slight admiration for Paul of Tarsus, who in my eyes this great Paul made such a beautiful mess in the teachings of Jesus, that he won everything because he wrote more of Books of the Bible than any other author, while Jesus did not write a single word, so it makes you wonder why Paul would have been inspired by God?
To consider that Paul of Tarsus, who lived in the first century of the Christian era as an apostle of Jesus, would be like rewriting the History of Jesus' message (not to say Christianity)!

At one point Paul of Tarsus said, "I myself am not under the law," but immediately corrects his statement and basically says, "Well, I am under a law - I am under the law of Christ. (1 Corinthians 9).

He is more than an apostle as far as I am concerned, a true Napoleon of Christianity.
I understand that the earliest writings of the New Testament are actually letters from Paul of Tarsus that were written around AD 50-60, while the Gospels were only written later in the period AD 80-110. . This means that Paul's theories of Tarsus were already before the authors of the Gospels wrote their interpretations of the ministry of Jesus.

Before further discussing the writings of Paul of Tarsus, it is helpful to point out that on the Internet one will find Christian sites which provide very difficult information which will be completely new to the truth-seeking Christian. I assure you that the following details, facts and information regarding the true historical Paul of Tarsus and the problem and split with the Church in Jerusalem are documented well outside the New Testament. The Bible is definitely worth a deep study, but some things that Paul of Tarsus in particular said are clearly wrong (for example, all governments come from God and slaves who obey their masters do God's will!)

It was Paul of Tarsus who launched the belief that Jesus was incarnated and suffered the torture of the cross, so that God would forgive the sin committed by Adam and Eve, a sin which fixed the fate of all Humanity. : the expulsion from Eden, the transmission of this sin to all men, the condition of being mortal, and it is Augustine of Hippo is the inventor of the expression "original sin" and an obsessed with 'a literal reading of the story of the Fall. He organized councils in Carthage, which resulted in the affirmation of the doctrine of original sin. From that moment, the problem is resolved for the Church, but Christian theologians fail to understand, explain and justify an increasingly incomprehensible and even scandalous belief: God, almighty and infinitely good. , mercilessly condemned the whole of humanity.

Some Christian theologians believe that Adam and Eve committed the sin of the flesh yet this extremely suicidal theology completely contradicts the fact that human beings were made in the image of the perfectly good Creator. The doctrine of sin is false and blasphemous, saying that every baby is inherently flawed, that God the Creator does evil in the world, and that God is unjust, rebuking all children for the sins of their parents, well that this is strongly refuted in Ezekiel 18:20, but the church refuses to go back on the dogmas it has proclaimed. These doctrines are therefore repeated in the latest version of the Catechism of the Catholic Church, published by the Vatican in 1997 and above all the Church recognizes, however, the irrational character of its explanations: “The transmission of original sin is a mystery that we cannot fully understand”.

In Jesus' teaching he had no problem offending people by telling a crucial and straightforward truth, but Paul of Tarsus said Christians will have to change their behavior depending on whether or not it offends the other person, and in this way he promoted moral relativism in this way.

It is only useful to see that Paul of Tarsus affirmed in one of his letters (2 Cor 10) that some of his rivals criticized his rhetorical talents, he was undoubtedly endowed with great oratorical talent and a power of persuasion which made him a formidable adversary in religious disputes. In that same letter and in that same chapter, he spoke of demolishing the arguments against his strongholds.

The constant movements of Paul from Tarsus and his references to the cities he had visited and intended to visit, testify to his enormous energy. He was not intimidated by the dangers of transportation in his day and does not seem to have had more hesitation or apprehension about taking an intercontinental trip than a traveller today.


Paul of Tarsus' political gaze kept him safe from the perils of clashing with Roman power as he travelled freely throughout the empire. Eventually he got into trouble with the Roman civil authorities, as he became a threat to them, they grabbed him, interrogated and killed him for his success with the Gentiles. After having spread his message for a quarter of a century and laid a solid foundation for the spread of his faith. Before his imprisonment, Paul of Tarsus succeeded in leading the religion he adopted so that it remained on the right side of power. To accomplish his goal, Paul of Tarsus used all the artifices of politics, without excluding opportunity and duplicity. He said this of himself in his first letter to the Corinthians:

Although I am free and do not belong to any man, I make myself a slave to everyone, to earn as much as possible. For the Jews, I become like a Jew, to win over the Jews. For those who are under the law, I become as one under the law (although I am not under the law), in order to gain those who are under the law. For those who do not have the law, I become like one who does not have the law (although I am not free from the law of God but am under the law of Christ), in order to win those who do not have the law. For the weak, I become weak, to win over the weak. I have become everything to all men (1 Cor 9: 19-22).

This is why I believe that this great Paul of Tarsus is the Napoleon of Christianity!!!!
According to some Christian sources, Paul of Tarsus the theologian is a less coherent and less convincing thinker than is generally believed and he had confused circumcision with the observance of other laws of the Torah, as Paul of Tarsus expressed the whole range of ideas about the value of circumcision, with indifference in 1 Cor 7:19:20

Circumcision is nothing, and uncircumcision is nothing, but keeping the commandments of God is everything. May everyone remain as they were when called?

Circumcision has no value in Gal 5: 6 6
For in Jesus Christ neither circumcision is of any use, nor uncircumcision; but the faith which acts out of love.
Affirm that circumcision has value in Rom 3: 1-2 1
So what advantage does the Jew have? Or what profit is there from circumcision? 2 In any case, mainly because it was to them that the oracles of God were committed.

In his relationship with the apostles, Paul of Tarsus finds himself in a rather difficult situation. The facts of the story of his rejection in his outburst of love for the daughter of the High Priest, showed that Paul of Tarsus as a Pharisee rejected. Moreover, Paul of Tarsus had wanted the independence of the Church in Jerusalem, but above all needed their recognition and their authority for his missions. In Galatians 1:18 he states: "Then, after three years, I went up to Jerusalem to see Peter and I stayed with him for 15 days". Verse 19 states: "But the other apostles saw no one except James the brother of the Lord".

There is no doubt that the fortnight with Peter was largely devoted to imparting more information about the context of Jesus' ministry on earth as well as the very beginnings of the new movement.

In Galatians 2: 1-2 he states: "Then after fourteen years I returned to Jerusalem .... I presented them the gospel which I preach among the Gentiles, but in private before those who are famous, lest I was not in vain ".

This is because Paul of Tarsus submits his gospel to the apostles in Jerusalem for their approval.
Paul would later say: "They added nothing, no other content, no request, instruction or requirement to the gospel without circumcision ... except the encouragement to remember the importance of almsgiving (Gal. 2: 10) ".

In the end it would seem that it is precisely these problems that would ultimately separate Paul of Tarsus from the Church in Jerusalem in the last years of his life. The Paul of Tarsus case is quite a disturbing enigma for the church, indeed, he was considered the true founder of Christianity, deviating from the Jewish ideological foundations of his time and dissenting from his people, it seems. It is opportune to question the Pauline motives which may have posed a problem for the Apostles of his time and who did not see in Paul of Tarsus a subversive element without questioning the foundations of Christianity.

At the risk of deceiving me!

NB/Original article in French, Google translation

http://kadertahri.canalblog.com/


9
Rebuttals & Polemics / L’Arabe, une langue magnifique !!!
« on: January 26, 2021, 12:52:49 PM »
 Il est assez important de rappeler certaines vérités sur la langue arabe et son enseignement reste un vecteur de richesse culturelle et comme autre langue, elle est d’abord un véhicule de culture et de beauté, bien au-delà d’une communauté, d’une religion. D’ailleurs, les églises chrétiennes d’Orient au Proche et Moyen-Orient prêchent  leur Messe en langue Arabe.

Cependant il est intéressant de savoir que les non Arabes ont fortement contribué au rayonnement de cette langue. En effet, les chrétiens Arabes ou arabophones ont traduit en Arabe les grands textes grecs de la philosophie et des sciences, langue par laquelle ces savoirs nous sont parvenus. Quant au premier livre imprimé en arabe, c’était une bible ! Aussi, des juifs arabophones en Andalousie en Espagne ont contribué au développement de la langue arabe, comme ce fut le cas pour le philosophe et juriste andalou Moïse Maïmonide de Cordoue, qui a écrit son œuvre en Arabe.

Ainsi sans me déclarer un linguiste avéré, tout en empruntant à un site partenaire, je dirai que la Langue Arabe est une langue très riche; les Arabes se vantent, selon Ernest Renan, d’avoir :
80 mots pour désigner le miel,  200 pour le serpent, 500 pour le lion,  1000 pour le chameau et l’épée et également presque 4400 mot pour rendre l’idée de malheur.
Le vocabulaire comprend 60 000 mots. Les grammairiens Arabes déclarent que toutes les racines de la langue ont été primitivement des verbes, et ils élèvent considérablement le nombre de ces racines. Il est en réalité de 6000.
Certains linguistes s’accordent à dire que ces noms sont absolument identiques, mais l’opinion la plus solide est celle qui soutient qu’il existe des nuances d’un mot à un autre et que deux termes ne désignent pas exactement la même chose.

Ainsi, la clarté, l’amplitude de la langue arabe ne peut être comparée avec une autre langue. Et celui qui dirait qu’une langue est plus vaste et plus riche que la langue arabe se sera trompée et l’imam Souyyouti a dit : « cela est clair car nous les arabes, lorsque nous voulons parler d’une épée, nous avons énormément de termes qui nous permettent de l’exprimer. Chacun de ses termes aura une signification particulière qui parlera d’un aspect particulier de cette épée, il en est de même pour le lion, le cheval, et énormément d’autres choses ».

Voici quelques exemples autour de la notion de vide et des différents termes utilisés en arabe pour l’exprimer :

- Une table sans repas est appelée «khiwaan». Lorsqu’elle est servie, on utilise le terme  «Maa’idah» .
- Un verre vide est  «koob» ou «qadah». Lorsqu’il contient un liquide, il devient « ka’s ».
- Pour désigner le fait de manger tout ce qui se trouve sur une table, lors du dîner, on utilise le verbe «iqtamma»

Il y a dans la langue arabe, toute une catégorie de mots qui signifient une chose ainsi que son contraire. Il y a par exemple ce qui à nos yeux s’apparentent à des contradictions le mot "Saleem", signifie celui qui est guéri, et celui qui vient d’être mordu par un serpent,
Le mot "Baseer", désigne une personne avec une vue perspicace, mais aussi un aveugle.
Le mot "Umma" qui est généralement traduit en nation, ainsi que l’entité qui suit et est guidée.

Je noterai également ces belles anecdotes : "On raconte que le grand poète et linguiste aveugle du XIe siècle, Abul-Ala Al-Maary a heurté au Souk un prince à la cour de Ibn Saleh Mirdas, le souverain du nord de la Syrie.
Le prince a perdu son calme, en voyant que le poète était pauvre, et les poètes pauvres, ne sont pas censés se frotter à la riche noblesse! Ce prince traita alors le poète de "chien ignorant". Abul-Ala répliqua aussitôt : "le chien parmi nous est celui qui ne connait pas les soixante-dix noms pour désigner le chien !"

Ces soixante-dix noms n’étaient pas tout à fait synonymes, car ils ne signifient pas tout à fait : «chien», plutôt, ils décrivent les conditions d’un chien, un chien enragé avait un nom différent d’un joyeux, le chien qui avait une oreille vers le haut et l’autre vers le bas a un nom différent de celui qui avait les deux oreilles, ou les deux oreilles vers le bas. Ce qui est vrai du chien est vrai de la plupart des autres créatures.

L’amour quant à lui possède plusieurs noms différents, dont chacun a une légère différence, mais critique de l’autre. "Hawa", est le goût léger, il comporte également un élément d’erreur, d’irrationalité, le vieux proverbe préislamique va : "Hawa fait perdre la raison".
Il y a le nom "ishq", qui vient de l’intrication de deux amoureux inséparables mais toujours indépendants et distincts, et encore le nom "Hayam" et "Fitna", ce qui signifie l’amour, l’engouement, le désir passionné, mais aussi guerre civile et illusion. Il y a le nom «Sakan «     pour décrire la relation entre les couples mariés. Le stade suprême de l’amour est, paradoxalement, "fanaa", ce qui signifie la non-existence. C’est le stade où les amoureux perdent leurs existences indépendantes et effectivement devenu l’un à l’autre.

La science du Tafsir (l’exégèse) du Coran est une discipline des sciences islamiques qui vise l'explication des termes du Coran et ce que l'on en tire d'enseignement1.
La discipline, ainsi définie, s'est dotée pour atteindre son objet, de connaissances et d'une méthodologie d’exégèse et d'interprétation du texte Coranique  pour en approfondir la compréhension c’est-à-dire qu’elle cherche à en saisir le sens immédiat des mots. 

Le terme «Tafsir» signifie «clarifier ce qui est obscur». C'est aussi, au passage, ce qui ressort du sens d'explication qui nécessite une interprétation pour en saisir le sens qui a un impact considérable sur la pensée religieuse musulmane. 

Quant à la culture arabe, elle a puisé l’essentiel de sa source dans le texte sacré de l’Islam lui permettant ainsi de mettre sur pied une approche et une pensée originales, comme l’a bien souligné Mohamed Arkoun "La pensée arabe a eu, avec le Coran, un départ fulgurant. Le Livre a ouvert des horizons si vastes, introduit des thèmes si denses, utilisé des moyens d’expression si exceptionnels qu’aujourd’hui encore il offre aux penseurs et aux chercheurs scientifiques d’inépuisables sujets à exploiter".
En final je voudrais partager des citations de personnalités qui furent fascinées par la langue arabe, bien que ces citations ne reflètent en fait que leur avis personnels. Parmi ces occidentaux, on trouve des penseurs, écrivains et orientalistes qui ont étudié la langue arabe et qui l'ont bien maîtrisée. D'autres, sont tombés sous le charme de cette belle langue.
" La langue arabe est parmi les langues du monde les plus riches" L’allemand Freitag
" L'imposant et l’éternel patrimoine arabe a prouvé qu’il est plus fort que toute tentative qui visait à repousser l’arabe littéraire de sa position dominante " L’allemand Johann [censored]
L’arabe à atteint, grâce au Coran, une extension qu’aucune autre langue, parmi les langues du monde, n’a jamais connue " L’orientaliste allemand Karl Breukelman
" La chose la plus étrange qui est arrivée dans l'histoire humaine concerne la diffusion de la langue arabe. En effet, la langue arabe était inconnue, et soudainement, elle a connu une expansion pleine et complète.Cette langue n’a ni enfance, ni vieillesse. Elle a dépassé ses sœurs par la richesse de son vocabulaire, par la précision de ses termes et par la justesse de son système de construction et sa structuration". L'orientaliste français Ernest RENAN
" L’arabe est une langue extrêmement riche. J’ai appris à lire l’arabe à un certain moment, sans le comprendre. Ce qui est intéressant avec cette langue, par rapport à une autre, et moi je suis passionné par ça, c’est que lorsque vous apprenez l’arabe, vous connaissez la mentalité des gens. Mais si vous apprenez le français, vous ne connaissez pas la mentalité des francophones. C’est la construction, la création de cette langue qui est extraordinairement riche. Il y a des gens érudits qui, avec une seule lettre, ont écrit des bouquins entiers. C’est une langue qui, moi, me passionne." Le Prince Laurent de Belgique
Comment l’Homme peut-il résister à la beauté de cette langue, à sa logique et à son éblouissement unique? Même les voisins des Arabes, eux-mêmes, dans les pays qu’ils ont conquis, sont tombés sous le charme de cette langue. Sigrid Hunke (historienne des religions et écrivain allemande, 1913-1999.

L’une des caractéristiques les plus importante de l’arabe, est sa capacité à exprimer des significations secondaires que les peuples occidentaux sont incapables d’exprimer.
Régis Blachère (orientaliste, islamologue et arabisant français, 1900-1973).

En final, il est plus naturellement de déclarer que la langue Arabe compte des particularités et des caractéristiques tant dans l'écrit que l'oral l'autorisant amplement à être une langue de sciences.
Sans chauvinisme linguiste, je termine en disant que chaque langue à son charme et il ne faut pas les mélanger les unes aux autres. De plus il ne s’agit pas d’être xénophobe mais d’être fier de sa langue et de ses origines c’est ce qui fait la différence entre les uns et les autres et qui fait la beauté du vivre ensemble dans un respect mutuel.
 
A tous les Arabes ! Votre langue est magnifique !!!!!






10
 Cette question est intéressante à condition de n’oublier dans le bilan, ni l’actif, ni le passif du terme Islamisme, qui reste à mon sens un cas d’école à connaitre absolument nous sommes à tort habitué à certains termes, qui prêtent à confusion, l’amalgame et la polémique.

Ainsi historiquement, le terme islamisme désignait l'islam, de nos jours il n'est plus utilisé dans ce sens mais se référant à des groupes qui se démarquent très souvent des enseignements traditionnels par l’exploitation interprétative politique d’un texte sacré, des hérétiques ou hétérodoxes sont nommés ainsi tel car ils se démarquent des enseignements de l’Islam. Ainsi il est à constater que bien que présent dans les religions monothéistes, ce terme est souvent utilisé en référence à l’islam, au même titre utilisé pour désigner des mouvements des Frères Musulmans, du FIS, des Partis Politique Algériens à tendance Islamisme comme on dit trop souvent, ou encore  du Hezbollah et le Hamas, des salafismes quiétistes comme des groupes qui prônent la violence dont le seul point commun est de se réclamer d’une interprétation fondamentaliste de l’Islam et d’en faire le guide de leur action politique.

On n’a vue que de pareil mouvements à la fois religieux et politique qui incitent à l'expansion de l'islam ainsi que l'application stricte de la loi islamique, la charia, considérée comme l'unique source du droit, dans tous les domaines de la vie publique et privée pour mettre à jour à la fois idéologie et politique radical et  surtout par jeu de dupes comme une formule fourre-tout englobant toute configuration d'idéologie extrémiste supposée issue de l'islam, l’islamisme peut faire appel à la violence pour parvenir à ses fins et prendre des formes extrémistes, voire criminelles.

Sincèrement je suis musulman : ma perception de l’islam n’est pas la même  de celles de ces groupuscules. Ceci dit, l’islam s’inscrit pour les musulmans dans la continuité  du monothéiste le plus pur, et je ne dirai jamais assez que l’Islam ne se présente juste pas comme une religion Bis, mais bien plutôt comme un Rappel, c’est d’ailleurs le sens du mot Qur’an : Rappel au lien élémentaire qui lie l’être humain à Dieu. Je crois qu’il faut connaître l’islam de l’intérieur pour comprendre son aspect universel. Quand au Musulman, il l’est que selon le regard de l’autrui. L’islam n’est ni le christianisme et encore moins un reflet de la pensée grecque ou romaine mais je considère que l’Occident est d’une pauvreté conceptuelle attristante, juste une  caricature des principaux courants universelles relevant principalement de la pensée Islamique.

Les maîtres du financement de l’Islamisme et son expansion, se trouvent dans les pays de Golf, des monarchies tribales absolutistes et despotiques où l’islam est instrumentalisé pour justifier l’oppression de la société civile, la censure de la liberté d’expression et de toute forme de militantisme politique.

Allah voulait que I’islam soit une religion générale et  universelle, mais les hommes ont voulu en faire une politique. La politique est partielle, tribale, limitée dans l'espace et dans le temps. Limiter la religion à la politique, c'est la cantonner à un domaine étroit, à une collectivité, une région et un moment déterminer.
La religion tend à élever l'homme vers ce qu'il peut donner de meilleur. La politique tend à éveiller en lui les instincts les plus vils. Faire de la politique au nom de la religion, c'est transformer cette dernière en guerres interminables, en divisions partisanes sans fin et cette  une religion qui a été tellement assimilé à un peuple, une race, une culture autant par les xénophobes que les xénophiles qu’ils ont été encouragé officiellement à travers des institutions publiques et républicaines.

Aujourd’hui chez la presse occidentale, le terme islamisme est surtout assimilé, de façon explicite et trop discriminante, à l’image de l’Islam violent et du mauvais musulman. Il se voit confondre intégralement avec l’islam, surtout en France où l’expression publique et politique d’une religion entraîne immédiatement la suspicion et l’amalgame. Chez cette même presse  l’islam est la seule religion dont la forme intégriste est désignée par un dérivé de son nom islamisme, comme si la violence lui était essentielle, pourtant on parle moins de chrétiens intégristes, de juifs extrémistes et sans jamais utilisé les termes christianistes  ou  judéistes ou mieux encore, il n’est pas dit du Judaïsme politique lorsque il est question de la création d’un état juif en Palestine.

De plus, dans les discours médiatiques les bons musulmans sont perçus comme conciliant les mêmes principes et valeurs des catho-laïcité, ainsi à cette population, il est impose  l’obligation de respect des valeurs problématiques (Mariage pour tous). L’appartenance à la catégorie des bons musulmans est alors conditionnelle au partage de ces principes surtout ils doivent notamment être laïques et féministes. L’opposition au voile ainsi qu’à l’intégrisme islamique prouverait qu’ils sont de bons musulmans.

Plus précisément, pour être de bons musulmans, aux yeux de la presse Française, les musulmans de France doivent, d’une certaine façon, rejeter certains comportements et pratiques associés à l’islam, et pour installer un climat de suspicion envers les citoyens musulmans. Ils sont dès lors placés dans une dynamique où leurs comportements doivent être jugés par les médias et le reste de la société.  Ces mêmes médias omettent et se dispensent de réfléchir sur l’opposition entre le bon et le mauvais musulman participe à réduire leurs libertés et justifie leurs discriminations que les discours médiatiques instrumentalisent alors l’exclusion sociale. Mais cette dernière option sera privilégiée par la partie dominante qui donne le ton dans les milieux élitistes.
 
En adoptant un discours du machiavélisme, la société laïc et chrétienne de France propose une conception voire une relecture de l’islam avec refondation de la théologie musulmane, pour que des musulmans puissent correspondre aux valeurs républicaines. Il faut noter que, les valeurs musulmanes sont jugées comme étant incompatibles à celles des sociétés occidentales.

La déformation par les médias du regard porté sur l’islam s’éternise, donc pour conclure sur le terme islamisme, je dirai qu’il existe deux types d’islamisme, celui qui revendique la défense d’intérêts patriotique (Hezbollah et le Hamas) et celui constitué de petits groupes de type Rachad qui cherchent à défendre des intérêts politiques confus et flous au nom de l’Islam.

Ces groupes politiques associés à l’islam sont instrumentalisées afin de corroborer et d’appuyer l’argumentaire proposé par les médias. L’instrumentalisation de ces groupes se manifeste  dans les affirmations de certains individus se réclamant de l’islam et qui tiennent des propos controversés, et ce, sans éclairer sur le contexte social ou historique où ont prévalu ces propos.

En final l’islamiste reste donc un adepte à l'utilisation politique de l'islam pour une large contestation perçue comme portant atteinte à son identité à la fois nationale et religieuse.
En conclusion,il a été démontré bien souvent que l’islam n’est donc pas une croyance essentiellement violente, mais une religion de préférence pacifique, humaniste et universalle, qui s’inscrit dans le rappel des précédentes religions plutôt qu’en rupture avec la civilisation judéo-chrétienne. Si l’expansion de l’islam s’est diffusée parfois de manière violente au cours de son histoire, cette violence ne lui est pas spécifique, mais semblable à celle qu’a connu le judaïsme dans sa conquête de la terre de Canaan ainsi que le christianisme, par exemple lors des Croisades médiévales.

L’islamisme illustre quant à lui, un islam présupposé politique qui revêt des aspects réformistes ou réactionnaires, surtout il n’est pas un excès de l’Islam, c’est un dévoiement de l’Islam purement fanatique et irrationnelle.
C’est donc autre chose !!!!!!

Avec mes Amitiés
Wahrani


http://kadbehar.unblog.fr.over-blog.fr/


11
Je tiens surtout à vous préciser qu’en Islam, la théologie a été appelée  « science de la parole » ('ilm al-kalām) qui soumis à l’idée, qu’il existe un chemin de foi et qui rend compte de ses croissances à être, dans tous les temps.. Ainsi je peux avancer que la théologie islamique enseigne que Dieu existe et qu’Il est unique.

Le Qur’an ne révèle aucun mystère, à la différence de la Révélation chrétienne (telle que la filiation divine du Christ, la Trinité et la Rédemption), ce qui est révélé, c’est le statut de l’être humain et des créatures, et la relation de l’être humain à son Créateur, une relation de dépendance. Cette dépendance est telle qu’on ne peut être sauvé que si on agit conformément au projet divin.

Dans la théologie chrétienne la liberté excessive prônée, aurait déjà ses racines chez Paul. Car c’est lui qui aurait aboli la Loi divine elle-même en voulant se demarquer de la Loi de Moïse en disant que désormais, dans le Christ, les chrétiens ne sont plus soumis à la Loi, ni serviteurs, ni esclaves (abd) de Dieu, il aurait amputé le christianisme de ce qui fait l’essence même d’une religion c'est-à-dire  la soumission à la Loi de Dieu.

Par la Filiation  et l’Incarnation, le christianisme a fini par faire de l’homme un dieu?

Ce que la théologie musulmane, soucieuse de respecter le statut de dépendance essentielle de l’homme par rapport à Dieu, ne peut d’aucune manière entrevoir.

C’est dans ce sens que le Qur’an  fait un lien entre la foi au Dieu unique, le monothéisme, la foi au Dernier jour du Jugement et d’agir avec droiture. Ainsi il est écrit

«En vérité, ceux qui croient et ceux qui sont Juifs et Chrétiens, et Sabiens (Sabi'in), quiconque croit en Allah et au Dernier Jour et accomplit les bonnes actions justes recevront leur récompense auprès de leur Seigneur, sans craint et ils ne pleureront pas non plus» Qur’an 2, 62

Or ceci nous renvoie vers la citation d’un grand penseur musulman et juriste Ibn Taymiyya (m. 1328) pour montrer comment au Moyen-Âge déjà, les musulmans critiquent la séparation du politique et du religieux dans le christianisme?:

« Il lui manque le pouvoir, et il n’a pas les moyens d’ordonner ce qui est convenable et d’interdire ce qui est blâmable »

Pour Ibn Taymiyya, c’est précisément la grandeur de l’islam d’être une synthèse des deux Lois de la justice et de la grâce?

Courants Mu‘tazilites et  Ash‘arites :

Les Mu‘tazilites ont constitué le plus ancien courant de la théologie islamique (théologie appelée ‘ilm al kalām), laquelle fut incontestablement un des courants le plus influent de la pensée en islam.

Le mu‘tazilisme comme théologie s'est développé parmi des croyants qui avaient une confiance absolue dans les promesses et les menaces que Dieu a annoncées dans le Qur’an. À l'unité de Dieu, à l'unité de la Loi révélée, doit correspondre l'unité d'une communauté (umma) entièrement soumise à Dieu.

Cette communauté est la meilleure qui ait surgi ; elle commande le bien et interdit le mal c'est :

Le amr bi‘l-ma‘rūf wa'l-nahy ‘an al-munkar ;  (Qur’an 3.104 et 110).

Il y a un rapport étroit entre l'unité de la communauté musulmane et le culte d'adoration du Seigneur. Les mu‘tazilites s'inspirent donc étroitement du Qur’an,

Les Mu‘tazilites, professant la primauté de la raison humaine et du libre arbitre (opposé à la prédestination), développèrent une pensée et une psychologie qui constituèrent les bases de leurs spéculations sur la nature de l’univers, de Dieu, de l’homme et du phénomène religieux en tant que Révélation et Loi divines. Dans leur doctrine éthique, les Mu‘tazilites soutenaient que le Bien et le Mal ne peuvent être appréhendés qu’à travers l’exercice de la raison humaine. Grâce à leur pensée spécifique, ils purent élaborer une méthodologie juridique d’une très haute complexité.

Les Ash`arites sont les Imams de la guidance parmi les savants musulmans, C’est à leur sujet que le penseur de l’Islam Ibn Taymiyyah avait dit : « Les savants sont les défenseurs des sciences de la religion et les Ash`arites sont les défenseurs des fondements de la religion »

L'ash‘arisme est l'école dont l'influence fut prépondérante pendant des siècles (Xe-XIXe s.) en ‘ilm al-kalām, c'est-à-dire dans la théologie, Elle entendit défendre contre les mu‘tazilites l'absolue toute-puissance de Dieu, la réalité des attributs divins et le Qur’an incréé. Les thèses soutenues varient quelque peu ainsi au sujet de la définition de la foi. Cette école affirme que Dieu est créateur du mal comme du bien, qu'Il crée les actes de l'homme, bons ou mauvais.

Chez eux, la révélation prime sur la raison rejetant le rationalisme mu‘tazilite. En final je dirai qu’il n’y pas de grandes différences entre les deux courants, excepté quelques désaccords mineurs, comme par exemple la définition des notions de la croyance (al-îmân) et de la soumission (al-islâm), ou la question du Destin et d’autres questions qui sont habituellement admises au sein d’une même école, et qui n’implique aucune divergence de fond. Les deux courants firent du Qur’an la source par excellence pour la vraie connaissance de leurs croyances. Ils s’appliquèrent à saisir les sens des versets coraniques ; quant aux questions ambiguës, ils se basèrent dans leur compréhension sur les procédés linguistiques. Aucun des deux n’a inventé une nouvelle croyance, ni une nouvelle école religieuse.

En conclusion, mon commentaire sur les factions ou les courants de l’Islam se résume uniquement à un compte rendu historique qui, dans ce cas, se limite seulement à l’analyse du fondement des groupuscules, comme cela se fait pour les événements historiques.

 http://kadertahri.canalblog.com/

12
Apostasy, from the Greek apostasia, defection, designates the voluntary and public abandonment of a religion and is used as much for the various Christian denominations as for Judaism and Islam. For Judaism, apostasy today exists with a very particular connotation: tribal Judaism is not you leave it because apostasy is experienced as a betrayal towards the people, no doubt more than towards god him - even, the apostasy of a Jew constitutes a drama for an elected people.

In Catholic theology and canon law prior to the 1983 Code, apostasy was punished: Christian Europe in the Middle Ages quartered and burned its apostates. Today, the Church recognizes that who knowingly leaves religion freedom of conscience, but, de facto excluding himself from the ecclesial community in which he was baptized, the apostate no longer benefits from the sacraments of Church, funeral or sponsorship mission. The sanction of apostasy is therefore today excommunication (solemn exclusion from the Church).

For Islam, apostasy exists. It is characterized by the abandonment of belief in God, but it does not imply a questioning of the attachment to Muslim identity or culture, since they always remain ex: Muslims, all the more that Islam has no institution for controlling the religious beliefs of its followers. Apostasy is a gradual evil. It is first of all the abandonment of a received truth.

The ex-Muslims form a homogeneous group with all the same ideas to make their apostasy, a working tool which they exhibit on stage without any lucidity, nor deep reflection but pour into victimization !!!!

Apostasy most often arouses habits or attitudes due to sin or error. It infects not only thought, but all of life, to the point that salvation can only be spoken of with extreme caution.

However, some of the Christian critics consider the new ex: Muslims converted with suspicion, accusing them of seeking personal gain such as financial aid from Christian organizations working for charities.
Ah! Because it was better lived in apostasy !!

The questions of criticism of Islam and the freedom to detach from it are central to our Islamic visions, however the critical theory of ex: Muslims sees reality through the lens of the Church, one gets the impression, once again, that the criticism of Islam can only be a criticism necessarily collected by the church which instrumentalizes converts to lead an irresponsible campaign to denigrate Islam.

Christians could have stopped there. But they always have fun telling us stories of a number of ex-Muslims and their renunciation of Islam, as if to believe the stupidities of these misguided, but the fact that these ex-Muslims represent for Islam?

The reasons evoked by these ex Muslims, seems at first dictated by the religious of the church, namely:
Be convinced that Islam is not a true religion!!!!
Affirm loud and clear the supposed violence of the Koran!!!!!
Affirm loud and clear a persecution with a death threat!!!!
Affirm that you have met Jesus Christ to finally find eternal rest!!!
Claim to be saved by Jesus!!!!

The church which knew how to adapt its discourse and no longer attacks Muslims head on, but attacks Islam to claim and manage these intoxicants and theories which come to flatter the ex: Muslims, exacerbating the clichés in an excess of religiosity and societal testimonies.

Because imbecility becomes the majority that turns it into intelligence, because to reject your religion is to abandon part of yourself.

It proves what the case of these ex; Muslims?
Is there a contest somewhere?

Above all, it should be noted that it is enough to measure the quality of those who leave Islam without ever being true Muslims, and of those who return to Islam after a mature conviction supported by studies first, to note that the difference is significant.

So we call these cases of ex: Muslim become Christian after having met Jesus in a dream, or having received the Call of Christ (What all claim) after having lived many persecutions. Also after his conversion and his faith in Jesus Christ, he is saved!
In addition, Christians in their churches tend to mistrust these ex-Muslims, and more often than not they say to themselves;
Aren't they Christians like us?
I have never seen so many untruths in the altitude of ex: Muslims to put these shots end to end can only demonstrate a bad Islam when Islam is really something else: Happiness.

Someone said "if I'm right, let me be granted if I'm wrong, let me be proven;"

[http://kadertahri.canalblog.com/]

13
I was tempted to do some research on the Letters of the Apostles, on which it is said that their dates are more assured. The documentation consulted makes me say the following:

Most of the letters are addressed to churches rather than individuals, which clearly indicates that these are not real letters at all, but in fact that they are theology disguised as correspondence, and the length of several d 'between them - "Romans", for example, is longer than many ancient books. All the epistles are troubled by disorder and inaccuracy.

With the book of Acts, the epistles have a crucial objective: they constitute a bridge between the scene in Palestine described in the Gospels and the emerging churches of the end of the second century. The very existence of so-called letters confirms the myth of a unified church. The epistles proved the legitimacy of their churches and approved the episcopal right to govern as servants of Christ.

As it stands, there is no copy of a New Testament letter prior to the 2nd century, that is, nothing that predates the ruthless sectarian conflicts and bitter doctrinal battles of the 2nd century - a At that time false apostolic writings were primary weapons in the war of the sects of early Christianity.

I will take as an example the thirteen letters which bear the name of Paul, nine of them are addressed to churches and four to individuals. Do they prove something?


Curiously, the four Gospels do not mention or even suggest an adventurous apostle called Paul. For evangelical writers, Paul does not exist. It is just as curious that Paul's letters do the same, that is, the ignorance of the evangelists. Indeed, the evangelist Matthew, the tax collector so gifted at finding prophecies about Jesus in the Jewish Scriptures, is not so much named in any Pauline epistle.

If I should say a word about Paul, I should ask:
Why did Jesus return to earth to convert Paul through a vision?
Why did he not simply allow his own disciples to faithfully proclaim his message with one vision.
Did the disciples of Jesus, disciples of the Jewish God, followers of the Jewish Scriptures, baffled by the teaching of Jesus, mistakenly believing that he was the Jewish Messiah, even after his death and resurrection, continued to interpret the words, deeds and death of Jesus in light of their understanding of Judaism. This is why Paul had to face the disciple of Jesus, Peter, and James the brother of Jesus as seen in the letter to the Galatians.

I remain of course categorical to see that the letters do not offer any continuous narrative and nobody has a real idea of the unfolding of their composition from where the sustained uncertainty in the origin of the letters and their obvious incompatibility with the history ancient of Christianity. Precisely when it comes to understanding:

When they were written!
By whom they were written!
Where they were written!

It is very useful to wonder why all these letters from the Apostles (Personal Correspondence) or even the story of the Mantle of Paul, are they inspired by the Holy Spirit, this remains an endless speculation test?

[http://kadertahri.canalblog.com/]

14
Was Jesus' Last Supper a Passover seder? And the answer will probably be yes !!
Is there a connection between the Jewish Passover and the Christian Passover ... Yes of course and a close relationship? Yet Jesus could very well have known what a "seder" was, and for having modeled his Last Supper on it, even if the elements of the primitive seder were born decades after his death. It is because Jesus was, as we know, a Jew respectful of the commandments and that on the day of Pesach he went naturally to the Temple to sacrifice a lamb on the altar of the Temple, as biblically prescribed

"You will sacrifice the Passover offering ... where the Lord ... will dwell his name [Temple of Jerusalem]" (Deuteronomy 16: 2)

He was celebrating Pesach, moreover, it was on this occasion that he was arrested by the Romans, tried and condemned. And from there, there was the development of all Christian theology of the Last Supper, although no seder of this kind could have been practiced in the time of Jesus.

[http://kadertahri.canalblog.com/]

15
C'est hallucinant de voir l’écart entre ces pentecôtistes Européens et ces protestants fondamentalistes Américains, qui ont aussi leurs équivalents dans le Judaïsme, qui reste surtout une doctrine purement raciale bien timide et qui pleure énormément sur son passé, totalement obnubilée par des questions de descendance généalogiques.. Même Dieu est devenu Dieu d’Israël. La soumission est inversée et la terre promise est devenue la leur, exclusivement.

Des groupes pentecôtistes (la branche extatique du Protestantisme) très émotionnels en passant par des groupes réformés baptistes, méthodistes, évangéliques, qui ont chacun leurs particularités, ce qui est le propre d’une liturgie très codifiée, les premiers pentecôtistes sont alors persuadés que le don le parler en langue (glossolalie) est une troisième bénédiction, après la conversion et la sanctification.  L’Église de Pentecôte (les Assemblées de Dieu) ou des pentecôtistes, il s'agit des familles d'Églises fondées par Parham et Seymour en 1901 et 1906 aux États-Unis. Elles définissent l'expérience pseudo chrétienne en deux étapes: la conversion (par la repentance) et le baptême de l'Esprit (souvent par imposition des mains) dont le signe initial est le parler en langues.
 
C’est pour eux un nouveau signe manifeste de l’action du Saint-Esprit. Mieux, il devrait permettre d’annoncer l’Évangile à tous les peuples et dans toutes les langues, condition nécessaire selon eux au retour du Christ sur terre. “Désormais, nul besoin d’apprendre les langues étrangères, explique un spécialiste de l’évangélisme. Grâce à l’action de l’Esprit, pense t-il, les missionnaires pourront prêcher miraculeusement dans toutes les langues de la terre.”
D’autres évangéliques, considèrent au contraire que c’est, au mieux, une supercherie inutile, au pire une manifestation démoniaque. Mais c'est difficile d'affronter la peur du ridicule.

On peut se faire un scénario apocalyptique sur une éventuelle fin du monde, mais comme toujours, les seuls bénéficiaires seront tous les clergés chrétiens et leur consort oubliant parfois que le sectarisme peut se faire un peu partout. Cela dit, les gens sont prêts à suivre cette légion de mystificateurs et arnaqueurs qui savent tout, eux ils disent qu’ils ont un ministère de guérison, c'est plus biblique. Ils auraient bien tord de ne pas en profiter car ce ne sont pas les moutons qui vont manquer dans les temps prochains,
Et dire qu'ils condamnent le musulman d'extrémisme, c'est un contresens historique !!!!!!

Historiquement, le Pentecôtisme a commencé comme un élan revitalisant les  évangéliques   qui   attendaient une renaissance du Saint-Esprit avant l’arrivée imminente du Christ. Le Pentecôtisme embrasse différentes branches. Il recouvre, en effet, différents courants qui parfois diffèrent sensiblement. L’utilisation politique faîte de la religion a nourri son influence et a donné naissance à la Bible Belt imprégné par une volonté partagée d’accroître le pouvoir de la religion dans la société transforma les hommes d’églises en fervents activistes politiques  pour en faire un mouvement politique marqué par une culture biblique de type évangélique et fondamentaliste.

Depuis quelques années, les pentecôtistes le seul courant qui se caractérise par la valorisation des charismes de prophétie et de guérison, le parler en langues issus de la force du Saint Esprit, et qui de ce fait donnent une importance aux manifestations très expressives, chants, danses, et parfois transes, comme on peut le voir dans les églises américaines. Un Américain sur quatre est évangélique, selon l’institut Pew. C’est la forme dominante du protestantisme américain, et la première source religieuse du pays, devant les catholiques et les protestants traditionnels

Une véritable nébuleuse évangélique qui appartient à des Églises indépendantes peu organisées et solidaires entre elles, inspirées par un protestantisme radical exalté par des pasteurs autoproclamés empruntant à la Bible les motifs de leur combat acharné contre l'homosexualité, l'avortement, la sexualité hors mariage, pour les protestants évangéliques, le prosélytisme est inséparable de l’acte de foi.

lorsque le Pasteur prétend incarner à lui seul la vérité, alors on peut parler de dérive sectaire, il est à la fois animateur de communauté, prédicateur, exorciseur et thérapeute , l’une des singularités du Pasteur est l’importance qu’il accorde au charisme lorsque sa parole du prédicateur l’emporte sur le texte biblique marqué par un déficit ecclésiologique pour encourager à une lecture périodique et simpliste encore peu documentée, Il s’enhardit même à investir avec force l’univers islamique, Il y a effectivement une focalisation sur l’islam, pour suggérer l’idée que les pays musulmans constituent la frontière ultime où se jouera l’affrontement décisif.

On y voit des prophètes fourbes de circonstance se prennent pour Isaïe, Ézéchiel, Daniel ou Zacharie, et qui grâce à leur connexion directe avec la Jérusalem céleste, révèlent les secrets du trône de Dieu et les pièges du Mal, dans des délires extatiques. Ce sont des mises en scène de la perfidie et des pièges de la corruption.
 
-Nous avons vu un pasteur dire à sa congrégation de plus de 12 000 personnes de ne pas céder à « l’esprit démoniaque de la peur » et de continuer à assister aux réunions !
-Un autre plus proche de Dieu de la Bible, s’est dit investie contre le coronavirus d’un pouvoir   en provenance de la « salle du trône de Dieu » !
-Un autre prédicateur pentecôtiste et pasteur  disant que la peur du coronavirus était un péché !.
-Un autre pasteur plus prophète avait aussi un message prophétique concernant le coronavirus   les nations seraient en désarroi pendant une période, et que les chrétiens ne doivent pas craindre ce qu’ils (les non-croyants) craignent. Que l’origine du virus est un  combat spirituel et le Pasteur avait établit un lien direct entre le coronavirus et les forces démoniaques.
-Selon un autre Pasteur le coronavirus fait partie des plans de l’ennemi, c’est-à-dire de Satan, nuisant ainsi à la progression du message de l’Évangile et la conversion des gens au Christ.
-D’autres pasteurs avaient également recommandés aux chrétiens de ne pas craindre la mort, mais croire ce que Paul a écrit dans son épître aux Romains : « Si nous vivons, nous vivons pour le Seigneur, et si nous mourons, nous mourons pour le Seigneur ; alors, que nous vivions ou que nous mourions, nous sommes du Seigneur », et puis, en disant en final :
« Qu’avons-nous donc à perdre ?
-Pour d’autres Prêtres, le meilleur moyen de protéger ses paroissiens, c’est d’avoir à utiliser Eau bénite dans des pistolets à eau, après avoir reconnu que la médecine moderne pourrait aider à lutter contre les pandémies, mais ont également fait référence à ce qu'il ont appelé la
«Protection biblique basée sur le Psaume 91»:

En Israël, les Rabbins des esprits superficiels, estiment que la Torah protège et sauve: celui qui étudie suffisamment devrait donc être épargné, cependant un rabbin orthodoxe a indiqué que l’épidémie du Coronavirus est causée par la prolifération de l’homosexualité.  «Quand quelqu’un va contre la nature, Celui qui a créé la nature se venge contre lui. »
D’après lui, les pays arabes seraient épargnés par le virus car n’ont donc « pas ce penchant diabolique». Par contre à propos de l’Iran, extrêmement affecté par l’épidémie, conséquence selon lui de sa «haine d’Israël ». Rien que ça. !!!!!!!

Pourtant nous avons vu que le rassemblement évangélique de Mulhouse a conduit à la contamination par le virus de plusieurs départements français comme d'ailleurs en Corée du Sud ou un mouvement analogue à contribué a la propagation massive du virus.

Tous ces religieux lisent la Bible, ils l'étudient de près mais l'interprètent de mille manières d'où un nombre phénoménal de configurations de cultes, et des dérives sectaires courantes. Toutes ces promesses et assurances d'une béatitude humaine derrière des voix d'anges et des concerts de trompettes, sont dites ouvertement au grand public.
Donc on se situe bien dans un registre de type manichéen avec un message plein d’empathie, qui trouvera sans doute de l’écho, dans les Assemblées de Dieu.

Ces religieux proclament que leur Eglise est la seule détentrice de la vérité qui par de nombreux aspects évoquent une fédération de sectes, entendent convertir le monde. Le Pentecôtisme embrasse différentes branches. Il recouvre, en effet, différents courants qui parfois diffèrent sensiblement qui tôt ou tard vont se retourner contre eux, le sujet n’est pas là.

En attendant on s’amuse bien avec tout ce fatras d’informations ridicules dans l’idéologie et l’imaginaire de ces courants evangelites, le soutien à Israël occupe une place centrale, pour des raisons absolument théologiques et eschatologiques.

Croyant à la fin des temps, ils espèrent le retour de Jésus sur Terre, soumis à la condition, du retour de tous les juifs sur la terre d’Israël. Il se retrouve dans l’idée que la création de l’État d’Israël, en 1948, correspond à un accomplissement de ces prophéties. Dieu d’Israël lui-même, manifesterait, au travers de la création de l’État juif, sa volonté souveraine.

Cette conviction, particulièrement forte parmi les pentecôtistes, a été renforcée par le développement du mouvement des Juifs messianiques. Les juifs messianiques désignent des juifs convertis au christianisme. Les pentecôtistes voient dans ce récent phénomène de conversion la confirmation historique d’une lecture des prophéties suivant laquelle Dieu, dans les derniers temps, convertira tous les Juifs au christianisme.

On est amené a se poser des questions sur les pratiques de cette mouvance  religieuse des anciens pécheurs recyclés dans la morale qui croient à l’Armageddon, la bataille finale et prochaine entre les forces du Bien et du Mal et partagent leur vision au retour imminent de Jésus-Christ pour gouverner la Terre comme Roi des rois et Seigneur des seigneurs. Jusqu’à l’extrême?

Vous serez peut-être surpris d'apprendre qu'Armageddon n'est mentionné qu'une seule fois dans la Bible : «. Car ce sont des esprits de démons, qui font des prodiges, et qui vont vers les rois de toute la terre, afin de les rassembler pour le combat du grand jour du Dieu tout-puissant. Voici, je viens comme un voleur. Heureux celui qui veille, et qui garde ses vêtements, afin qu'il ne marche pas nu et qu'on ne voie pas sa honte ! Ils les rassemblèrent dans le lieu appelé en hébreu Harmaguédon » (Apocalypse 16 : 13-16).

Des gourous pentecôtistes pensent que le problème de la pandémie, est que nous sommes trop nombreux sur cette terre, que les calamités actuelles conduisent à une grande tribulation, si grande que « personne ne serait sauvé » vivant si le Christ n'intervenait pas. Ces crises,  selon ces prêcheurs de malheur et bien d'autres encore, sont autant de prophéties qui vont tourmenter le monde dans les prochaines années, mais grâce au Dieu de la Bible, il promet une protection.
Dans Exode 15, il a promis de ne frapper « d’aucune de ces maladies », si nous lui obéissons (verset 26).
Il promet également de nous guérir lorsque nous serons malades (Jacques 5 : 16).

A la faveur des messes orchestrés et des séances télévisés de lectures bibliques qu'ils organisent ces nouveaux nés adorateurs de l'Esprit saint dotés de la foi de fous de Dieu se fabriquent un petit monde à eux, dans lequel ils puisent le retour de Jésus christ, la rhétorique de l'apocalypse et de la proximité de la fin.
Satan est l'auteur de l'anxiété et ces Sectes ont un idéal de force et de souveraineté, et leurs guides  rêvent de puissance et de grandeur!

Pour ces nouveaux prophètes du charlatanisme spirituel de mensonges, de surexcitations, d’orgueil démesuré, de théories exagérées, de sensations fortes, d’inspirations occultes, d’un esprit de fausseté, bref, un désir malsain d'expériences toujours nouvelles, concrètes et d'émotions fortes, se prétendent de la volonté divine ayant pour mission de nous régenter la vie. On a beau être des milliards à croire en Dieu, le créateur du Monde, cela ne change rien !!!!!

 
http://kadertahri.canalblog.com/
 



Pages: [1] 2

What's new | A-Z | Discuss & Blog | Youtube