Author Topic: Les Mercenaires de la propagande et la désinformation:  (Read 772 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.

Offline Wahrani

  • Sr. Member
  • ****
    • View Profile
Les Mercenaires de la propagande et la désinformation:
« on: June 12, 2023, 12:23:16 PM »
Israël, État voyou ?

Peut-être, mais sans réelle conséquence pour l’Algérie. Alors que la menace d’un véritable royaume-voyou aux frontières de l’Algérie est bien réelle, pour servir manifestement de proxy à Israël pour certaines opérations d’espionnages et autres afin de confirmer son rôle de chien de garde de la Juiverie.
C’est bon pour le Grand Israël ?
Chacun de ces deux états poursuit ses propres objectifs spécifiques, qui passent tous deux par des actions politiques qui piétinent les valeurs tant du  Judaïsme et que l’Islam, sans parler de ’’droits humains’’. Par médias, nous avons étés largement informés des activités de désinformation d’Israël et du Maroc, avec tout ce qui ressemble à un ''deux poids, deux mesures''
L’entité d’Israël, un État à l’idéologie du Sionisme religieux Juif toujours en recherche d’une légitimité internationale non reconnue par la majorité des pays voisins, la seule judéité n’y suffit pas pour expliquer cette colonisation sauvage de la Palestine avec une endogamie très forte dans la communauté juive, la raison en est qu’ils ont peur de disparaître...
 
L’atout maître d’Israël dans le monde, ce sont les fondamentalistes Chrétiens Américains (évangélistes). Leur support passe du religieux au politique par l’AIPAC, qui finance les campagnes de centaines de parlementaires choisis afin que le Congrès approuve tout ce que les gouvernements israéliens successifs demandent.
 
L’occident a érigé de force Israël comme État voyou par l’entremise de puissants lobbies partout dans le monde, qu’il est interdit d’évoquer sous peine d’insultes, d’antisémitisme et de rétorsions diverses et variées, par la grâce d’une Instrumentalisation ahurissante de la shoah. Un pays voyou qui est raciste, fasciste, belliqueux, xénophobe, et où les policiers tirent à balles réelles sur les manifestants, surtout s'ils ne sont pas juifs, et qui ressemble de plus en plus à un régime d’apartheid. Quand l’obsession sécuritaire masque la peur pour qui la défaite militaire signifie la mort du pays. Il est plus que certain qu’Israël disparaîtra quel que soit le temps qui lui est imparti, la finalité sera la même, un greffon ne peut être toléré longtemps par un corps qui le rejette.
 

Ainsi quand Israël crie au loup, tous les médias du monde  occidental font écho, et cela gonfle les financements pour Israël,
mais comme toujours, Israël joue sur la ruse de la victimisation, notamment quand c’est Israël qui agresse. Toutefois, le constat général relève qu’Israël est en train de dévoiler ses traits d’extrémisme religieux fondamentaliste, aux colorations racistes, d’apartheid, ce qui fait qu’Israël accroche sans conteste la première place aux championnats du monde du mensonge. Rien de surprenant vu que cet état fait propension à jouer au poker menteur lorsqu’il s’agit de semer la zizanie diplomatique entre les nations, à qui le monde Occidental permet toutes les turpitudes sous prétexte de souffrances passées.

Nous sommes dans une guerre sans fin menée contre les populations par les fanatiques de la mafia libérale et d’individualisme, de la désinformation et la manipulation, ainsi les affaires d’espionnages électroniques se multiplient et beaucoup de ces logiciels espions sont originaires d’Israël véritable usine à mensonges, A l’image de Terrogence, créé en 2004, pionnier israélien de l’infiltration de forums Internet grâce à de faux profils, puis de Black Cube, fondé en 2010, et de Psy-Group, lancé en 2014 par la même équipe qui fondera par la suite Percepto et qui franchit, en son temps, un seuil en diffusant ses informations à l’aide de faux comptes et sites, un nouveau logiciel espion a été créé par l’entreprise QuaDream, fondée par un ancien responsable militaire israélien et ancien membre de la société israélienne NSO Group, créateur de Pegasus, affirme un laboratoire de recherche canadien Citizen Lab. Une précision, Quadream est plus concentrée sur l’Afrique et le monde arabe à cause de son incapacité de rivaliser avec NSO Pegasus en Europe.
Toutes ces sociétés israéliennes figurent à l'avant-garde de la désinformation internationale.
Désinformation et manipulation : les deux mamelles de la mafia libérale, et derrière les inexactes nouvelles, ou fake news, se cachent souvent des stratégies visant à manipuler l’opinion publique et à affaiblir les États et leurs institutions. Ainsi, la palme de carburant de mensonge, revient sans aucun à Team Jorge, une officine de diffusion de désinformation, travaillant avec des moyens considérables, planquée entre Jérusalem et Tel Aviv au cœur de la Sillicon Valley de l’État hébreu.
L’affaire, toute récente, fait dans le milieu médiatique grand bruit, le scandale de cette officine israélienne n’est finalement rien d’autre qu’une nouvelle opération des services de renseignement de pointe, lesquels forment leurs agents à : espionner, infiltrer, manipuler, faire accroire, tromper l’ennemi. 

Voilà ce qu’on peut trouver sur la page Wikipédia comme définition de leurs activités :

’Dénigrement de personnalités,

Le sabotage d’élections,

La construction de récits inventés, à l’exemple d’une  campagne en 2022 affirmant que le Front Polisario a des liens avec le Hezbollah et l'Iran.

La propagande, la manipulation de l’opinion publique (et en particulier des choix électoraux).

Team Jorge étant un groupe sans existence légale officielle, toutefois on peut tout à fait imaginer que des groupes similaires existent en Europe, aux États-Unis.

C’est avec le projet «Story Killers» qu’un consortium de journalistes internationaux, Forbidden Stories (histoires interdites), a révélé l’existence d’une société secrète israélienne, Team Jorge, spécialisée dans l’ingérence et la diffusion de fausses informations, dirigée par un ancien agent des forces spéciales israéliennes. Ses employés sont présentés comme d’anciens officiers de l’armée ou des services de renseignement, des experts en guerre psychologique ou en médias sociaux.

Forbidden Stories travaille en partenariat avec des médias internationaux et locaux pour assurer la diffusion des enquêtes et des reportages, afin d'exposer les abus de pouvoir, les violations des droits de l'homme et les scandales qui seraient autrement étouffés. L'organisation cherche à défendre la liberté de la presse et à garantir que les voix des journalistes réprimés continuent d'être entendues.

L'approche de Forbidden Stories repose sur la conviction que le journalisme d'investigation est essentiel pour une société démocratique, et que la poursuite du travail des journalistes empêchés contribue à la vérité, à la responsabilité et à la justice.

La désinformation fait référence à la propagation délibérée de fausses informations ou de contenus sournois dans le but de manipuler l'opinion publique, de semer la confusion ou de promouvoir des intérêts particuliers. Elle peut prendre différentes formes, telles que la propagation de rumeurs, la manipulation de faits, la création d'irréels comptes ou de faux sites web, et l'utilisation de techniques sophistiquées pour donner une apparence de légitimité à des informations fausses ou trompeuses.

Les plateformes en ligne sont devenues des espaces propices à la diffusion de fausses informations, en raison de la vitesse de propagation, de l'anonymat relatif et de l'absence de régulation adéquate.

La lutte contre la désinformation est devenue un enjeu majeur pour les gouvernements, les médias, les organisations de la société civile et les plateformes en ligne. Il est essentiel de développer un esprit critique et d'être vigilant face à l'information, en vérifiant les sources, en croisant les informations et en remettant en question les contenus douteux. La lutte contre la désinformation nécessite une participation active de chacun pour promouvoir une information de qualité et protéger la population et le débat public.
 
Il est important de noter que la lutte contre la désinformation est un processus continu et complexe. Elle nécessite la collaboration et l'implication de multiples acteurs, des efforts à long terme et une vigilance constante pour protéger la justice, la liberté de l'information et la confiance dans les médias.
 
Il est plus que temps pour une vigilance plus intrépide, sinon nos Algériens vont réellement penser que c’est une fuite et que le moralisme sans l’examen avec rigueur, par un jeu qui consiste à tenter de nous monter les uns contre les autres en diabolisant l’un ou l’autre, est le piège de ceux qui veulent continuer la guerre sans nous dire pour aller où et pourquoi la faire, ainsi être embarqués très loin et pour très longtemps dans une mauvaise direction.
 
C’est pourquoi il est de plus en plus important de démêler le vrai du faux et les discussions sur l’affaire qui monte dans ces années, le «dossier du Sahara Occidental».  C'est une véritable campagne de dénigrement tous-azimuts qui commence contre Sahara Occidental, ignoré ou presque oublié depuis 50 ans, qui revient sur le devant de la scène médiatique pro-occidentale. Minorités opprimées, condition des femmes, oppression et tout y passe. Cette population des territoires sahraouis occupés demeure toujours meurtrie par des décennies de colonisation imposée, via un monarque marocain, grand ami de l'occident et défenseur des valeurs royalistes, armé et soutenu par le monde Occidental, y compris sous forme de fourniture d'armes, qu'il utilisera abondamment.

La désinformation dans son grand art, consiste à faire sortir une information par un organe de presse non soupçonnable et surtout  d’être partisan. La CIA faisait cela très bien avec des journaux Mexicains ou Australiens. Cela circulait un peu et était repris de façon neutre par les grands organes d’informations et une fois bien mures, les vagues rumeurs étaient considérées comme vérités spirituelles.
Tous les services de renseignements de tous les pays ont des spécialistes de la désinformation qui soit écrivent directement dans des journaux soit ont des correspondants soit sont sur le les réseaux sociaux.
Pour limiter la portée de mes propos je dirais que l’on trouve surtout en ce moment de la propagande qui est aussi une arme de services spéciaux plutôt que de la désinformation au, sens strict du terme.
Pour notre cas, un autre sujet mériterait toute notre attention : Les agents d’influence en service, leurs propagandes sont faites pour amalgamer les uns dans les autres, sont criants en actionnant les résidus du FIS, les vénales de Rachad et les chauvins du MAK et les pseudos anti-systemes ne font que jouer une partition écrite pour eux.

Conclusion: Quand un média vous met sous les yeux une information qui vous révolte, pensez avant tout que c'est le but recherché, c'est une technique de manipulation comme une autre.

- Vérifiez la source, chaque fois que possible ?

- Repérez la récurrence d'expressions particulière, qui sont en fait des «slogans» de propagande ?

- Ne vous sentez pas obligé de prendre parti pour les camps que la presse fabrique ?

- Pensez que l'effet de suggestion est une arme dont l'usage est généralisé, mais de faire en sorte que l'information délivrée soit mal interprétée

Je pense que si la désinformation ne doit pas être confondue avec de la mauvaise information ou de la désorientation elle existe et continuera à exister tant que l’information permettra de modeler les esprits comme l’histoire le fait.
Kader Tahri
www.kader-tahri.com

 

What's new | A-Z | Discuss & Blog | Youtube