Show Posts

This section allows you to view all posts made by this member. Note that you can only see posts made in areas you currently have access to.


Topics - Wahrani

Pages: [1]
1
Islam will forever remain the staunch enemy of the church who believes that the struggle of the cross against the crescent is still relevant, for her the danger is always present, as we can see from the words of British scholar specializing in Islam: For centuries, Islam has been the great enemy of Christendom, because Christendom was not in direct contact with any other organized state comparable in power to Muslims.

The challenge to Islamic dogma has lasted for fourteen hundred years and will never cease. What do you expect the Muslim religion has the real gift of irritating the Christian church especially with the reassuring confidence in the written testimonies that Muslims have received in the revelation of the Qur'an. Because we must not be mistaken, beyond the recurring quarrels between Christians and Muslims on such or such a theme, the real fight is aimed at our affirmation in the divine aspect of Islamic revelation and it is in this sense that a Christian cleric had honestly testified that "Islam offers a virility and a security which no longer exist in Christianity"

Giving an origin to Islam in order to demonstrate that it is only a revival of old Jewish and Christian customs, I find that quite simply fascinating, especially since it is Christian religious defenders of a systematic Christian humanism who claim it loud and clear.

The church with its Catholic Institutes and Research Centers tries to launch a whole armada of pseudo-specialist priests or crooked priests with the aim of dissimulation, other than that of teaching the truth more objectively but with the aim being to demonstrate that the 'Islam is only a revival of old Jewish and Christian customs, I find that quite simply fascinating, especially since it is Christian religious who claim it because mistrust would be in order.

These different religious of all tendencies refuse to see the evidence that makes Christianity a belief of transition between strict Judaism and pagan culture, without forgetting that Christianity resulting from Judaism has generated Christianized sects whose each partition tries to justify human actions and choices totally opposed to the original teachings of the ancient Hebrew writings. However, it should also be noted the disturbing absence of written testimonies of events supposed to have taken place and the origins of the various texts of the Gospels also remain very controversial this of course throws a legitimate doubt whereas the official version of these Gospels does not been validated more than three hundred years after their supposed writing. What is ridiculous, however, is being able to draw conclusions from a few extracts.

I ask myself more and more the following questions:

-How do these people of the Church (Abbot and Missionary Priests) take a deep interest in Islam when, on their own dogma, they ignore almost everything?

-What gives these Christian clerics authority to speak about Islam?

Most certainly the great fear of having understood that Islam is the pinnacle of the revelation which abolishes all that is previous, and in the situations of fear, even of anguish, which followed, the role of media has not always been very positive.

-When will some Christian religious hypercritics stop spouting such trivialities, fariboles which amount to an attack on the most elementary freedom, of belief?

This kind of work that surfs the distortions and lies about Islam through the ages has not been limited to a small number of scholars and clergy. But they are part of the popular culture of the whole church.

If the church thinks through this kind of work to make an effort to modernize the common reading of the religious, I will say once again that this kind of small elitist causes have created doubts about the origin of Islam, instead to study this religion with the tools of historical and theological analysis without seeing this belief with pink glasses of Western legend which shows that one aspect of false Christian representations of Islam

For a very long time, Muslims were content to accept what Christians said about themselves, although they saw that there were many contradictions and inconsistencies in the writings and in the official historiography of Jesus Christ. came to realize the Judaism which had been lost. The only essential difference: is Jesus God. He became so for Christians 300 years after his death at the request of Emperor Constantine. Christianity was born out of dissent within the Jewish community. It is not an invention of the Romans who, moreover, fought it for a long time. Islam on the contrary has nothing to do with Judaism, nor with the Christian sect: it is a pure divine product!

Today, most Muslims would likely agree that the majority of the distortions about Islam come from crooked clerics and the media, whether in newspapers, magazines or on television, and there is a problem of representative ness and nature of sources.
What haven't we heard on the subject?

That Allah is an ancient pagan god?
That Islam is not the product of divine revelation?
That Mohamed (SAWS) is not a prophet?
That Mohammed (SAWS) never had the Qur'an in his hands?
That the Qur'an is the work of Waraqa Ibn Nawfal, who is sometimes called Jewish Rabbi, sometimes Christian priest or even an Ebionite (especially in the sources of the fascosphere)?
That Allah is an ancient pagan god?
That the systematic questioning of Islam as a source of violence is easily admitted
That Islam, a legacy of a Judeo-Nazarene heretical sect that never existed, except perhaps in the minds of some zealous preachers, and is not a historical reality.

Indeed, there is no evidence of the existence of Nazarene heretics, neither in Syria nor in Arabia. The notion of the Judeo-Nazarene masks the will to the exclusion of the divine revelation of Islam.

Why did these sacred Judeo-Nazarenes need another religion and why despite the supposed presence of Christianity and Judaism in Arabia, this region did not become Christian or Jewish, it would have been easier for them?

These speeches do not pass anymore!!!!!!



In terms of the number of people affected by such information, the mass media certainly have a more widespread impact on the Western view of Islam.

The fairest response of Muslims to Christians is contained in the Qur'an which is intended to be a collection of answers to questions and reminders, precisely concerning the First Books ("The old leaves: the leaves of Abraham and Moses" ) and the Gospels. Is it not said (to the prophet of Islam) in the Quran 88: 21-22:

“Well, call back! You are just a reminder; you have no authority over them!

(Remind them of the blessings of God and the signs of His uniqueness, for you are only responsible for reminding them of all this. You have no authority over them.) ”.

Finally, to maintain that the prophet Islam is the editor of the Qur'an is unparalleled ineptitude, at this level and if Christianity is a continuation (refused by the Jews) of the Jewish religion, Islam n 'has no connection and especially it is not because there are names (Abraham, Jesus, Mary…) common between the Bible and the Qur'an that they are identical people. Just because there are some common concepts between these two beliefs does not mean that they are identical concepts. The Judeo-Christian belief and the Islamic belief are quite simply incompatible, and therefore can in no way go hand in hand.

This is the paradox of Christianity, wanting to demonstrate what does not exist to those (Muslims) who are convinced of the divine existence of their belief; you almost wonder which ones are the most believers !!!!!!
Christianity with ambitious thinkers in theological debates and ethno-religious divides manages to discover the supposed Judeo-Nazarene origin of Islam, however this same Christianity completely ignores a period of 18 Years in the biography of Jesus Christ and any explanation of this period is therefore made only of hypotheses because the writings of Christianity say nothing of these hidden years, or dark years, I must admit that the opinions of the Church on itself are not explanations just far-fetched quibbles to get out of a contradiction, not without reason, what is at stake is the primacy of dogma. Relics, parades, pilgrimages, bleeding statues, Lourdes, Fatima and miraculous healings?

This is sensational!!!!!!!


Wahrani

http://kadertahri.canalblog.com/archives/2021/04/05/38904920.html



2
In my exchanges with a Christian religious apologist, a discussion on violence in religion, he did not fail to quote part of the verses of Sura 5.32 in order to accuse us of passing Islam as a peaceful religion. and which in his eyes this is far from being the Truth, he said while adding that verse 32 of sura 5 is often brandished by defenders of Islam, in an incomplete way, to make believe that the murder is forbidden in Islam and that whoever kills a man, it is as if he had killed all mankind. Murder is obviously not forbidden in Islam as these people want us to believe - he concluded!

So as we can see with my Christian antagonist, it is about debates of ideas, to convince the other, to make admit a policy or a reality, Islam recommends to choose the best style, the good thought, smile and the right attitude as it says in verse 125 “and discuss with them in the best way.” Islam recommends wisdom and the right exhortation:
"And tell my servants to speak the best of the best words", (Qur'an 53:17).
And the Qur’an also continues: "Repel evil with what is best".

Reading such lines, we are very far from the Qur'an which literally horrifies on the other hand we can also see that reason is not the obstacle to faith in Islam, but is a necessary condition (for example , Qur'an, 2.44; 3.190; 16.12-13, 67; 20.54; 45.5).
Before any gratuitous condemnation, it would be important that we must first separate individual cases and personal interpretations from actual religion, so it is necessary not to condemn so much a book or text solely to literal, figurative or simply a result. It is not enough to take a few passages from the Qur'an to make it say something that it is not really saying. Again, opponents who take a verse out of context, and out of its legal understanding, are in there. 'error, but just as the detractors, who in all ignorance and puffed up with pride, take the verses out of context, and ignore all the rules of Islam, thinking that the Fiqh (jurisprudence), stop reading a single isolated verse.

The Qur'an is read and understood as a whole, in the sense that one must take into account everything that God says in his revealed Book. Thus, when the killing of criminals is expressed, there is also expressed forgiveness, mercy, and the alternative which preserves the life of even the criminal is better in the sight of Allah. For Islam the human person has absolute value, because the individual reflects humanity as a whole: “The value of the individual is neither numerical, nor rational, nor social; it is a gift from God himself, a gift for human beings as such - regardless of cultural peculiarities, historical significance or striking self-confidence.

In the case of Islam, the Qur'an is the ultimate and only authority which recommends that the worst sins are to associate or associate others with God and to assume the role of God in it. interpretation and application of the divine Message is the greatest form of blasphemy. Again, this is not the Book, but the interpretation of men. We must not forget that Islam is a peaceful religion which aims to give man moral standards of exceptional quality.

The first verse of the Qur'an, "The Opening" explains this very well by dividing people into two categories:
1. Those whom God has blessed!
2. Those who have gone astray!

However, the actions of the followers of radical religious (terrorists, etc.) cannot be attributed to violence in the religion who in fact remain idolaters in strictly Koranic terms because they associate others (namely their leaders) with God. instead of going to the source themselves, i.e. the authority of the Qur'an instead of treating the precepts of the Qur'an as a guideline instead of a definitive Book.

The story of the sons of Adam (Hâbîl and Qâbîl) appears in Sura 5 (Verses 30-35), here is what the Qur'an reports:

27 And tell them the story of Adam's two sons truthfully. Both offered sacrifices; that of one was accepted and that of the other was not. This one said, "I will surely kill you." - "Allah accepts," said the other, "only from the pious. "

30 His soul prompted him to kill his brother. So he killed him and thus became one of the losers.

32 This is why We have prescribed for the Children of Israel that whoever kills a person not guilty of murder or corruption on the earth, it is as if he had killed all men. And whoever gives him life, it is as if he gives life to all men. Indeed Our messengers came to them with the proofs. And then lo and behold, in spite of that, many of them began to commit excesses on the earth. "

The Qur'an, once again proves that those who kill (or kill themselves) in the name of a sacred demand betray the very message of Islam which firmly prohibits murder. and it is verse 33 that does indeed speak of what the enemies of Islam suffer who also strive to corrupt the earth:

33 "The reward of those who make war against Allah and His Messenger, and who endeavor to sow corruption on the earth, is that they are killed, or crucified, or their hand and leg are cut off. opposites, or that they be expelled from the country. It will be ignominy for them here below; and in the hereafter there will be a tremendous retribution for them, "

However, verse 34 states as mercy and compassion:
34. Except those who repented before falling into your power: know that then Allah is Forgiving and Merciful. "

The Qur'an indeed treats very cruelly this sinful group which it regards as the enemy of Allah.
But to call it a cruel book because of it, you have to ignore a very crucial element in the rest of the book that compensates for this cruelty at every turn: God in the Quran, besides being all-powerful, all-knowing etc. is also all compassionate and all merciful. In fact, these two are the most repeated properties of God. Each chapter begins with the sentence: “In the name of God, the most merciful, the most merciful ..

So yes, you can focus on a specific verse against the enemies of God and call the Qur'an cruel if you wish. But it wouldn't be good judgment when you also know that those who are subjected to this cruelty are also offered endless opportunities to repent at a superhuman level of mercy and compassion.

Apart from the Quran, the prophet of Islam illustrated the mercy of God by saying that "All your sins are forgiven if you remove a thorn from your neighbor's path."
So murder in Islam is forbidden, but in times of war enemies can be killed (in combat), the worst criminals among them can be executed (by the competent authorities, and by the average Muslim, just like all states of the earth practice it or practiced it).

But a person who surrenders, and abandons his crimes, cannot be condemned to death, since taking the life that Allah has made sacred is forbidden (except rightly as stated before) as Allah says in verse 151 of the sura 6: "151.
Say: “Come on! I will repeat to you what your Lord has made you a sacred duty: do not associate anything with Him; treat your fathers and mothers with kindness; do not kill your children because of need: We will provide you and theirs for a living; stay away from turpitude, whether apparent or hidden; do not kill anyone, for God has made a person sacred, except in the exercise of a legitimate right. "This is what God has prescribed for you. Perhaps you will reason! "

In sura 5, verse 32 actually refers to a prescription made to the Hebrews. But what do we learn when we put this verse in its full context, which is no more and no less than Sura 5 in its entirety?
Well, there we learn about the existence of verses adhering to the one exposed above, and we learn about the attitude to adopt in the face of the prescription given to the Hebrews.

Indeed, verse 59 tells us this:
59. Say: “O People of the Book! Do you blame us for anything other than believing in Allah, what has been sent down to us and what has been sent down before? But most of you are perverts.

The question arises: What has Allah sent down before?

It would be good to know how a verse could not find its meaning without placing it in its context which is the entire sura, and well we discover as by magic that verse 44 sheds light on the nature of what has been descended before:

44. We have sent down the Torah in which there is guide and light. It is on this basis that the prophets who have submitted to Allah, as well as the rabbis and doctors judge the affairs of the Jews. For they have been entrusted with the care of the Book of Allah, and they are witnesses of it. So don't fear the people, but fear Me. And don't sell My teachings for a cheap price. And those who do not judge according to what Allah has sent down, these are the disbelievers. "
So here the Torah, and other verses complete the nature of what has been descended before, like verse 46 and verse 47:

"46. And We sent after them Jesus, son of Mary, to confirm what was in the Torah before him. And We gave him the Gospel, where there is guide and light, to confirm what was in the Torah before him, and a guide and an exhortation for the pious. "

47. Let the people of the Gospel judge by what Allah has sent down there. Those who do not judge according to what Allah has revealed, these are the perverts. "

Finally, verse 48 seals the outcome of this debate, because it confirms the Qur'an confirms what was sent down before it:

48. And upon you (Muhammad) We sent down the Book with the truth, to confirm the Book which was there before him and to prevail over it. Judge therefore among them according to what Allah has revealed. Do not follow their passions, far from the truth that has come to you. To each of you We have assigned a law and a plan to follow. If Allah had willed, He would certainly have made you all one community. But He wants to test you in what He gives you. so compete in good deeds. All of you return to Allah; then He will let you know what you were deviating from. "

So we see here, that if the Jews had a prescription not to harm the life of an innocent person, this prescription systematically applies to Muslims, as proof, in the same sura, the law of retaliation is stipulated there:

45. And We have prescribed for them life for life, eye for eye, nose for nose, ear for ear, tooth for tooth. Injuries fall under the law of retaliation. Afterwards, whoever renounces it out of charity, it will earn him an atonement. And those who do not judge according to what Allah has revealed, these are the unrighteous. "

There is talk of a prescription still addressed to the children of Israel, the Qur'an reveals about the law of Talion for Muslims?

“O you who believe! You have been prescribed retaliation on the subject of the slain: free man for free man, slave for slave, woman for woman. »(Sura Al Baqara, verse 178)

So the laws that apply to the Hebrews do apparently apply to Muslims apparently and I believe the true Muslim view above is very much in accord with the biblical view.
Conclusion: The Qur'an is by no means violent just stupid people are !!!!!!

Wahrani

https://kadertahri.canalblog.com/



3
I appreciate the Gospels very much and I have a slight admiration for Paul of Tarsus, who in my eyes this great Paul made such a beautiful mess in the teachings of Jesus, that he won everything because he wrote more of Books of the Bible than any other author, while Jesus did not write a single word, so it makes you wonder why Paul would have been inspired by God?
To consider that Paul of Tarsus, who lived in the first century of the Christian era as an apostle of Jesus, would be like rewriting the History of Jesus' message (not to say Christianity)!

At one point Paul of Tarsus said, "I myself am not under the law," but immediately corrects his statement and basically says, "Well, I am under a law - I am under the law of Christ. (1 Corinthians 9).

He is more than an apostle as far as I am concerned, a true Napoleon of Christianity.
I understand that the earliest writings of the New Testament are actually letters from Paul of Tarsus that were written around AD 50-60, while the Gospels were only written later in the period AD 80-110. . This means that Paul's theories of Tarsus were already before the authors of the Gospels wrote their interpretations of the ministry of Jesus.

Before further discussing the writings of Paul of Tarsus, it is helpful to point out that on the Internet one will find Christian sites which provide very difficult information which will be completely new to the truth-seeking Christian. I assure you that the following details, facts and information regarding the true historical Paul of Tarsus and the problem and split with the Church in Jerusalem are documented well outside the New Testament. The Bible is definitely worth a deep study, but some things that Paul of Tarsus in particular said are clearly wrong (for example, all governments come from God and slaves who obey their masters do God's will!)

It was Paul of Tarsus who launched the belief that Jesus was incarnated and suffered the torture of the cross, so that God would forgive the sin committed by Adam and Eve, a sin which fixed the fate of all Humanity. : the expulsion from Eden, the transmission of this sin to all men, the condition of being mortal, and it is Augustine of Hippo is the inventor of the expression "original sin" and an obsessed with 'a literal reading of the story of the Fall. He organized councils in Carthage, which resulted in the affirmation of the doctrine of original sin. From that moment, the problem is resolved for the Church, but Christian theologians fail to understand, explain and justify an increasingly incomprehensible and even scandalous belief: God, almighty and infinitely good. , mercilessly condemned the whole of humanity.

Some Christian theologians believe that Adam and Eve committed the sin of the flesh yet this extremely suicidal theology completely contradicts the fact that human beings were made in the image of the perfectly good Creator. The doctrine of sin is false and blasphemous, saying that every baby is inherently flawed, that God the Creator does evil in the world, and that God is unjust, rebuking all children for the sins of their parents, well that this is strongly refuted in Ezekiel 18:20, but the church refuses to go back on the dogmas it has proclaimed. These doctrines are therefore repeated in the latest version of the Catechism of the Catholic Church, published by the Vatican in 1997 and above all the Church recognizes, however, the irrational character of its explanations: “The transmission of original sin is a mystery that we cannot fully understand”.

In Jesus' teaching he had no problem offending people by telling a crucial and straightforward truth, but Paul of Tarsus said Christians will have to change their behavior depending on whether or not it offends the other person, and in this way he promoted moral relativism in this way.

It is only useful to see that Paul of Tarsus affirmed in one of his letters (2 Cor 10) that some of his rivals criticized his rhetorical talents, he was undoubtedly endowed with great oratorical talent and a power of persuasion which made him a formidable adversary in religious disputes. In that same letter and in that same chapter, he spoke of demolishing the arguments against his strongholds.

The constant movements of Paul from Tarsus and his references to the cities he had visited and intended to visit, testify to his enormous energy. He was not intimidated by the dangers of transportation in his day and does not seem to have had more hesitation or apprehension about taking an intercontinental trip than a traveller today.


Paul of Tarsus' political gaze kept him safe from the perils of clashing with Roman power as he travelled freely throughout the empire. Eventually he got into trouble with the Roman civil authorities, as he became a threat to them, they grabbed him, interrogated and killed him for his success with the Gentiles. After having spread his message for a quarter of a century and laid a solid foundation for the spread of his faith. Before his imprisonment, Paul of Tarsus succeeded in leading the religion he adopted so that it remained on the right side of power. To accomplish his goal, Paul of Tarsus used all the artifices of politics, without excluding opportunity and duplicity. He said this of himself in his first letter to the Corinthians:

Although I am free and do not belong to any man, I make myself a slave to everyone, to earn as much as possible. For the Jews, I become like a Jew, to win over the Jews. For those who are under the law, I become as one under the law (although I am not under the law), in order to gain those who are under the law. For those who do not have the law, I become like one who does not have the law (although I am not free from the law of God but am under the law of Christ), in order to win those who do not have the law. For the weak, I become weak, to win over the weak. I have become everything to all men (1 Cor 9: 19-22).

This is why I believe that this great Paul of Tarsus is the Napoleon of Christianity!!!!
According to some Christian sources, Paul of Tarsus the theologian is a less coherent and less convincing thinker than is generally believed and he had confused circumcision with the observance of other laws of the Torah, as Paul of Tarsus expressed the whole range of ideas about the value of circumcision, with indifference in 1 Cor 7:19:20

Circumcision is nothing, and uncircumcision is nothing, but keeping the commandments of God is everything. May everyone remain as they were when called?

Circumcision has no value in Gal 5: 6 6
For in Jesus Christ neither circumcision is of any use, nor uncircumcision; but the faith which acts out of love.
Affirm that circumcision has value in Rom 3: 1-2 1
So what advantage does the Jew have? Or what profit is there from circumcision? 2 In any case, mainly because it was to them that the oracles of God were committed.

In his relationship with the apostles, Paul of Tarsus finds himself in a rather difficult situation. The facts of the story of his rejection in his outburst of love for the daughter of the High Priest, showed that Paul of Tarsus as a Pharisee rejected. Moreover, Paul of Tarsus had wanted the independence of the Church in Jerusalem, but above all needed their recognition and their authority for his missions. In Galatians 1:18 he states: "Then, after three years, I went up to Jerusalem to see Peter and I stayed with him for 15 days". Verse 19 states: "But the other apostles saw no one except James the brother of the Lord".

There is no doubt that the fortnight with Peter was largely devoted to imparting more information about the context of Jesus' ministry on earth as well as the very beginnings of the new movement.

In Galatians 2: 1-2 he states: "Then after fourteen years I returned to Jerusalem .... I presented them the gospel which I preach among the Gentiles, but in private before those who are famous, lest I was not in vain ".

This is because Paul of Tarsus submits his gospel to the apostles in Jerusalem for their approval.
Paul would later say: "They added nothing, no other content, no request, instruction or requirement to the gospel without circumcision ... except the encouragement to remember the importance of almsgiving (Gal. 2: 10) ".

In the end it would seem that it is precisely these problems that would ultimately separate Paul of Tarsus from the Church in Jerusalem in the last years of his life. The Paul of Tarsus case is quite a disturbing enigma for the church, indeed, he was considered the true founder of Christianity, deviating from the Jewish ideological foundations of his time and dissenting from his people, it seems. It is opportune to question the Pauline motives which may have posed a problem for the Apostles of his time and who did not see in Paul of Tarsus a subversive element without questioning the foundations of Christianity.

At the risk of deceiving me!

NB/Original article in French, Google translation

http://kadertahri.canalblog.com/


4
Rebuttals & Polemics / L’Arabe, une langue magnifique !!!
« on: January 26, 2021, 12:52:49 PM »
 Il est assez important de rappeler certaines vérités sur la langue arabe et son enseignement reste un vecteur de richesse culturelle et comme autre langue, elle est d’abord un véhicule de culture et de beauté, bien au-delà d’une communauté, d’une religion. D’ailleurs, les églises chrétiennes d’Orient au Proche et Moyen-Orient prêchent  leur Messe en langue Arabe.

Cependant il est intéressant de savoir que les non Arabes ont fortement contribué au rayonnement de cette langue. En effet, les chrétiens Arabes ou arabophones ont traduit en Arabe les grands textes grecs de la philosophie et des sciences, langue par laquelle ces savoirs nous sont parvenus. Quant au premier livre imprimé en arabe, c’était une bible ! Aussi, des juifs arabophones en Andalousie en Espagne ont contribué au développement de la langue arabe, comme ce fut le cas pour le philosophe et juriste andalou Moïse Maïmonide de Cordoue, qui a écrit son œuvre en Arabe.

Ainsi sans me déclarer un linguiste avéré, tout en empruntant à un site partenaire, je dirai que la Langue Arabe est une langue très riche; les Arabes se vantent, selon Ernest Renan, d’avoir :
80 mots pour désigner le miel,  200 pour le serpent, 500 pour le lion,  1000 pour le chameau et l’épée et également presque 4400 mot pour rendre l’idée de malheur.
Le vocabulaire comprend 60 000 mots. Les grammairiens Arabes déclarent que toutes les racines de la langue ont été primitivement des verbes, et ils élèvent considérablement le nombre de ces racines. Il est en réalité de 6000.
Certains linguistes s’accordent à dire que ces noms sont absolument identiques, mais l’opinion la plus solide est celle qui soutient qu’il existe des nuances d’un mot à un autre et que deux termes ne désignent pas exactement la même chose.

Ainsi, la clarté, l’amplitude de la langue arabe ne peut être comparée avec une autre langue. Et celui qui dirait qu’une langue est plus vaste et plus riche que la langue arabe se sera trompée et l’imam Souyyouti a dit : « cela est clair car nous les arabes, lorsque nous voulons parler d’une épée, nous avons énormément de termes qui nous permettent de l’exprimer. Chacun de ses termes aura une signification particulière qui parlera d’un aspect particulier de cette épée, il en est de même pour le lion, le cheval, et énormément d’autres choses ».

Voici quelques exemples autour de la notion de vide et des différents termes utilisés en arabe pour l’exprimer :

- Une table sans repas est appelée «khiwaan». Lorsqu’elle est servie, on utilise le terme  «Maa’idah» .
- Un verre vide est  «koob» ou «qadah». Lorsqu’il contient un liquide, il devient « ka’s ».
- Pour désigner le fait de manger tout ce qui se trouve sur une table, lors du dîner, on utilise le verbe «iqtamma»

Il y a dans la langue arabe, toute une catégorie de mots qui signifient une chose ainsi que son contraire. Il y a par exemple ce qui à nos yeux s’apparentent à des contradictions le mot "Saleem", signifie celui qui est guéri, et celui qui vient d’être mordu par un serpent,
Le mot "Baseer", désigne une personne avec une vue perspicace, mais aussi un aveugle.
Le mot "Umma" qui est généralement traduit en nation, ainsi que l’entité qui suit et est guidée.

Je noterai également ces belles anecdotes : "On raconte que le grand poète et linguiste aveugle du XIe siècle, Abul-Ala Al-Maary a heurté au Souk un prince à la cour de Ibn Saleh Mirdas, le souverain du nord de la Syrie.
Le prince a perdu son calme, en voyant que le poète était pauvre, et les poètes pauvres, ne sont pas censés se frotter à la riche noblesse! Ce prince traita alors le poète de "chien ignorant". Abul-Ala répliqua aussitôt : "le chien parmi nous est celui qui ne connait pas les soixante-dix noms pour désigner le chien !"

Ces soixante-dix noms n’étaient pas tout à fait synonymes, car ils ne signifient pas tout à fait : «chien», plutôt, ils décrivent les conditions d’un chien, un chien enragé avait un nom différent d’un joyeux, le chien qui avait une oreille vers le haut et l’autre vers le bas a un nom différent de celui qui avait les deux oreilles, ou les deux oreilles vers le bas. Ce qui est vrai du chien est vrai de la plupart des autres créatures.

L’amour quant à lui possède plusieurs noms différents, dont chacun a une légère différence, mais critique de l’autre. "Hawa", est le goût léger, il comporte également un élément d’erreur, d’irrationalité, le vieux proverbe préislamique va : "Hawa fait perdre la raison".
Il y a le nom "ishq", qui vient de l’intrication de deux amoureux inséparables mais toujours indépendants et distincts, et encore le nom "Hayam" et "Fitna", ce qui signifie l’amour, l’engouement, le désir passionné, mais aussi guerre civile et illusion. Il y a le nom «Sakan «     pour décrire la relation entre les couples mariés. Le stade suprême de l’amour est, paradoxalement, "fanaa", ce qui signifie la non-existence. C’est le stade où les amoureux perdent leurs existences indépendantes et effectivement devenu l’un à l’autre.

La science du Tafsir (l’exégèse) du Coran est une discipline des sciences islamiques qui vise l'explication des termes du Coran et ce que l'on en tire d'enseignement1.
La discipline, ainsi définie, s'est dotée pour atteindre son objet, de connaissances et d'une méthodologie d’exégèse et d'interprétation du texte Coranique  pour en approfondir la compréhension c’est-à-dire qu’elle cherche à en saisir le sens immédiat des mots. 

Le terme «Tafsir» signifie «clarifier ce qui est obscur». C'est aussi, au passage, ce qui ressort du sens d'explication qui nécessite une interprétation pour en saisir le sens qui a un impact considérable sur la pensée religieuse musulmane. 

Quant à la culture arabe, elle a puisé l’essentiel de sa source dans le texte sacré de l’Islam lui permettant ainsi de mettre sur pied une approche et une pensée originales, comme l’a bien souligné Mohamed Arkoun "La pensée arabe a eu, avec le Coran, un départ fulgurant. Le Livre a ouvert des horizons si vastes, introduit des thèmes si denses, utilisé des moyens d’expression si exceptionnels qu’aujourd’hui encore il offre aux penseurs et aux chercheurs scientifiques d’inépuisables sujets à exploiter".
En final je voudrais partager des citations de personnalités qui furent fascinées par la langue arabe, bien que ces citations ne reflètent en fait que leur avis personnels. Parmi ces occidentaux, on trouve des penseurs, écrivains et orientalistes qui ont étudié la langue arabe et qui l'ont bien maîtrisée. D'autres, sont tombés sous le charme de cette belle langue.
" La langue arabe est parmi les langues du monde les plus riches" L’allemand Freitag
" L'imposant et l’éternel patrimoine arabe a prouvé qu’il est plus fort que toute tentative qui visait à repousser l’arabe littéraire de sa position dominante " L’allemand Johann [censored]
L’arabe à atteint, grâce au Coran, une extension qu’aucune autre langue, parmi les langues du monde, n’a jamais connue " L’orientaliste allemand Karl Breukelman
" La chose la plus étrange qui est arrivée dans l'histoire humaine concerne la diffusion de la langue arabe. En effet, la langue arabe était inconnue, et soudainement, elle a connu une expansion pleine et complète.Cette langue n’a ni enfance, ni vieillesse. Elle a dépassé ses sœurs par la richesse de son vocabulaire, par la précision de ses termes et par la justesse de son système de construction et sa structuration". L'orientaliste français Ernest RENAN
" L’arabe est une langue extrêmement riche. J’ai appris à lire l’arabe à un certain moment, sans le comprendre. Ce qui est intéressant avec cette langue, par rapport à une autre, et moi je suis passionné par ça, c’est que lorsque vous apprenez l’arabe, vous connaissez la mentalité des gens. Mais si vous apprenez le français, vous ne connaissez pas la mentalité des francophones. C’est la construction, la création de cette langue qui est extraordinairement riche. Il y a des gens érudits qui, avec une seule lettre, ont écrit des bouquins entiers. C’est une langue qui, moi, me passionne." Le Prince Laurent de Belgique
Comment l’Homme peut-il résister à la beauté de cette langue, à sa logique et à son éblouissement unique? Même les voisins des Arabes, eux-mêmes, dans les pays qu’ils ont conquis, sont tombés sous le charme de cette langue. Sigrid Hunke (historienne des religions et écrivain allemande, 1913-1999.

L’une des caractéristiques les plus importante de l’arabe, est sa capacité à exprimer des significations secondaires que les peuples occidentaux sont incapables d’exprimer.
Régis Blachère (orientaliste, islamologue et arabisant français, 1900-1973).

En final, il est plus naturellement de déclarer que la langue Arabe compte des particularités et des caractéristiques tant dans l'écrit que l'oral l'autorisant amplement à être une langue de sciences.
Sans chauvinisme linguiste, je termine en disant que chaque langue à son charme et il ne faut pas les mélanger les unes aux autres. De plus il ne s’agit pas d’être xénophobe mais d’être fier de sa langue et de ses origines c’est ce qui fait la différence entre les uns et les autres et qui fait la beauté du vivre ensemble dans un respect mutuel.
 
A tous les Arabes ! Votre langue est magnifique !!!!!






5
 Cette question est intéressante à condition de n’oublier dans le bilan, ni l’actif, ni le passif du terme Islamisme, qui reste à mon sens un cas d’école à connaitre absolument nous sommes à tort habitué à certains termes, qui prêtent à confusion, l’amalgame et la polémique.

Ainsi historiquement, le terme islamisme désignait l'islam, de nos jours il n'est plus utilisé dans ce sens mais se référant à des groupes qui se démarquent très souvent des enseignements traditionnels par l’exploitation interprétative politique d’un texte sacré, des hérétiques ou hétérodoxes sont nommés ainsi tel car ils se démarquent des enseignements de l’Islam. Ainsi il est à constater que bien que présent dans les religions monothéistes, ce terme est souvent utilisé en référence à l’islam, au même titre utilisé pour désigner des mouvements des Frères Musulmans, du FIS, des Partis Politique Algériens à tendance Islamisme comme on dit trop souvent, ou encore  du Hezbollah et le Hamas, des salafismes quiétistes comme des groupes qui prônent la violence dont le seul point commun est de se réclamer d’une interprétation fondamentaliste de l’Islam et d’en faire le guide de leur action politique.

On n’a vue que de pareil mouvements à la fois religieux et politique qui incitent à l'expansion de l'islam ainsi que l'application stricte de la loi islamique, la charia, considérée comme l'unique source du droit, dans tous les domaines de la vie publique et privée pour mettre à jour à la fois idéologie et politique radical et  surtout par jeu de dupes comme une formule fourre-tout englobant toute configuration d'idéologie extrémiste supposée issue de l'islam, l’islamisme peut faire appel à la violence pour parvenir à ses fins et prendre des formes extrémistes, voire criminelles.

Sincèrement je suis musulman : ma perception de l’islam n’est pas la même  de celles de ces groupuscules. Ceci dit, l’islam s’inscrit pour les musulmans dans la continuité  du monothéiste le plus pur, et je ne dirai jamais assez que l’Islam ne se présente juste pas comme une religion Bis, mais bien plutôt comme un Rappel, c’est d’ailleurs le sens du mot Qur’an : Rappel au lien élémentaire qui lie l’être humain à Dieu. Je crois qu’il faut connaître l’islam de l’intérieur pour comprendre son aspect universel. Quand au Musulman, il l’est que selon le regard de l’autrui. L’islam n’est ni le christianisme et encore moins un reflet de la pensée grecque ou romaine mais je considère que l’Occident est d’une pauvreté conceptuelle attristante, juste une  caricature des principaux courants universelles relevant principalement de la pensée Islamique.

Les maîtres du financement de l’Islamisme et son expansion, se trouvent dans les pays de Golf, des monarchies tribales absolutistes et despotiques où l’islam est instrumentalisé pour justifier l’oppression de la société civile, la censure de la liberté d’expression et de toute forme de militantisme politique.

Allah voulait que I’islam soit une religion générale et  universelle, mais les hommes ont voulu en faire une politique. La politique est partielle, tribale, limitée dans l'espace et dans le temps. Limiter la religion à la politique, c'est la cantonner à un domaine étroit, à une collectivité, une région et un moment déterminer.
La religion tend à élever l'homme vers ce qu'il peut donner de meilleur. La politique tend à éveiller en lui les instincts les plus vils. Faire de la politique au nom de la religion, c'est transformer cette dernière en guerres interminables, en divisions partisanes sans fin et cette  une religion qui a été tellement assimilé à un peuple, une race, une culture autant par les xénophobes que les xénophiles qu’ils ont été encouragé officiellement à travers des institutions publiques et républicaines.

Aujourd’hui chez la presse occidentale, le terme islamisme est surtout assimilé, de façon explicite et trop discriminante, à l’image de l’Islam violent et du mauvais musulman. Il se voit confondre intégralement avec l’islam, surtout en France où l’expression publique et politique d’une religion entraîne immédiatement la suspicion et l’amalgame. Chez cette même presse  l’islam est la seule religion dont la forme intégriste est désignée par un dérivé de son nom islamisme, comme si la violence lui était essentielle, pourtant on parle moins de chrétiens intégristes, de juifs extrémistes et sans jamais utilisé les termes christianistes  ou  judéistes ou mieux encore, il n’est pas dit du Judaïsme politique lorsque il est question de la création d’un état juif en Palestine.

De plus, dans les discours médiatiques les bons musulmans sont perçus comme conciliant les mêmes principes et valeurs des catho-laïcité, ainsi à cette population, il est impose  l’obligation de respect des valeurs problématiques (Mariage pour tous). L’appartenance à la catégorie des bons musulmans est alors conditionnelle au partage de ces principes surtout ils doivent notamment être laïques et féministes. L’opposition au voile ainsi qu’à l’intégrisme islamique prouverait qu’ils sont de bons musulmans.

Plus précisément, pour être de bons musulmans, aux yeux de la presse Française, les musulmans de France doivent, d’une certaine façon, rejeter certains comportements et pratiques associés à l’islam, et pour installer un climat de suspicion envers les citoyens musulmans. Ils sont dès lors placés dans une dynamique où leurs comportements doivent être jugés par les médias et le reste de la société.  Ces mêmes médias omettent et se dispensent de réfléchir sur l’opposition entre le bon et le mauvais musulman participe à réduire leurs libertés et justifie leurs discriminations que les discours médiatiques instrumentalisent alors l’exclusion sociale. Mais cette dernière option sera privilégiée par la partie dominante qui donne le ton dans les milieux élitistes.
 
En adoptant un discours du machiavélisme, la société laïc et chrétienne de France propose une conception voire une relecture de l’islam avec refondation de la théologie musulmane, pour que des musulmans puissent correspondre aux valeurs républicaines. Il faut noter que, les valeurs musulmanes sont jugées comme étant incompatibles à celles des sociétés occidentales.

La déformation par les médias du regard porté sur l’islam s’éternise, donc pour conclure sur le terme islamisme, je dirai qu’il existe deux types d’islamisme, celui qui revendique la défense d’intérêts patriotique (Hezbollah et le Hamas) et celui constitué de petits groupes de type Rachad qui cherchent à défendre des intérêts politiques confus et flous au nom de l’Islam.

Ces groupes politiques associés à l’islam sont instrumentalisées afin de corroborer et d’appuyer l’argumentaire proposé par les médias. L’instrumentalisation de ces groupes se manifeste  dans les affirmations de certains individus se réclamant de l’islam et qui tiennent des propos controversés, et ce, sans éclairer sur le contexte social ou historique où ont prévalu ces propos.

En final l’islamiste reste donc un adepte à l'utilisation politique de l'islam pour une large contestation perçue comme portant atteinte à son identité à la fois nationale et religieuse.
En conclusion,il a été démontré bien souvent que l’islam n’est donc pas une croyance essentiellement violente, mais une religion de préférence pacifique, humaniste et universalle, qui s’inscrit dans le rappel des précédentes religions plutôt qu’en rupture avec la civilisation judéo-chrétienne. Si l’expansion de l’islam s’est diffusée parfois de manière violente au cours de son histoire, cette violence ne lui est pas spécifique, mais semblable à celle qu’a connu le judaïsme dans sa conquête de la terre de Canaan ainsi que le christianisme, par exemple lors des Croisades médiévales.

L’islamisme illustre quant à lui, un islam présupposé politique qui revêt des aspects réformistes ou réactionnaires, surtout il n’est pas un excès de l’Islam, c’est un dévoiement de l’Islam purement fanatique et irrationnelle.
C’est donc autre chose !!!!!!

Avec mes Amitiés
Wahrani


http://kadbehar.unblog.fr.over-blog.fr/


6
Je tiens surtout à vous préciser qu’en Islam, la théologie a été appelée  « science de la parole » ('ilm al-kalām) qui soumis à l’idée, qu’il existe un chemin de foi et qui rend compte de ses croissances à être, dans tous les temps.. Ainsi je peux avancer que la théologie islamique enseigne que Dieu existe et qu’Il est unique.

Le Qur’an ne révèle aucun mystère, à la différence de la Révélation chrétienne (telle que la filiation divine du Christ, la Trinité et la Rédemption), ce qui est révélé, c’est le statut de l’être humain et des créatures, et la relation de l’être humain à son Créateur, une relation de dépendance. Cette dépendance est telle qu’on ne peut être sauvé que si on agit conformément au projet divin.

Dans la théologie chrétienne la liberté excessive prônée, aurait déjà ses racines chez Paul. Car c’est lui qui aurait aboli la Loi divine elle-même en voulant se demarquer de la Loi de Moïse en disant que désormais, dans le Christ, les chrétiens ne sont plus soumis à la Loi, ni serviteurs, ni esclaves (abd) de Dieu, il aurait amputé le christianisme de ce qui fait l’essence même d’une religion c'est-à-dire  la soumission à la Loi de Dieu.

Par la Filiation  et l’Incarnation, le christianisme a fini par faire de l’homme un dieu?

Ce que la théologie musulmane, soucieuse de respecter le statut de dépendance essentielle de l’homme par rapport à Dieu, ne peut d’aucune manière entrevoir.

C’est dans ce sens que le Qur’an  fait un lien entre la foi au Dieu unique, le monothéisme, la foi au Dernier jour du Jugement et d’agir avec droiture. Ainsi il est écrit

«En vérité, ceux qui croient et ceux qui sont Juifs et Chrétiens, et Sabiens (Sabi'in), quiconque croit en Allah et au Dernier Jour et accomplit les bonnes actions justes recevront leur récompense auprès de leur Seigneur, sans craint et ils ne pleureront pas non plus» Qur’an 2, 62

Or ceci nous renvoie vers la citation d’un grand penseur musulman et juriste Ibn Taymiyya (m. 1328) pour montrer comment au Moyen-Âge déjà, les musulmans critiquent la séparation du politique et du religieux dans le christianisme?:

« Il lui manque le pouvoir, et il n’a pas les moyens d’ordonner ce qui est convenable et d’interdire ce qui est blâmable »

Pour Ibn Taymiyya, c’est précisément la grandeur de l’islam d’être une synthèse des deux Lois de la justice et de la grâce?

Courants Mu‘tazilites et  Ash‘arites :

Les Mu‘tazilites ont constitué le plus ancien courant de la théologie islamique (théologie appelée ‘ilm al kalām), laquelle fut incontestablement un des courants le plus influent de la pensée en islam.

Le mu‘tazilisme comme théologie s'est développé parmi des croyants qui avaient une confiance absolue dans les promesses et les menaces que Dieu a annoncées dans le Qur’an. À l'unité de Dieu, à l'unité de la Loi révélée, doit correspondre l'unité d'une communauté (umma) entièrement soumise à Dieu.

Cette communauté est la meilleure qui ait surgi ; elle commande le bien et interdit le mal c'est :

Le amr bi‘l-ma‘rūf wa'l-nahy ‘an al-munkar ;  (Qur’an 3.104 et 110).

Il y a un rapport étroit entre l'unité de la communauté musulmane et le culte d'adoration du Seigneur. Les mu‘tazilites s'inspirent donc étroitement du Qur’an,

Les Mu‘tazilites, professant la primauté de la raison humaine et du libre arbitre (opposé à la prédestination), développèrent une pensée et une psychologie qui constituèrent les bases de leurs spéculations sur la nature de l’univers, de Dieu, de l’homme et du phénomène religieux en tant que Révélation et Loi divines. Dans leur doctrine éthique, les Mu‘tazilites soutenaient que le Bien et le Mal ne peuvent être appréhendés qu’à travers l’exercice de la raison humaine. Grâce à leur pensée spécifique, ils purent élaborer une méthodologie juridique d’une très haute complexité.

Les Ash`arites sont les Imams de la guidance parmi les savants musulmans, C’est à leur sujet que le penseur de l’Islam Ibn Taymiyyah avait dit : « Les savants sont les défenseurs des sciences de la religion et les Ash`arites sont les défenseurs des fondements de la religion »

L'ash‘arisme est l'école dont l'influence fut prépondérante pendant des siècles (Xe-XIXe s.) en ‘ilm al-kalām, c'est-à-dire dans la théologie, Elle entendit défendre contre les mu‘tazilites l'absolue toute-puissance de Dieu, la réalité des attributs divins et le Qur’an incréé. Les thèses soutenues varient quelque peu ainsi au sujet de la définition de la foi. Cette école affirme que Dieu est créateur du mal comme du bien, qu'Il crée les actes de l'homme, bons ou mauvais.

Chez eux, la révélation prime sur la raison rejetant le rationalisme mu‘tazilite. En final je dirai qu’il n’y pas de grandes différences entre les deux courants, excepté quelques désaccords mineurs, comme par exemple la définition des notions de la croyance (al-îmân) et de la soumission (al-islâm), ou la question du Destin et d’autres questions qui sont habituellement admises au sein d’une même école, et qui n’implique aucune divergence de fond. Les deux courants firent du Qur’an la source par excellence pour la vraie connaissance de leurs croyances. Ils s’appliquèrent à saisir les sens des versets coraniques ; quant aux questions ambiguës, ils se basèrent dans leur compréhension sur les procédés linguistiques. Aucun des deux n’a inventé une nouvelle croyance, ni une nouvelle école religieuse.

En conclusion, mon commentaire sur les factions ou les courants de l’Islam se résume uniquement à un compte rendu historique qui, dans ce cas, se limite seulement à l’analyse du fondement des groupuscules, comme cela se fait pour les événements historiques.

 http://kadertahri.canalblog.com/

7
Apostasy, from the Greek apostasia, defection, designates the voluntary and public abandonment of a religion and is used as much for the various Christian denominations as for Judaism and Islam. For Judaism, apostasy today exists with a very particular connotation: tribal Judaism is not you leave it because apostasy is experienced as a betrayal towards the people, no doubt more than towards god him - even, the apostasy of a Jew constitutes a drama for an elected people.

In Catholic theology and canon law prior to the 1983 Code, apostasy was punished: Christian Europe in the Middle Ages quartered and burned its apostates. Today, the Church recognizes that who knowingly leaves religion freedom of conscience, but, de facto excluding himself from the ecclesial community in which he was baptized, the apostate no longer benefits from the sacraments of Church, funeral or sponsorship mission. The sanction of apostasy is therefore today excommunication (solemn exclusion from the Church).

For Islam, apostasy exists. It is characterized by the abandonment of belief in God, but it does not imply a questioning of the attachment to Muslim identity or culture, since they always remain ex: Muslims, all the more that Islam has no institution for controlling the religious beliefs of its followers. Apostasy is a gradual evil. It is first of all the abandonment of a received truth.

The ex-Muslims form a homogeneous group with all the same ideas to make their apostasy, a working tool which they exhibit on stage without any lucidity, nor deep reflection but pour into victimization !!!!

Apostasy most often arouses habits or attitudes due to sin or error. It infects not only thought, but all of life, to the point that salvation can only be spoken of with extreme caution.

However, some of the Christian critics consider the new ex: Muslims converted with suspicion, accusing them of seeking personal gain such as financial aid from Christian organizations working for charities.
Ah! Because it was better lived in apostasy !!

The questions of criticism of Islam and the freedom to detach from it are central to our Islamic visions, however the critical theory of ex: Muslims sees reality through the lens of the Church, one gets the impression, once again, that the criticism of Islam can only be a criticism necessarily collected by the church which instrumentalizes converts to lead an irresponsible campaign to denigrate Islam.

Christians could have stopped there. But they always have fun telling us stories of a number of ex-Muslims and their renunciation of Islam, as if to believe the stupidities of these misguided, but the fact that these ex-Muslims represent for Islam?

The reasons evoked by these ex Muslims, seems at first dictated by the religious of the church, namely:
Be convinced that Islam is not a true religion!!!!
Affirm loud and clear the supposed violence of the Koran!!!!!
Affirm loud and clear a persecution with a death threat!!!!
Affirm that you have met Jesus Christ to finally find eternal rest!!!
Claim to be saved by Jesus!!!!

The church which knew how to adapt its discourse and no longer attacks Muslims head on, but attacks Islam to claim and manage these intoxicants and theories which come to flatter the ex: Muslims, exacerbating the clichés in an excess of religiosity and societal testimonies.

Because imbecility becomes the majority that turns it into intelligence, because to reject your religion is to abandon part of yourself.

It proves what the case of these ex; Muslims?
Is there a contest somewhere?

Above all, it should be noted that it is enough to measure the quality of those who leave Islam without ever being true Muslims, and of those who return to Islam after a mature conviction supported by studies first, to note that the difference is significant.

So we call these cases of ex: Muslim become Christian after having met Jesus in a dream, or having received the Call of Christ (What all claim) after having lived many persecutions. Also after his conversion and his faith in Jesus Christ, he is saved!
In addition, Christians in their churches tend to mistrust these ex-Muslims, and more often than not they say to themselves;
Aren't they Christians like us?
I have never seen so many untruths in the altitude of ex: Muslims to put these shots end to end can only demonstrate a bad Islam when Islam is really something else: Happiness.

Someone said "if I'm right, let me be granted if I'm wrong, let me be proven;"

[http://kadertahri.canalblog.com/]

8
I was tempted to do some research on the Letters of the Apostles, on which it is said that their dates are more assured. The documentation consulted makes me say the following:

Most of the letters are addressed to churches rather than individuals, which clearly indicates that these are not real letters at all, but in fact that they are theology disguised as correspondence, and the length of several d 'between them - "Romans", for example, is longer than many ancient books. All the epistles are troubled by disorder and inaccuracy.

With the book of Acts, the epistles have a crucial objective: they constitute a bridge between the scene in Palestine described in the Gospels and the emerging churches of the end of the second century. The very existence of so-called letters confirms the myth of a unified church. The epistles proved the legitimacy of their churches and approved the episcopal right to govern as servants of Christ.

As it stands, there is no copy of a New Testament letter prior to the 2nd century, that is, nothing that predates the ruthless sectarian conflicts and bitter doctrinal battles of the 2nd century - a At that time false apostolic writings were primary weapons in the war of the sects of early Christianity.

I will take as an example the thirteen letters which bear the name of Paul, nine of them are addressed to churches and four to individuals. Do they prove something?


Curiously, the four Gospels do not mention or even suggest an adventurous apostle called Paul. For evangelical writers, Paul does not exist. It is just as curious that Paul's letters do the same, that is, the ignorance of the evangelists. Indeed, the evangelist Matthew, the tax collector so gifted at finding prophecies about Jesus in the Jewish Scriptures, is not so much named in any Pauline epistle.

If I should say a word about Paul, I should ask:
Why did Jesus return to earth to convert Paul through a vision?
Why did he not simply allow his own disciples to faithfully proclaim his message with one vision.
Did the disciples of Jesus, disciples of the Jewish God, followers of the Jewish Scriptures, baffled by the teaching of Jesus, mistakenly believing that he was the Jewish Messiah, even after his death and resurrection, continued to interpret the words, deeds and death of Jesus in light of their understanding of Judaism. This is why Paul had to face the disciple of Jesus, Peter, and James the brother of Jesus as seen in the letter to the Galatians.

I remain of course categorical to see that the letters do not offer any continuous narrative and nobody has a real idea of the unfolding of their composition from where the sustained uncertainty in the origin of the letters and their obvious incompatibility with the history ancient of Christianity. Precisely when it comes to understanding:

When they were written!
By whom they were written!
Where they were written!

It is very useful to wonder why all these letters from the Apostles (Personal Correspondence) or even the story of the Mantle of Paul, are they inspired by the Holy Spirit, this remains an endless speculation test?

[http://kadertahri.canalblog.com/]

9
Was Jesus' Last Supper a Passover seder? And the answer will probably be yes !!
Is there a connection between the Jewish Passover and the Christian Passover ... Yes of course and a close relationship? Yet Jesus could very well have known what a "seder" was, and for having modeled his Last Supper on it, even if the elements of the primitive seder were born decades after his death. It is because Jesus was, as we know, a Jew respectful of the commandments and that on the day of Pesach he went naturally to the Temple to sacrifice a lamb on the altar of the Temple, as biblically prescribed

"You will sacrifice the Passover offering ... where the Lord ... will dwell his name [Temple of Jerusalem]" (Deuteronomy 16: 2)

He was celebrating Pesach, moreover, it was on this occasion that he was arrested by the Romans, tried and condemned. And from there, there was the development of all Christian theology of the Last Supper, although no seder of this kind could have been practiced in the time of Jesus.

[http://kadertahri.canalblog.com/]

10
C'est hallucinant de voir l’écart entre ces pentecôtistes Européens et ces protestants fondamentalistes Américains, qui ont aussi leurs équivalents dans le Judaïsme, qui reste surtout une doctrine purement raciale bien timide et qui pleure énormément sur son passé, totalement obnubilée par des questions de descendance généalogiques.. Même Dieu est devenu Dieu d’Israël. La soumission est inversée et la terre promise est devenue la leur, exclusivement.

Des groupes pentecôtistes (la branche extatique du Protestantisme) très émotionnels en passant par des groupes réformés baptistes, méthodistes, évangéliques, qui ont chacun leurs particularités, ce qui est le propre d’une liturgie très codifiée, les premiers pentecôtistes sont alors persuadés que le don le parler en langue (glossolalie) est une troisième bénédiction, après la conversion et la sanctification.  L’Église de Pentecôte (les Assemblées de Dieu) ou des pentecôtistes, il s'agit des familles d'Églises fondées par Parham et Seymour en 1901 et 1906 aux États-Unis. Elles définissent l'expérience pseudo chrétienne en deux étapes: la conversion (par la repentance) et le baptême de l'Esprit (souvent par imposition des mains) dont le signe initial est le parler en langues.
 
C’est pour eux un nouveau signe manifeste de l’action du Saint-Esprit. Mieux, il devrait permettre d’annoncer l’Évangile à tous les peuples et dans toutes les langues, condition nécessaire selon eux au retour du Christ sur terre. “Désormais, nul besoin d’apprendre les langues étrangères, explique un spécialiste de l’évangélisme. Grâce à l’action de l’Esprit, pense t-il, les missionnaires pourront prêcher miraculeusement dans toutes les langues de la terre.”
D’autres évangéliques, considèrent au contraire que c’est, au mieux, une supercherie inutile, au pire une manifestation démoniaque. Mais c'est difficile d'affronter la peur du ridicule.

On peut se faire un scénario apocalyptique sur une éventuelle fin du monde, mais comme toujours, les seuls bénéficiaires seront tous les clergés chrétiens et leur consort oubliant parfois que le sectarisme peut se faire un peu partout. Cela dit, les gens sont prêts à suivre cette légion de mystificateurs et arnaqueurs qui savent tout, eux ils disent qu’ils ont un ministère de guérison, c'est plus biblique. Ils auraient bien tord de ne pas en profiter car ce ne sont pas les moutons qui vont manquer dans les temps prochains,
Et dire qu'ils condamnent le musulman d'extrémisme, c'est un contresens historique !!!!!!

Historiquement, le Pentecôtisme a commencé comme un élan revitalisant les  évangéliques   qui   attendaient une renaissance du Saint-Esprit avant l’arrivée imminente du Christ. Le Pentecôtisme embrasse différentes branches. Il recouvre, en effet, différents courants qui parfois diffèrent sensiblement. L’utilisation politique faîte de la religion a nourri son influence et a donné naissance à la Bible Belt imprégné par une volonté partagée d’accroître le pouvoir de la religion dans la société transforma les hommes d’églises en fervents activistes politiques  pour en faire un mouvement politique marqué par une culture biblique de type évangélique et fondamentaliste.

Depuis quelques années, les pentecôtistes le seul courant qui se caractérise par la valorisation des charismes de prophétie et de guérison, le parler en langues issus de la force du Saint Esprit, et qui de ce fait donnent une importance aux manifestations très expressives, chants, danses, et parfois transes, comme on peut le voir dans les églises américaines. Un Américain sur quatre est évangélique, selon l’institut Pew. C’est la forme dominante du protestantisme américain, et la première source religieuse du pays, devant les catholiques et les protestants traditionnels

Une véritable nébuleuse évangélique qui appartient à des Églises indépendantes peu organisées et solidaires entre elles, inspirées par un protestantisme radical exalté par des pasteurs autoproclamés empruntant à la Bible les motifs de leur combat acharné contre l'homosexualité, l'avortement, la sexualité hors mariage, pour les protestants évangéliques, le prosélytisme est inséparable de l’acte de foi.

lorsque le Pasteur prétend incarner à lui seul la vérité, alors on peut parler de dérive sectaire, il est à la fois animateur de communauté, prédicateur, exorciseur et thérapeute , l’une des singularités du Pasteur est l’importance qu’il accorde au charisme lorsque sa parole du prédicateur l’emporte sur le texte biblique marqué par un déficit ecclésiologique pour encourager à une lecture périodique et simpliste encore peu documentée, Il s’enhardit même à investir avec force l’univers islamique, Il y a effectivement une focalisation sur l’islam, pour suggérer l’idée que les pays musulmans constituent la frontière ultime où se jouera l’affrontement décisif.

On y voit des prophètes fourbes de circonstance se prennent pour Isaïe, Ézéchiel, Daniel ou Zacharie, et qui grâce à leur connexion directe avec la Jérusalem céleste, révèlent les secrets du trône de Dieu et les pièges du Mal, dans des délires extatiques. Ce sont des mises en scène de la perfidie et des pièges de la corruption.
 
-Nous avons vu un pasteur dire à sa congrégation de plus de 12 000 personnes de ne pas céder à « l’esprit démoniaque de la peur » et de continuer à assister aux réunions !
-Un autre plus proche de Dieu de la Bible, s’est dit investie contre le coronavirus d’un pouvoir   en provenance de la « salle du trône de Dieu » !
-Un autre prédicateur pentecôtiste et pasteur  disant que la peur du coronavirus était un péché !.
-Un autre pasteur plus prophète avait aussi un message prophétique concernant le coronavirus   les nations seraient en désarroi pendant une période, et que les chrétiens ne doivent pas craindre ce qu’ils (les non-croyants) craignent. Que l’origine du virus est un  combat spirituel et le Pasteur avait établit un lien direct entre le coronavirus et les forces démoniaques.
-Selon un autre Pasteur le coronavirus fait partie des plans de l’ennemi, c’est-à-dire de Satan, nuisant ainsi à la progression du message de l’Évangile et la conversion des gens au Christ.
-D’autres pasteurs avaient également recommandés aux chrétiens de ne pas craindre la mort, mais croire ce que Paul a écrit dans son épître aux Romains : « Si nous vivons, nous vivons pour le Seigneur, et si nous mourons, nous mourons pour le Seigneur ; alors, que nous vivions ou que nous mourions, nous sommes du Seigneur », et puis, en disant en final :
« Qu’avons-nous donc à perdre ?
-Pour d’autres Prêtres, le meilleur moyen de protéger ses paroissiens, c’est d’avoir à utiliser Eau bénite dans des pistolets à eau, après avoir reconnu que la médecine moderne pourrait aider à lutter contre les pandémies, mais ont également fait référence à ce qu'il ont appelé la
«Protection biblique basée sur le Psaume 91»:

En Israël, les Rabbins des esprits superficiels, estiment que la Torah protège et sauve: celui qui étudie suffisamment devrait donc être épargné, cependant un rabbin orthodoxe a indiqué que l’épidémie du Coronavirus est causée par la prolifération de l’homosexualité.  «Quand quelqu’un va contre la nature, Celui qui a créé la nature se venge contre lui. »
D’après lui, les pays arabes seraient épargnés par le virus car n’ont donc « pas ce penchant diabolique». Par contre à propos de l’Iran, extrêmement affecté par l’épidémie, conséquence selon lui de sa «haine d’Israël ». Rien que ça. !!!!!!!

Pourtant nous avons vu que le rassemblement évangélique de Mulhouse a conduit à la contamination par le virus de plusieurs départements français comme d'ailleurs en Corée du Sud ou un mouvement analogue à contribué a la propagation massive du virus.

Tous ces religieux lisent la Bible, ils l'étudient de près mais l'interprètent de mille manières d'où un nombre phénoménal de configurations de cultes, et des dérives sectaires courantes. Toutes ces promesses et assurances d'une béatitude humaine derrière des voix d'anges et des concerts de trompettes, sont dites ouvertement au grand public.
Donc on se situe bien dans un registre de type manichéen avec un message plein d’empathie, qui trouvera sans doute de l’écho, dans les Assemblées de Dieu.

Ces religieux proclament que leur Eglise est la seule détentrice de la vérité qui par de nombreux aspects évoquent une fédération de sectes, entendent convertir le monde. Le Pentecôtisme embrasse différentes branches. Il recouvre, en effet, différents courants qui parfois diffèrent sensiblement qui tôt ou tard vont se retourner contre eux, le sujet n’est pas là.

En attendant on s’amuse bien avec tout ce fatras d’informations ridicules dans l’idéologie et l’imaginaire de ces courants evangelites, le soutien à Israël occupe une place centrale, pour des raisons absolument théologiques et eschatologiques.

Croyant à la fin des temps, ils espèrent le retour de Jésus sur Terre, soumis à la condition, du retour de tous les juifs sur la terre d’Israël. Il se retrouve dans l’idée que la création de l’État d’Israël, en 1948, correspond à un accomplissement de ces prophéties. Dieu d’Israël lui-même, manifesterait, au travers de la création de l’État juif, sa volonté souveraine.

Cette conviction, particulièrement forte parmi les pentecôtistes, a été renforcée par le développement du mouvement des Juifs messianiques. Les juifs messianiques désignent des juifs convertis au christianisme. Les pentecôtistes voient dans ce récent phénomène de conversion la confirmation historique d’une lecture des prophéties suivant laquelle Dieu, dans les derniers temps, convertira tous les Juifs au christianisme.

On est amené a se poser des questions sur les pratiques de cette mouvance  religieuse des anciens pécheurs recyclés dans la morale qui croient à l’Armageddon, la bataille finale et prochaine entre les forces du Bien et du Mal et partagent leur vision au retour imminent de Jésus-Christ pour gouverner la Terre comme Roi des rois et Seigneur des seigneurs. Jusqu’à l’extrême?

Vous serez peut-être surpris d'apprendre qu'Armageddon n'est mentionné qu'une seule fois dans la Bible : «. Car ce sont des esprits de démons, qui font des prodiges, et qui vont vers les rois de toute la terre, afin de les rassembler pour le combat du grand jour du Dieu tout-puissant. Voici, je viens comme un voleur. Heureux celui qui veille, et qui garde ses vêtements, afin qu'il ne marche pas nu et qu'on ne voie pas sa honte ! Ils les rassemblèrent dans le lieu appelé en hébreu Harmaguédon » (Apocalypse 16 : 13-16).

Des gourous pentecôtistes pensent que le problème de la pandémie, est que nous sommes trop nombreux sur cette terre, que les calamités actuelles conduisent à une grande tribulation, si grande que « personne ne serait sauvé » vivant si le Christ n'intervenait pas. Ces crises,  selon ces prêcheurs de malheur et bien d'autres encore, sont autant de prophéties qui vont tourmenter le monde dans les prochaines années, mais grâce au Dieu de la Bible, il promet une protection.
Dans Exode 15, il a promis de ne frapper « d’aucune de ces maladies », si nous lui obéissons (verset 26).
Il promet également de nous guérir lorsque nous serons malades (Jacques 5 : 16).

A la faveur des messes orchestrés et des séances télévisés de lectures bibliques qu'ils organisent ces nouveaux nés adorateurs de l'Esprit saint dotés de la foi de fous de Dieu se fabriquent un petit monde à eux, dans lequel ils puisent le retour de Jésus christ, la rhétorique de l'apocalypse et de la proximité de la fin.
Satan est l'auteur de l'anxiété et ces Sectes ont un idéal de force et de souveraineté, et leurs guides  rêvent de puissance et de grandeur!

Pour ces nouveaux prophètes du charlatanisme spirituel de mensonges, de surexcitations, d’orgueil démesuré, de théories exagérées, de sensations fortes, d’inspirations occultes, d’un esprit de fausseté, bref, un désir malsain d'expériences toujours nouvelles, concrètes et d'émotions fortes, se prétendent de la volonté divine ayant pour mission de nous régenter la vie. On a beau être des milliards à croire en Dieu, le créateur du Monde, cela ne change rien !!!!!

 
http://kadertahri.canalblog.com/
 



11
Un bon nombre du clergé chrétien se lancent dans l'étude de l’Islam, ils se permettent dans une démarche prosélyte indélicate et osée de s’adresser aux musulmans pour les inviter à sortir de leurs convictions religieuses tout en estimant que  les sources du Qur’an sont bibliques et surtout que l'islam n'est  pas une révélation nouvelle, tant les choses sont dites avec dédain et insolence. Leur discours de sentiers battu est d’autant plus étrange que l’hostilité affichée à l’égard de l’islam et des musulmans ne trouve aucune justification.

Ces même religieux chrétiens piétinant dans la plus grande intelligence, expose que l’Islam est un mensonge, une véritable  attaque frontale, violente et tout à fait gratuite, car rien ne la justifie, La luxure les pousse à croire qu’ils détiennent l’ultime vérité sur le reste de l’humanité... 

Donc! Le problème de l’Islam, c’est les Chrétiens, et les attaques des gens de l’Eglise qui visent à discréditer par tous les moyens possibles, toute autre conception du salut en dehors du Christ, car ils avaient bien compris que le Saint Coran, comme dernière révélation abroge la Bible et toute sa composante, quant on sait avec convenance que bible n’est pas une “bibliothèque rose” mais une œuvre de littéraire de commentaires humains et d’opinions personnelles, rédigée a posteriori par des religieux peu scrupuleux de la secte monothéiste de Jérusalem, exilés à Babylone, humiliés ces auteurs mentors étourdis se sont inventés et arrangés des actes de bravoure guerrière, de légendes, de contes, d’histoires et récits de mythes et d’auto glorification du peuple Juif, qui s'est créé une histoire sur mesure pour exister au milieu des autres civilisations l'entourant qui le dépassaient et ignoraient carrément son existence tellement qu’il était insignifiant et surtout pour ces religieux de calmer leurs angoisses existentielles de vaincus et de frustrés de l’histoire.

Donc le Qur’an n’est nullement de source biblique mais bel et bien une révélation divine et le débat sur l’authenticité du Qur’an ne sera jamais clos. C’est impossible tout simplement parce que le Qur’an sera toujours considéré faux par ceux qui ne veulent y croire en l’existence d’un Dieu pourvoyeur en esprit de vérité.

A part des suppositions sans fondements (en plus de leurs thèses contradictoires), ils ne donnent aucun résultat probant et cohérent. Leurs déformations massacrent le Texte, et montrent qu’en tentant de remplacer le sens classique par la signification de la langue araméenne ou syriaque, cela ne donne aucun sens ni aucune cohérence d’ensemble, contrairement à la langue arabe qui coordonne et opèrent une forte cohésion à tout cela, mais ils n’hésitent pas à accuser toujours  que la langue du Qur’an n’est pas claire?

Justement je citerai le sens même du mot Arabe, ‘Arabi, est celui-ci : Clair, sans ambiguïté, sans équivoque, précis, au sens cristallin du terme, dans sa forme, c’est à dire dans les lettres qui le composent, dans la sonorité qu’il produit, comme dans son sens, tout se tient, il est parfait.

C’est la règle de base, la racine du mot, construite autour de 3 consonnes, en est l’ossature, sur laquelle d’autres consonnes, et d’autres voyelles, vont se rajouter, pour ainsi donner un sens nouveau au mot. En cela on dira que c’est une langue complète.

Le Qur’an est très clair sur ce point: 

Nous l’avons fait descendre, un Coran en arabe, afin que vous raisonniez. 3. Nous te racontons le meilleur récit, grâce à la révélation que Nous te faisons dans ce Coran même si tu étais auparavant du nombre des inattentifs.} (Quran, Sourate 12 : V2-3)

Que retient-on du Qur’an?

IL N’Y A DE DIEU QUE ALLAH,, c’est tout, le Qur’an ne sert qu’a un seule chose, trouver son chemin de retour, une lumière, un guide, mais le Qur’an ne guide pas ceux qui le rejettent, il ne Guide que ceux qui croient en l’au-delà ?

Pour éclaircir cela davantage, il faut jeter un regard neutre sur le Qur’an. Le Qur’an est un rubis brillant et sa vérité indique son origine divine et se manifeste non seulement en un seul aspect, mais dans des milliers d'entre eux. Aucun livre précédent n'a exposé cette preuve à l'appui de sa vérité.

Cependant il est important de signaler qu’en fait le Qur’an ne mentionne aucune des histoires hallucinantes sous la période de Jésus, le Qur’an n’inclus que quelques courts passages sur un «homme, prophète pour les Juifs» qui aurait été rassembleur et prêchait la bonne parole, et un message religieux dans le cadre de sa propre tradition religieuse sans avoir l'intention de commencer une nouvelle religion avec un nouveau nom.

Cette grande spécificité n'est possédée par aucun autre livre. Parmi les raisons et les preuves qu'il a énoncées à l'appui de son origine divine et de sa supériorité remarquable, aucun être humain ne peut et ne pourra jamais produire une seule ligne qui puisse lui être comparée.

Au niveau de l’enseignement il est purement et simplement l’origine divine, le Qur’an ne prône pas la mort des infidèles, le voile pour les femmes, le djihad, la vengeance, l’insulte. Le Qur’an est une marche des mœurs d’un peuple qui oublie la morale: les sacrifices humains sont interdits, il ne doit pas y avoir de vengeance disproportionnée, les femmes ont leur place dans la société  Le Qur’an instaure des règles morales pour le bien être de l’humain.

Parmi les principes généraux du Qur’an, on trouve :

La protection de la vie humaine – l'Islam vint avec plusieurs lois, décrets et interdits, tels que :

L'interdiction de prendre une vie sans droit légal, et le fait de considérer l'assassinat d'une seule âme comme équivalent à l’assassinat de l'humanité toute entière. Allah dit : ( […] celui qui tue une personne non coupable d’un meurtre ou d’une corruption sur terre, c’est comme s’il avait tué tous les hommes. )

Où est la haine de l’autre ?

Y a t’il un appel de haine envers l’autre ?

http://kadertahri.canalblog.com/

12
En ce qui concerne la polémique sur le Hijaab, tout le monde semble en être obsédé, une obsession occidentale qui relève de l’irrationnel. Car, en réalité, le problème du Hijaab est beaucoup plus profond, c’est l’islam à travers qui gène surtout par sa montée en puissance, considérée comme une menace,  comme une religion compétitive, du négation de sa visibilité et le refus d’admettre la stricte réalité, à savoir que l’islam est une des religions européennes et non la religion migrants qui vivraient temporairement en Occident. On peut voir qu’avec le monopole de la tolérance occidentale la même rengaine, déguisée, enrobée, revient périodiquement pour le disqualifier. Quitte à faire des musulmans des boucs émissaires  tout à voir avec l’islamophobie

C'est cyclique !!!!!!!

Historiquement le port du voile existait déjà avant l’Islam et c'était une coutume qui remontait au temps des Babyloniens et des Perses, le voile a été porté également par les femmes en Grèce antique Platon décrit ce rapport de protection de la femme dans tout le bassin méditerranéen..

La tradition musulmane rapporte que les premières Musulmanes n’étaient pas voilées. Ce ne serait donc pas un signe religieux, mais plutôt une coutume.

Un Hijaab n’a rien d’obscurantisme en soi, seul la tête et les cheveux sont voilés, et non le visage. si ce n’est la façon pour laquelle on lance un regard d’extérieur, peu avisé, voire souvent haineux.

Bien que l’islam ne soit certainement pas la seule religion à avoir adopté la pratique du Voile, il continue d’être le centre des attaques et fait l’objet de nombreux débats en tant que question du droit des femmes, en particulier dans l’occident pour estimer faussement que porter le Hijaab est une oppression pour les femmes. L'Islam n'a pas de norme fixe concernant le style vestimentaire ou le type de vêtement que les musulmans doivent porter.

Ces femmes dont on prétend défendre la liberté sont de fait exclues alors qu’une grande place est accordée à l’islam ou aux musulmans dans la sphère médiatique, très peu de visibilité est donnée à la parole des principaux concernés.

Que des femmes et des filles, en pleine liberté et possession de leurs moyens, choisissent le voile qui reste plus qu’un produit de modestie, mais un symbole de libération dans le choix, il n'est en aucun cas le symbole d'une revendication politique ou idéologique, ni une marque de soumission et d'infériorité quelconque par rapport aux hommes et d’encore moins un simple vêtement traditionnel. (Comme c'était le cas dans le Judaïsme et ses dérivés).

En Islam, la prééminence ne peut être atteinte que par la piété et non par la beauté, la richesse ou le sexe. En réalité, ce que demande  le Qur’an, c'est la décence, le respect de l'autre. Peu importe la manière dont les femmes s'habillent du moment qu'elles sont habillées correctement, décemment et socialement respectable.

C’est la raison pour laquelle les femmes qui portent le voile sont attaquées. Elles dérangent en montrant de façon apparente  et fièrement leur appartenance à une communauté dont les enseignements supérieurs portent essentiellement sur la justice pour tous et l'égalité, ainsi les femmes ne sont pas moins considérées que les hommes dans les aspects religieux et ne sont dénigrées nulle part dans le Qur’an.

Demandons au Vatican !

Pourquoi à l'église, les femmes devaient venir la tête couverte, et cela amènera à de multiples interprétations, certaines assez simplistes et ridicules ?

Si on s’interroge sur le voile, la cornette ou la guimpe entourant le visage des religieuses chrétiennes, il est dit que cet uniforme monastique symbolise la soumission au Christ, dont elles sont «épouses», sans aucune connotation sexuelle et le rôle des religieuses glisse plus vers une servitude proche de l'esclavage.

Voila pourquoi ces religieuses consacrées ont gardé ce signe religieux pour servir Dieu et pour vivre un renoncement en autarcie comme les vestales romaines (prêtresses de Vesta), cependant un désordre aurai atteint les sphères de l’Église qui enregistrent des sinistres cas de religieuses violées, chassées de leur communauté, forcées à avorter ou à élever seules des enfants jamais être reconnus par l’église comme des enfants du Christ.

Alors cher Musulmans libre à vous de penser que chez l’église, ces femmes sont des victimes !

Il y a antinomie et c'est évident.

Pour ceux qui prétendent encore que l'islam opprime les femmes, C'est ce discours qui est le fond de commerce des racistes, en France, la polémique a pris la forme d’une véritable croisade contre de signe religieux et de signe ostentatoire voulant dire exclusivement le Hijaab.

Comme il ne faut pas faire tout ce qui est dit par des donneurs de leçon de l’Occident, il y a clairement des limites, on peut en toute simplicité se poser la question suivante :

Qu'est-ce qui est plus libérateur pour la femme: être jugé sur la longueur de sa jupe et la taille de ses seins, ou sur son caractère et son intelligence?

Il ne faut pas de croire que les femmes musulmanes ne sont pas capables de penser par eux-mêmes et d'avoir envie d'être pudique, elles estiment à juste titre que ce voile leur donne la liberté. Contrairement à la définition de la liberté établie par l'Occident, une femme musulmane qui respecte ce mode vestimentaire se considère libre de tout jugement sur ses caractéristiques physiques, mais plutôt sur celle de son caractère. Ce qui est important, c'est son intellect et sa personnalité, et non la distinction pour leur beauté.

Alors que les femmes occidentales insistent toujours sur leur beauté pour satisfaire le mode d’attirance fixé par les hommes, les femmes musulmanes se dégagent de ce statut, mais se considèrent plutôt comme des êtres humains ayant un droit exclusif sur elles-mêmes. Encore une fois, le port du Hijab est l’objet principal de la modestie.

Pour les hommes comme pour les femmes, les exigences vestimentaires ne sont pas censées être une restriction, mais plutôt un moyen pour la société de fonctionner de manière islamique appropriée.

Quant à la femme qui porte le "Hijaab" quiconque la voit saura qu'elle est musulmane et qu'elle a un bon caractère moral. Beaucoup de femmes musulmanes qui couvrent sont remplies de dignité et d’estime de soi; elles sont heureuses d'être identifiés comme femme musulmane. En tant que chaste, femme modeste et pure, elles ne veulent pas que leur sexualité entre en dépendance avec les hommes au plus petit degré. Une femme qui se couvre cache sa sexualité mais laisse transparaître sa féminité.

Dans mon plat pays, le Hijaab n'est pas obligatoire, nos grandes mères et mères portaient fièrement le Voile blanc dit Haik lui valant le qualificatif de "Colombe Blanche". Ce Haik s’enroule maintenue à la taille par une ceinture, couvre tout le corps et la chevelure tandis que le visage reste découvert. Le "haïk" était bien plus qu’un symbole culturel, s’était également un symbole de résistance face à l’oppression coloniale.

Dans certains cas c’est grâce à ce Haik  fournis par des musulmanes que des femmes juives vétues de ce viole ont pu être sauvés des mains des Nazis et mêmes des autorités françaises.

Les femmes à qui j'ai parlé, qui portent le voile, avouent se sentir protégées devant la dégradation générale qui les entoure et le plus souvent elles n’hésitent pas à qualifier ce choix comme suit :

Nous voulons empêcher les hommes de nous traiter comme des objets sexuels, comme ils l'ont toujours fait. Nous voulons qu'ils ignorent notre apparence et soient attentifs à notre personnalité et à notre esprit. Nous voulons qu'ils apprennent à nous traiter sérieusement et à nous traiter comme des égaux et pas seulement à nous chasser pour nos corps et notre physique. "

Une autre avait avancé fièrement :

Le port du hijab m'a libéré de l'attention constante portée à mon physique. Parce que mon apparence n’est pas soumise à l’étude du public, ma beauté, ou peut-être son absence, a été soustraite au domaine de la discussion légitime.

En final Les femmes n'atteindront pas l'égalité avec le droit de pointer la poitrine en public, comme certaines personnes voudraient  faire croire. la femme occident ele n'était pas le modèle à suivre, elle  se croit libre parce qu’elle en a les signes extérieurs, surtout dans la publicité, où la femme est juste un objet de la consommation celle-ci qui est considérée comme une esclave sexuelle et fait l’objet de désirs. Toutefois même les religieux dénoncent cette liberté, comme  Pat Robertson qui déclara :

«Le féminisme est un mouvement politique socialiste anti-famille qui encourage les femmes à quitter leur mari, à tuer leurs enfants, à pratiquer la sorcellerie, à détruire le capitalisme et à devenir des lesbiennes».

La véritable égalité ne sera obtenue que lorsque les femmes n'auront pas besoin de se montrer pour attirer l'attention et n'auront pas besoin de défendre leur décision de garder leur corps pour elles-mêmes.

La nouvelle polémique tonitruante exerçait par les médias tout tendances confondus n’est qu’un narcissisme forcené, les citoyens nourris au sentiment antimusulman sont plus prompts à critiquer l’Islam et les musulmans, ils applaudissent les préjugés les plus islamophobes, ceci découle d’un égotisme stérile et, pour tout dire, monstrueux.

Non ! Le problème de l’Islam, c’est le racisme des milieux identitaires qui se sont crée un ennemi sur mesure !!!!!!

http://kadertahri.canalblog.com/ 

13
 Le seul livre dans le monde entier qui peut être appris par cœurs et bel et bien le Saint Coran. Des dizaines de milliers de personnes âgées, jeunes et enfants apprennent tout le QUR’AN, voire ils l’apprennent pendant toute leur vie, sans autant rien oublier de ce qui y est mentionné.

Le terme de «religion» pour les autres croyances est inexact car le Judaïsme est tribal et le christianisme est idolâtre, c’est tout simplement une idéologie politique, aussi il est à constater qu’aucun d’adeptes de ces croyances n’est capable d’apprendre tout son Livre quant aux religieux  Rabbins et prêtres estiment qu’il n’est pas obligatoire de le faire, et répondent que :

A quoi bon puisque Dieu, Jésus et le Saint-Esprit sont à l’origine de tout, à commencer par notre propre existence§

Quant aux Musulmans, ils considèrent que le meilleur et plus cher acte pour Allah est d’apprendre le QUR’AN par cœur.

Selon certaines commentateurs musulmans estiment que le mot "QUR’AN" est divisé en deux syllabe,

Le premier renvoi au sens se fixer, s’encrer, se stabiliser...

Le second renvoi au mot maintenant,

Donc lors de la prononciation du mot QUR’AN en arabe il s’agit donc se fixe/s’encre/se stabilise.. Maintenant ?

Ainsi dans la lecture du QUR’AN se fixe dans la mémoire et le cœur à l’instant de la lecture ou la récitation..

Aujourd’hui, il existe dans le monde des milliers de manuscrits coraniques dans plusieurs endroits sur terre. L’extraordinaire est qu’ils sont tous identiques, sauf certaines petites différences au niveau de l’écriture de quelques mots, mode d’écriture, format de la page.

Cependant, les mots sont les mêmes dans toutes les copies, ainsi que le sens linguistique. Ceci prouve que le QUR’AN est gardé par le soin d’Allah.

Si l’on contemple les maints manuscrits du QUR’AN (les milliers de copies à travers le monde), on trouvera qu’elles sont extraordinairement identiques, à l’exception de quelques lettres qui ne changent pas le sens du verset.

Au contraire, elles ne font que renforcer et enrichir par d’autres sens. Ceci est appelé ‘’les versions du QUR’AN’’ ou ‘’les lectures du QUR’AN’’.

Les réalités scientifiques prouvent que les savants et douteux orientalistes n’ont pu trouver une copie du QUR’AN différente de celle que nous disposons aujourd’hui.

D’ailleurs, c’est ce que le verset suivant confirme :

"En vérité c'est Nous qui avons fait descendre le Coran, et c'est Nous qui en sommes gardien. " ( Al-Hijr : 9).

Le mot ‘’ gardien’’ veut dire garder le QUR’AN dans les cœurs et les lignes.

Etant donné qu’Allah avait promis de garder le QUR’AN, toutes les copies doivent donc être identiques. En effet, car c’est ce que nous témoignons. En dépit de grands efforts fournis par les douteux et athées, ils n’ont pas pu trouver une seule preuve sur laquelle se baser pour prouver la distorsion du QUR’AN.

Car c’est un Livre gardé depuis sa révélation et jusqu’à ce qu’Allah héritera la terre et tous ceux qui sont sur la terre. Mais que dire sur les autres livres notamment la Bible ? Qu’en disent les spécialistes, et quelles sont les dernières recherches scientifiques sur ce sujet ?

Il n’existe aucun livre dont ses croyants en sont totalement convaincus que c’est un livre d’Allah, sauf le QUR’AN

Cependant, si on demande à n’importe quel Musulman sur terre, on trouve qu’il croit totalement que le QUR’AN est le livre d’Allah, et que chaque mot du QUR’AN est d’Allah.

En effet, c’est une preuve concrète qu’il est impossible de mettre en place un livre qui ressemble au QUR’AN:

 " Si vous avez un doute sur ce que Nous avons révélé à Notre Serviteur, tâchez donc de produire une sourate semblable et appelez vos témoins, (les idoles) que vous adorez en dehors d'Allah, si vous êtes véridiques. Si vous n'y parvenez pas et, à coup sûr, vous n'y parviendrez jamais, parez-vous donc contre le feu qu'alimenteront les hommes et les pierres, lequel est réservé aux infidèles." (Al-Baqara:23-24).

http://kadertahri.canalblog.com/

Pages: [1]

What's new | A-Z | Discuss & Blog | Youtube