Author Topic: Quelle était la Religion de Jésus Christ ?  (Read 70 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.

Wahrani

  • Guest
Quelle était la Religion de Jésus Christ ?
« on: June 01, 2020, 12:06:28 AM »
Ah ! L’amour du prochain, des belles paroles chrétiennes à sens unique, surtout que de nos jours un grand nombre de chrétiens se disent parler au nom de Jésus, alors qu’ils parlent en leur nom avec les préjugés de leur cœur, sans compter l’oeuvre du   complexe de supériorité théologique de certains chrétiens auxquels il a été enseigné, depuis des siècles, que le christianisme est un dépassement des autres croyances.

C’est faire passer son identité au vitriol.

Il est bien connu que la chrétienté n’a de chrétien que le nom, ce terme est une grange idéologique qui de plus en plus est creux et ne reste qu’une interprétation tant déformée (pour ne pas dire souillée) du vrai message de Jésus Christ. Ce que le chrétien éveillé devrait savoir, c’est l’origine de ce mot qui a servi à toutes sortes de bricolages historiques.

En effet que trouve t-on chez les chrétiens, rejet de l’étranger,  une conception de société renfermée avec une grande peur sur fond. Quant au religieux chrétien, on peux aisément constater que c’est un homme qui n'a point de simplicité, qui est double, qui est opposé à lui-même dans ses actions et dans le sentiment de son cœur. sa vie n'est qu'une comédie digne de honte et de mépris. il peut mentir au nom de la religion, et dans le cadre de l’activité que ce soit dans sa messe, il devient plutôt ennemi de la vérité.

Historiquement le christianisme est né d'une dissidence au sein de la communauté juive qui reste une croyance qui annonce la résurrection d'un homme supposé Fils de Dieu et pour cela nos chrétiens veulent donner des leçons a l’humanité. Quand on voit dans une église des hommes et des femmes embrasser les images de saints et glorifier leurs reliques, on peut se demander aisément comment une telle croyance bévue peut exister non seulement exister mais se prétendre verser dans la bonne  nouvelle.

Bien entendu les musulmans ont refusé à se prêter à ce stupide carnaval et ils sont persécutés par cette même église qui était furieuse que l'on puisse ainsi s'opposer a ses bêtises et a sa main mise sur les esprits des crédules utiles.

Jésus Chris est né selon la croyance chrétienne d'une immaculée conception, qui veut dire né sans le pêché originel, le pêché originel étant une conception biblique purement juive étrangère reprise dans la mythologie grecque par la notion de malédiction avec Sisyphe.

Quant au mot Messie: autre concept biblique purement juif qu'un groupe de juifs dont Paul de Tarse ait pris le Rabbi  Yéshua pour le messie avère l'origine juive de la croyance.

Un paradoxe bien connu: Jésus est le personnage central d'une religion qu'il n'a pas fondée. Et pour cause, Jésus, originaire de la Galilée du début du Ier siècle qu'il a inspiré, était juif, ses apôtres observaient également les coutumes juives.

L'histoire de Jésus est un domaine épineux avec une tendance durant de longs siècles a vouloir arracher Jésus de ses racines juives, ou tout le moins à voiler sa judéité, c’est-à-dire son identité juive.

Ses concitoyens en refusant la conversion après la mort des derniers disciples, les juifs dissidents ont inventé une nouvelle religion : le christianisme  qui n'existait pas au premier siècle.

Avant l’an 70, date de la destruction du Temple de Jérusalem par les Romains, les disciples de Jésus ne forment qu’une fraction à l’intérieur du judaïsme, c’est après 70 que le mouvement chrétien, va progressivement prendre son autonomie totale à l’égard du judaïsme rabbinique. Certains spécialistes considèrent que la rupture a eu lieu entre 70 et 100, d’autres estiment beaucoup plus tard.

Dès le second siècle, un certain Marcion, chrétien de Sinope, oppose le Dieu jaloux et coléreux de l’Ancien Testament au Dieu d’amour du Nouveau Testament, la Loi à l’Evangile et supprime des évangiles toutes les racines juives de Jésus.

Même si Marcion n’est pas suivi et la décision de conservée l’Ancien testament est prise par la Grande Église au milieu du IIe siècle, le mal est fait. Et par la suite à force d’extirper du christianisme tout ce qui pouvait rappeler ses origines juives on a fini d’affirmer avec: Jésus n’était pas juif !!!!

Pour les racines hébraïques de la foi chrétienne, c’est à rechercher, pour s’affranchir de la falsification des pères de l’église. L’Ancien Testament a pris sa forme finale dans le Judaïsme les derniers siècles qui ont précédé l’ère chrétienne.

Ce judaïsme a aussi été le milieu d’origine du Nouveau Testament et de l’Église naissante. Les traditions juives anciennes permettent, en particulier, de mieux connaître la Septante, Bible juive, devenue ensuite la première partie de la Bible chrétienne pendant au moins les quatre premiers siècles de l’Église jusqu’à nos jours.

La littérature juive appelée apocryphe est une source secrète pour l’interprétation du Nouveau Testament, surtout, le cadre d’ensemble des communautés juives et chrétiennes est fondamentalement différent :

-Pour le juif selon des formes très variées, il s’agit d’une religion tribale qui définit un peuple et une pratique de vie à partir d’une tradition orale et écrite.

-Pour le chrétien, c’est la foi au Seigneur Jésus, mort, ressuscité et désormais vivant, Messie et Fils de Dieu, qui rassemble une communauté, une croyance idolâtre avec une idéologie politique.

Ces deux points de départ créent, pour l’interprétation des Écritures, deux contextes qui, malgré beaucoup de similitudes, sont radicalement différents. C’est dans ce sens que chez des religieux juifs, on faisait très bien la distinction, puisqu’à la fin du Ier siècle, Gamaliel instaure la Birkat Ha-Minim : une prière que tout Juif doit prononcer lors de l’office synagogale et qui est une malédiction à l’encontre des Judéo-chrétiens, le but était bien sur d’exclure ces personnes des synagogues.

D’une manière plus fondamentale, les chrétiens eux-mêmes ont marqué une séparation très nette en refusant la Loi, la circoncision et le sabbat. Or ce sont bien les trois marques distinctives du judaïsme fondé sur une idéologie égoïste et restreinte: seuls les Juifs sont les élus de Dieu.

Quant à la judaïté de Jésus, l’histoire nous rapporte que celui né d’une mère juive, circoncis le 8ème jour, observant le shabbat, pratiquant les commandements, Jésus  était juif à part entière. Ses apôtres étaient tous juifs, et ils ont voulus sauver les juifs égarés de leurs erreurs et donc ils ont clairement adhéré au judaïsme de leur époque?

On ne peut pas dire le contraire, par contre, il est très clair qu’il n’a pas adhéré au Christianisme, croyance qui n’existait pas à son époque. De plus, il n’est pas venu pour inventer une nouvelle religion, contrairement à ce que beaucoup croient.

Par ailleurs à l’époque de Jésus, il y avait une autorité centrale dans le judaïsme qui était le Grand Sanhédrin, reposant sur une caste sacerdotale de prêtres placés sous l’autorité d’un grand Prêtre.

Ce n’est qu’à partir de la chute du second Temple, avec la formation du Talmud et son influence radicale sur la vie juive,   une sorte de Code civil et religieux, que le judaïsme sera véritablement établi en tant que tel. C’est dire fortement que le christianisme s’enracine comme une secte dans le judaïsme, ou qu’on peut trouver dans le christianisme des éléments authentiquement judaïques ?

Le christianisme primitif a d'abord grandi comme une secte dans cette croyance mère dérivant ses formes initiales de culte du judaïsme et tout en se réunissant dans la synagogue ou la maison juive, mais il en a conservé de nombreuses traces et le revendique fort depuis Jésus.

Je tends à compléter que le christianisme est devenue une croyance longtemps après la mort de Jésus et les chrétiens sont par définition ceux qui pratiquent la religion chrétienne. Jésus n’a jamais voulu créer une subdivision entre la religion juive et ses propres initiatives. Il y a eu manipulation, création d’un mythe et d’une légende basée sur des prophéties juives, qui avaient été largement altérées pour les adapter à Jésus. Cette compilation n’a été faite que quelques siècles ans après la mort de Jésus et ne possède aucun document original de Jésus.

Jésus ne se considérait pas comme le fondateur d'une nouvelle religion. il n'était pas chrétien mais un juif. Il n'avait aucune intention de commencer même une secte, encore moins une nouvelle religion, au contraire, il était un rabbin qui voulait renouveler la foi juive et ne pas la changer.  Alors à la question Jésus était il juif ou chrétien je dirais que Jésus était avant tout un homme de Dieu et l’est toujours aujourd’hui.   

Rappelons que Jésus n’a jamais rien écrit de son vivant donc pas de trace directe d’une parole authentique de sa part et que le Nouveau Testament a été écrit très longtemps après sa mort et non pas en araméen, la langue qui prévalait en Galilée mais en grec, langue d’un peuple le plus idolâtre. (son écriture en hébreu n’aurait pas été autorisé puisque, n’étant pas d’origine divine).

Jésus lui-même n’est peut-être même pas à l’origine de tout ce que l’on écrit sur lui dans le Nouveau testament, il est peut être juste un prétexte pour tenter de détruire la croyance mère qu’était le judaïsme

Le christianisme a inventé un culte obscur, rempli de dogmes incompréhensibles, dont la bible n’a jamais parlé comme le baptême de Jésus loin d'être un fait certain, n’est en fait qu’un   fantasme pieux soutenu par une fraude tendancieuse, ou en tant que rituel Jesus est devenu l'agneau du sacrifice, expiant les péchés des chrétiens, le pain et le vin sont devenus le "corps et le sang" même du Christ, sans oublier encore ce triste vœux de chasteté que feraient les religieux et les religieuses et qui a provoqué de grossiers scandales au sein de l’église, on voit encore que la partie saillante de l’iceberg ou encore la focalisation sur le personnage de Jésus reste primaire et l'adoration est définie comme l'obéissance à Jesus Christ puisque Dieu est devenu Chair et que nous ne pouvons pas l’atteindre seulement par ses substituts (Pape, Evêques et Prêtres). Naturellement ce dogme défie toute explication rationnelle et en dit long sur la crédulité humaine.

Après trois siècles de démêlés dans la composition des écrits chrétiennes et en vue d’un rapprochement entre les pères de l’église on se renifle, on nuance les oppositions, on lisse les aspérités, on nie les évidences, on arrondit les angles, pour que  23 Livres soient acceptés par l'Église comme inspiration divine. Les autres ont été déclarés  Apocryphes

En vérité, le tout de la Bible appartient à un genre de fiction littéraire et dans sa globalité (Ancien et Nouveau Testament)  elle est tout le contraire de l’œuvre de Dieu, par le sang qui coule, la colère et la vengeance, et l’imposition d’une foi qui n’est pas révélée mais crée de tout pièce et surtout exigée comme le droit divin.

Ainsi l'obéissance est aveugle sur le fait d’une croyance totale et la standardisation spirituelle sont la réponse au salut. Ce n'est certainement pas un moyen de se rapprocher de Dieu. Il éloigne les hommes de Dieu et centralise l'esprit sur une certitude absolue que le christianisme est la seule vérité.

Jésus, ce rabbin de Palestine n’a pas voulu de tout cela !

-Il n’a pas voulu être Messie !
-Il n’a pas voulu abroger le judaïsme !
-Il n’a pas voulu d’une nouvelle croyance !
-Il n’a pas voulu que ses disciples trahissent sa pensée !

Jésus était et restera un juif qui avait la mentalité d’un homme de Dieu, dont les disciples ont déformé et défiguré son message dans le seul but de se démarquer du Judaïsme et cela c’est l’échec le plus cuisant du christianisme en tant de secte. Il est temps que le grand carnaval du christianisme, cesse enfin après des siècles de destruction et de haine au nom de la religion de l’amour, au nom d’un sauveur qui n’a sauvé personne.

Quand on lit les évangiles, on s'aperçoit, en effet, très vite qu'il n’avait nullement dans ses desseins la mis en place d’une religion concurrente au Judaïsme. De fait, Jésus est resté un juif fidèle, dont la seule ambition était de réformer la foi d'Israël, en vue de provoquer un nouvel élan. «N'allez pas croire que je suis venu abroger la Loi ou les Prophètes, peut-on lire dans l'évangile selon Matthieu.

Peut-on être plus clair.
Le Christianisme et Jésus Christ, c’est l’accord qui ménage la chèvre et du chou !!!!!!!!

 ftp://http://kadertahri.canalblog.com/